Bienvenue (chargement en cours - javascript nécessaire)



leftBlock
Agenda
4 novembre 2014
Conférences de la SNHF (Paris)
J'y vais


22 novembre 2014
Réunion ARIDES aux serres d'Auteuil (Paris)
J'y vais


9 décembre 2014
Conférences de la SNHF (Paris)
J'y vais


2 et 3 mai 2015
Congrès C.A.C.T.U.S. (Tiercé)
J'y vais


30 et 31 mai 2015
Couleurs Cactus (Égliseneuve-près-Billom)
J'y vais

Toutes les dates
leftBlock
Localisation
Où êtes vous ?

Les pots

Par Florent Papadopoulos, 2002/01/20.

Cet article a pour but de vous présenter et de comparer différentes sortes de pots, afin que vous puissiez choisir, en toute connaissance de cause, lesquels sont les plus adaptés à votre besoin. Vous le verrez, chaque type a des avantages et des inconvénients. La liste des contenants n'étant pas exhaustive, je ne présente que les trois les plus utilisés.

Les différentes sortes de pots

Il existe des pots en plastique, en terre cuite, ronds ou carrés, des pots en forme de coupe, des balconnières, des pots de récupération (boîtes en fer, pots de yaourts)… J'ai vu des pots en forme de cruche, jolis sûrement mais le jour où un dépotage s'impose, il faut le briser, la motte étant volumineuse et la surface supérieure assez étroite.
Les formes aussi diffèrent. Certains sont peu profonds, l'humidité se concentrant dans le fond, cette nuisance se verra réduite.
On trouve aussi pour les principaux types de pots des formes rondes ou carrées.
La surface ainsi que le volume de terre des pots carrés sont supérieurs d'environ 25 % aux pots ronds, et ceci pour un encombrement identique ! Ce qui est un avantage évident surtout quand une collection devient imposante.

Les pots en terre cuite

C'est le contenant traditionnellement utilisé pour les cactées, concurrencé ensuite par des contenants plus pratiques et moins chers.
Ils sont plus chers, plus lourd, plus stables, plus esthétiques, et surtout laissent davantage respirer le mélange car ils sont poreux, et absorbent une partie de l'eau d'arrosage. Afin de compenser leur porosité, on a recours à un vernissage extérieur, ou une pulvérisation intérieure de silicone, ce qui les rapproche sur ce point de leurs principaux concurrents, les pots en plastique…
Les pots en terre doivent être arrosés plus souvent. Et des arrosages plus fréquents lessivent plus vite le substrat d'où l'utilité d'un arrosage plutôt par trempage et un ajout d'engrais plus fréquent.
Donnons un exemple : un pot en terre vide, d'une hauteur de 12 cm pour un diamètre extérieur de 14,5 cm (en haut), plongé dans un sceau d'eau, en a absorbé 70 ml !
Mais toute cette eau n'est pas perdue pour la plante. En effet la motte en récupérera une partie par capillarité. On voit là que l'on peut, par forte chaleur, être confronté au risque d'une évaporation trop rapide. Il faut que la plante ait le temps de boire avant que la motte ne soit sèche. Par temps plus frais cela peut être considéré comme un avantage par rapport au pot en plastique.
Le problème peut se poser, qu'un pot de ce genre soit en plein soleil et là, le mélange sèchera trop vite ! La solution peut être d'enterrer le pot, l'abriter des rayons directs du soleil ou bien de le vernir (surface extérieure). Cependant, les pots qui restent à l'extérieur durant l'hiver peuvent se fendre dès les premières gelées. Ce risque est d'autant plus grand que le pot sera plus humide.
L'évaporation de l'eau par la paroi du pot provoque un dépôt de calcaire et de sels minéraux et la plupart des racines se plaquent contre cette paroi en formant un chignon, ce qui nuit à la croissance des plantes, contrairement aux pots en plastique avec lesquels les racines sont mieux reparties dans le substrat. Il est donc nécessaire de rempoter plus souvent, en coupant totalement le chignon de racines.
Avant tout réemploi, il faut également frotter les parois avec une brosse métallique pour retirer l'essentiel du dépôt, puis laisser tremper les pots au moins 12 heures dans une eau à laquelle à été ajouté un peu d'acide pour dissoudre les sels présents dans la paroi. Ne pas oublier de laisser tremper ensuite quelques minutes dans une eau pure pour éliminer l'acide. La solidité compte : un pot qui tombe peut se briser, le plastique, s'il n'est pas trop fin résistera mieux.
Le poids n'est pas à négliger : un pot du type précédemment donné à titre d'exemple a un poids de 500 gr alors que l'équivalent en plastique ne pèsera que 30 gr !

Les pots en plastique

www.cactuspro.com_images_article022-01.jpg Ils ont remplacé dans beaucoup de collections le traditionnel pot en terre du fait de leur facilité d'emploi, de transport et de leur coût bien plus faible… Certains imitent les pots en terre par leur aspect mais sont plus onéreux que les simples pots en plastique.
Ils sont étanches et le mélange ne sèchera que par le dessus. De ce fait il faudra bien penser au drainage en fond de pot et arroser avec plus de précautions les espèces sensibles à l'humidité. Par ailleurs, les pots en plastique desquels l'eau s'évapore plus lentement conviennent bien aux espèces qui apprécient en période de croissance une humidité faible mais constante comme la plupart des Euphorbes. Le problème se pose l'hiver où le mélange risque de ne pas sécher assez rapidement. N'autorisant qu'une évaporation par le haut, ils nécessitent l'emploi d'un substrat plus aéré que dans les pots en terre afin d'éviter la stagnation de l'eau…
Ils sont légers et appréciés des collectionneurs qui disposent leurs pots sur des étagères.
www.cactuspro.com_images_article022-02r.jpg La couleur peut aussi jouer un rôle non négligeable. Le noir, très répandu, jouera le rôle de pompe à chaleur en plein soleil, les racines risquent de sécher complètement et la croissance de la plante pourra être compromise. Par contre l'hiver cela peut-être un avantage…
Tous les pots de ce type ne font pas la même épaisseur et les plus fins ne résistent pas longtemps au gel. Mais toutes les plantes ne sont pas soumises aux températures inférieures à zéro.
Les pots en plastique ont une durée de vie plus limitée que les pots en terre, pouvant, surtout s'ils sont fins et/ou, ce qui arrive parfois, de mauvaise qualité, devenir cassants sous l'action conjuguée de la lumière et des variations de température.
En résumé, on peut dire que les pots en plastique sont moins chers, plus légers, moins esthétiques et plus pratiques.
Vous pouvez vous en procurer notamment lĂ  :

Les pots en fer

Des collectionneurs utilisent des pots en fer, boîtes de conserve ou autres. Parfois elles sont peintes pour les rendre plus esthétiques, mais se détériorent rapidement du fait de l'oxydation. De plus le dépotage est parfois délicat. Il est nécessaire de perforer le fond pour éviter les néfastes stagnations d'eau.
La conduction thermique de ce type de conteneur doit être considérée car elle peut poser un problème l'été en plein soleil et un avantage l'hiver ou le mélange se réchauffera plus vite.
Certains amateurs m'ont confié que la présence de fer (qui joue un rôle primordial dans la photosynthèse) leur donnait des plantes plus vertes et plus robustes. Mais je ne connais aucune étude scientifique à ce sujet… L'excès de fer dans le substrat peut également être néfaste aux plantes. On obtient un résultat bien meilleur dans des pots sans fer en arrosant une ou deux fois par an avec un peu de chélate de fer (dans toutes les jardineries), bien plus assimilable par les plantes.

Alors lesquels choisir

Bien que les amateurs utilisent le plus souvent des pots en terre, il faut savoir que les professionnels se servent des pots en plastique et ceci pour des raisons Ă©conomiques et pratiques. En fait, la forme des pots sera avant tout une question de place, lĂ  c'est Ă  chacun de voir. (Remarque : certains producteurs cultivent en pots plastiques et rempotent en pots en terre pour la vente).
Quant au matériau, on pourra tenir compte des espèces que l'on désire cultiver. Par exemple les cactus épiphytes supportent assez bien l'humidité. Ils seront donc plus souvent cultivés en pots en plastique. Alors que les espèces plus sensibles comme certaines asclépiadacées apprécieront davantage les pots en terre.
En général, les amateurs s'accordent à dire que les pots en terre, du fait de leur stabilité, sont préférables pour les plantes de grandes tailles. Pour les autres, plus petites, je vais dire que cela n'a pas d'importance si l'on tient compte de ce qui sera primordial pour la culture des succulentes, à savoir que dans un pot en plastique le mélange sera plus long à sécher que dans un pot en terre. Et je crois que c'est quand même là le paramètre essentiel, avec le problème de l'encombrement, et dans certains cas du poids, pour le choix d'un conteneur. Cependant sécher trop vite, l'été, n'est pas un avantage, et ne pas sécher assez vite, par temps froid, ne l'est pas plus, encore qu'ainsi que je l'ai dit plus haut, il ne faut pas oublier quelle plante on cultive.

Conclusion

Les différents paramètres pour le choix d'un pot sont :

  • La place dont vous disposez,
  • L'esthĂ©tique,
  • Le prix d'achat,
  • La stabilitĂ© de l'ensemble pot / plante qui se pose pour les espèces de grande taille,
  • Les plantes que vous cultivez.

Remerciements à Philippe et Yann pour leur aide précieuse.

Auteur : Florent Papadopoulos.
Publié le : 2002/01/20.
COMMENTAIRES Vous pouvez commenter cet article ou lire les commentaires postés.

  • Partager le signet (social bookmarking)
  • Partager "Les pots" sur del.icio.us
  • Partager "Les pots" sur Digg
  • Partager "Les pots" sur Furl
  • Partager "Les pots" sur Reddit
  • Partager "Les pots" sur Ask
  • Partager "Les pots" sur Google
  • Partager "Les pots" sur Technorati
  • Partager "Les pots" sur Facebook
  • Partager "Les pots" sur Twitter