argentine_2005:18_octobre_de_cachi_a_saltan_san_lorenzo

Argentine 2005, Mardi 18 : de Cachi à Salta (San Lorenzo)

Octobre 2005 : Intro - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - Postscripts


Parodia - S446 ← Parodia microsperma - S446
Aahh, Cachi ! C'est Cacti (NdT : cactus au pluriel en anglais) avec un h. Mériterait elle son nom par hasard ? Toujours est-il qu'en entrant dans la charmante église du coin, nous avons été impressionnés d'y trouver un plafond entièrement fait de bois de cactus, ainsi que le lutrin (NdT : triptyque en bois servant à poser la bible pour les lectures durant la messe) et le confessionnal. Cela voudrait-il dire en fait que la 'cactologie' est une religion plutôt qu'une science, une obsession ou un hobby ?

Parodia - S446

Parodia aureicentra- S446→

S446 se situait dans les faubourgs de la ville. Nous y avons trouvé Echinopsis sp. (ou était-ce Acanthocalycium thionanthum ?), Gymnocalycium spegazzinii, Parodia aureicentra, P. microsperma (syn. var. cachiana) et Tephrocactus weberi. Un autre sujet d'intérêt fût une file indienne d'énormes fourmis noires portant des morceaux d'un feuillage, découpés avec précision en gros bouts mesurant jusqu'à trois fois la taille de la fourmi. Elles semblaient avoir 'démonté' un buisson complet, le transportant morceaux par morceaux à travers un terrain vague où la file indienne a soudainement disparu. Allaient-elles le reconstruire là ? Pourquoi ? Comment ? La nature est fascinante ! Elle vous incite à réfléchir !

Parodia - S446 ← Parodia aureicentra - S447
Comme hier sur le site S445, nous avons trouvé Parodia aureicentra poussant dans de l'ardoise. Je crois que c'est Cliff, qui nous a désigné du doigt un petit nid de guêpes, semblable à du papier, garni d'une demi-douzaine de guêpes énormes, s'accrochant à ce nid en attendant que la température s'élève pour s'envoler. Cela ressemblait à une scène d'un film de la science-fiction : vaisseaux spatiaux de combat, accrochés au vaisseau amiral en attendant le prochain décollage pour quelque mission.

S447 se situait dans les montagnes de Cachi. Encore une fois nous y avons trouvé Parodia aureicentra et toujours sur un sol garni d'ardoise. Il me faudra demander à Angie si elle cultive cette espèce dans sa serre. Si c'est le cas, je lui suggérerai de la rempoter dans de l'ardoise.

Maihueniopsis boliviana - S447

Maihueniopsis boliviana - S447 →

L'apparition dans le paysage de Maihueniopsis boliviana nous rappela que nous étions désormais à 2828 mètres d'altitude. Il s'agit en effet d'un des cactus caractéristiques des hautes altitudes. Le flanc de la colline opposé était très attrayant, et tout à fait digne d'une photo, en particulier comme arrière plan pour les nombreux T. pasacana du lieu.

De retour au bus, le Coolpix 995 prouva que ce modèle vaut quand même le coup : appareil photo en marche, pas besoin de tordre l'objectif en position traditionnelle pour prendre des photos, ce qui le laisse en direction du paysage défilant devant le bus et permet de profiter pleinement du panorama tout en appuyant de temps en temps sur le déclencheur afin de partager plus tard avec les amis les photos ainsi prises. Un de nos grand jeu dans le bus était d'y monter dans les premiers, puis d'embêter les copains restés dehors en leur demandant de nettoyer votre vitre à l'extérieur. Restait ensuite à parier sur qui monterait en dernier à bord, d'engager les paris et de compter les points. Attention toutefois, les perdants pourraient bien se venger :-)

Trichocereus pasacana - S447 ← Trichocereus pasacana - S447
S448 dans le Parc National de Los cardones fût un agréable panorama plutôt qu'un véritable “arrêt cactus”. D'après mon GPS, nous étions à 3376 mètres d'altitude … 3348 d'après un panneau sur la route indiquant que nous étions à la Piedra del Molino. Nous étions entourés par le brouillard et il faisait suffisamment froid pour grandement apprécier la douce chaleur de l'air conditionné de l'autocar. Notre route zigzagua jusqu'au sommet où nous avons pu alors apprécier la vue et apercevoir les lacets de notre route redescendant de l'autre côté du col.

Toujours dans le Parc, mais 250 mètres plus bas, nous nous sommes garés dans un virage (S449) et nous avons flâné dans le froid le long d'un chemin à flanc de coteau pour finalement découvrir un minuscule Rebutia marsoneri (syn. R. wessneriana) à peu près de la taille d'une pièce de 10 centavos (comparaison intéressante pour qui connaît la taille de cette pièce, mais peu parlante pour qui ne la connaît pas). Pourquoi cette comparaison ? Je suppose que c'est parce aucun d'entre nous ne se baladait en pleine montagne argentine avec en poche de la monnaie de son propre pays. Au Chili, l'an passé, j'utilisais des allumettes pour marquer l'échelle en face de Copiapoa laui, C. humilis et Thelocephala. Mais j'ai récemment arrêté de fumer, alors … vue - S448

vue - S448 →

En Grande-Bretagne, je suis plus habitué à voir ce Rebutia remplir entièrement des pots et disparaître sous des centaines de fleurs pendant une semaine vers la fin Avril ou le début du mois de Mai. Je suppose donc que sa taille est largement influencée par les conditions environnementales plutôt que par la génétique. Parmi le lichen accroché aux rochers ; John (à moins que ce soit Charles) pointa du doigt quelques petit Opuntioideae, certains complètement rougis (stressés ?). Peut-être des Puna sp. ? Un peu plus tard, vous avons vu des plantes un peu plus grandes - Cumulopuntia ? Maihueniopsis ? Tephrocactus ? Je ne saurais être plus précis.

Le paysage était vraiment fantastique, même en ce jour froid et brumeux. Imaginez donc ce que cela doit être lors d'une belle journée ensoleillée !

Rebutia marsoneri - S449 ← Rebutia marsoneri - S449
Nous sommes descendu 250 mètres plus bas jusqu'à S450. Juste derrière des barbelés se trouvait une nouveauté : Trichocereus smrzianus en boutons. Je me sentais trop peu en forme et plutôt frigorifié (affection pulmonaire et altitude font assez mauvais ménage) pour tenter d'enjamber la clôture afin de photographier au plus près cette plante. Mes photos, prises derrières les fils barbelés sont donc plus des photos “témoignage”. Le petit Opuntioideae mystérieux fît également à l'occasion une nouvelle apparition.

Deux heures et demie plus tard, nous nous sommes retrouvés le long d'un cours d'eau asséché (S451), planté d'arbres garnis d'épiphytes : broméliacées, orchidées et, si nous avions regardé de plus près, des cactus (Rhipsalis et Pfeiffera), ainsi qu'une nouvelle fois, parmi les mousses sur le bas côté de la route, R. marsoneri (R. wessneriana). Mais il est bien hasardeux de tirer des conclusion hâtives au sujet des besoins culturaux d'une plante simplement après une visite de 30 minutes sur un site. On peut tout au plus avancer que si cette plante n'a pas été décrite sur d'autres sites, cela nous donne quelques indications. Mais si la plante a également été vue ailleurs, dans un environnement différent, il est impossible de tirer des généralités à partir d'une seule plante. Guillermo a pris de magnifiques photos pour illustrer cela.

Trichocereus smrzianus - S450

Trichocereus smrzianus - S450 →

Nous sommes arrivés dans la ville exubérante de Salta, impressionnés de voir à quel point la circulation automobile était fluide malgré l'absence de toute signalisation routière. Nous sommes passés devant quelques boutiques de photo puis avons fini sur le parvis de la cathédrale, baigné par la lumière déclinante de ce jour couvert. Il était 18 heures 30. Afin d'organiser le classement de mes photos, je les ai regroupé sous l'appellation S452. Nous avons recherché dans les magasins de photo un chargeur pour les batteries de Mike, mais Woody ne pu trouver une protection transparente pour l'écran de son D70. Rob, quant à lui, qui avait perdu lors d'une précédente halte dans les montagnes le filtre solaire qu'il s'était bricolé, ne put en dénicher un nouveau.


Octobre 2005 : Intro - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - Postscripts


Auteur : Paul Klaassen.
Traduction : Alain Laroze, Antoine Senni, Bernard Gallardo, Claudine Laveze, Jean-Luc Loroy, Marie-Élisabeth Laffite, Odile Wolff, Patrick Cazuguel, Pierre Gambart, Véronique Cucchi
Relecture et mise en page : Alain Laroze

  • argentine_2005/18_octobre_de_cachi_a_saltan_san_lorenzo.txt
  • Dernière modification: 2017/01/03 17:43
  • par alain