Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
Prochaine révision
Révision précédente
cultiver_les_turbinicarpus_d_apres_leurs_conditions_d_habitat [2008/03/23 11:47]
fabrice
cultiver_les_turbinicarpus_d_apres_leurs_conditions_d_habitat [2015/10/22 16:24] (Version actuelle)
Ligne 37: Ligne 37:
 Les types de sol dans lesquels ces plantes poussent sont à l'​évidence un facteur majeur que nous devons prendre en compte. Les caractéristiques du sol que nous devons considérer incluent la composition,​ particulièrement les quantités relatives des composants organiques et inorganiques,​ le pouvoir drainant et le pH. Les types de sol dans lesquels ces plantes poussent sont à l'​évidence un facteur majeur que nous devons prendre en compte. Les caractéristiques du sol que nous devons considérer incluent la composition,​ particulièrement les quantités relatives des composants organiques et inorganiques,​ le pouvoir drainant et le pH.
  
-[[http://​www.cactuspro.com/​photos.php?​action=afficher&​id=1519|{{http://​yann.cochard.free.fr/​images/​15/​1519.jpg?​200.jpg |Turbinicarpus hoferi}}]]Ces plantes poussent aussi bien sur des flancs de collines, sur lesquels elles peuvent s'​abriter dans les fissures des rochers où l'​humus s’est déposé ou dans des zones où de plus grandes quantités de terre sont disponibles,​ jusqu’à de grandes zones plates. La plupart des espèces poussent dans des sols contenant de faibles quantités de matière organique et de grandes quantités de sable / gravillons / graviers, de formes diverses, constituant un sol très bien drainé. Ces éléments de drainage sont généralement constitués de graviers calcaires, mais certaines espèces poussent dans les sols constitués de gypse, par exemple, //T. lophophoroides//,​ //hoferi//, etc. Dans de nombreuses localités ces plantes poussent dans du gypse pur. Les particules varient de la taille de petits grains de sable (jusqu’à de 2 mm de Ø), jusqu’à de grandes plaques de roche atteignant 20 cm de Ø. Des constituants majeurs comme le calcaire ou le gypse donne un sol au pH légèrement alcalin, généralement entre 7,1 et 8,0, mais pouvant atteindre occasionnellement plus de 9,0. Dans les régions où la quantité de matière organique est plus élevée, les plantes auront tendance à atteindre une plus grande taille et le pH a être plus faible.+[[https://​www.cactuspro.com/​photos.php?​action=afficher&​id=1519|{{http://​yann.cochard.free.fr/​images/​15/​1519.jpg?​200.jpg |Turbinicarpus hoferi}}]]Ces plantes poussent aussi bien sur des flancs de collines, sur lesquels elles peuvent s'​abriter dans les fissures des rochers où l'​humus s’est déposé ou dans des zones où de plus grandes quantités de terre sont disponibles,​ jusqu’à de grandes zones plates. La plupart des espèces poussent dans des sols contenant de faibles quantités de matière organique et de grandes quantités de sable / gravillons / graviers, de formes diverses, constituant un sol très bien drainé. Ces éléments de drainage sont généralement constitués de graviers calcaires, mais certaines espèces poussent dans les sols constitués de gypse, par exemple, //T. lophophoroides//,​ //hoferi//, etc. Dans de nombreuses localités ces plantes poussent dans du gypse pur. Les particules varient de la taille de petits grains de sable (jusqu’à de 2 mm de Ø), jusqu’à de grandes plaques de roche atteignant 20 cm de Ø. Des constituants majeurs comme le calcaire ou le gypse donne un sol au pH légèrement alcalin, généralement entre 7,1 et 8,0, mais pouvant atteindre occasionnellement plus de 9,0. Dans les régions où la quantité de matière organique est plus élevée, les plantes auront tendance à atteindre une plus grande taille et le pH a être plus faible.
  
 Les //​Turbinicarpus//​ peuvent être trouvés en plein soleil, mais ils croissent généralement sous des ombrages divers, pouvant être fournit par d'​autres plantes, des arbustes, de l'​herbe,​ etc, ou de gros rochers. Les //​Turbinicarpus//​ peuvent être trouvés en plein soleil, mais ils croissent généralement sous des ombrages divers, pouvant être fournit par d'​autres plantes, des arbustes, de l'​herbe,​ etc, ou de gros rochers.
Ligne 50: Ligne 50:
 Le graphique est composé de données moyennées issues de 5 différentes localités dans lesquelles peuvent être trouvées des espèces de //​Turbinicarpus//​. Dans chacune de ces localités, la quantité des précipitations et la température seront légèrement différentes de celles de toutes les autres localités, mais la forme générale du graphique est toujours la même ! Le graphique est composé de données moyennées issues de 5 différentes localités dans lesquelles peuvent être trouvées des espèces de //​Turbinicarpus//​. Dans chacune de ces localités, la quantité des précipitations et la température seront légèrement différentes de celles de toutes les autres localités, mais la forme générale du graphique est toujours la même !
  
-[[http://​www.cactuspro.com/​articles/​_media/​turbini_marc_faint:​rainvtemp.gif|{{ turbini_marc_faint:​rainvtemp.gif |graphique}}]]+[[https://​www.cactuspro.com/​articles/​_media/​turbini_marc_faint:​rainvtemp.gif|{{ turbini_marc_faint:​rainvtemp.gif |graphique}}]]
  
 Comme vous pouvez le voir, il existe une très forte corrélation entre ces deux facteurs. L'​année commence avec des précipitations et des températures relativement faibles, suit une augmentation rapide de la température moyenne, qui atteint son pic estival au mois de mai. Dans le même temps, la pluviosité moyenne est demeurée assez stable jusqu'​en avril à partir duquel il y a également une augmentation rapide, qui atteint son pic estival en juin. Après que chacun de ces facteurs ait atteint son pic, il y a une baisse pendant quelques mois jusqu'​en juillet, mois où le niveau des températures augmente jusqu'​au mois d'​août et les précipitations augmentent pour un nouveau pic en septembre, qui est généralement supérieur au pic des précipitations de juin. A partir de ce moment, précipitations et températures amorcent une baisse rapide pour l'​hiver. ​ Comme vous pouvez le voir, il existe une très forte corrélation entre ces deux facteurs. L'​année commence avec des précipitations et des températures relativement faibles, suit une augmentation rapide de la température moyenne, qui atteint son pic estival au mois de mai. Dans le même temps, la pluviosité moyenne est demeurée assez stable jusqu'​en avril à partir duquel il y a également une augmentation rapide, qui atteint son pic estival en juin. Après que chacun de ces facteurs ait atteint son pic, il y a une baisse pendant quelques mois jusqu'​en juillet, mois où le niveau des températures augmente jusqu'​au mois d'​août et les précipitations augmentent pour un nouveau pic en septembre, qui est généralement supérieur au pic des précipitations de juin. A partir de ce moment, précipitations et températures amorcent une baisse rapide pour l'​hiver. ​
Ligne 62: Ligne 62:
 À l'​instar d'​autres cactus, les espèces de //​Turbinicarpus//​ ont mis en place des mécanismes pour réduire la perte d'eau. Elles ont une épaisse cuticule étanche qui garde l'eau à l'​intérieur et essaye de garder les parasites et les maladies à l’extérieur. Les cactées ont également enfoui leurs stomates dans les replis profonds de leurs tiges. (Les stomates sont des pores de l'​épiderme des plantes qui leur permettent de «respirer»,​ mais qui permettent aussi à l'eau de s'​échapper quand ils sont ouverts.) En enfouissant ces pores dans les replis, la quantité d'eau qui est perdue est considérablement réduite. Les cactées, avec de nombreux autres groupes de plantes poussant dans des conditions arides, n’ouvrent ces pores que pendant la nuit, lorsque les températures sont beaucoup plus faibles, ce qui réduit d’autant plus la perte d'​eau.\\ ​ À l'​instar d'​autres cactus, les espèces de //​Turbinicarpus//​ ont mis en place des mécanismes pour réduire la perte d'eau. Elles ont une épaisse cuticule étanche qui garde l'eau à l'​intérieur et essaye de garder les parasites et les maladies à l’extérieur. Les cactées ont également enfoui leurs stomates dans les replis profonds de leurs tiges. (Les stomates sont des pores de l'​épiderme des plantes qui leur permettent de «respirer»,​ mais qui permettent aussi à l'eau de s'​échapper quand ils sont ouverts.) En enfouissant ces pores dans les replis, la quantité d'eau qui est perdue est considérablement réduite. Les cactées, avec de nombreux autres groupes de plantes poussant dans des conditions arides, n’ouvrent ces pores que pendant la nuit, lorsque les températures sont beaucoup plus faibles, ce qui réduit d’autant plus la perte d'​eau.\\ ​
 \\  \\ 
-[[http://​www.cactuspro.com/​articles/​_media/​turbini_marc_faint:​0228taproot-thumb.jpeg|{{ turbini_marc_faint:​0228taproot-thumb.jpeg|racine}}]]+[[https://​www.cactuspro.com/​articles/​_media/​turbini_marc_faint:​0228taproot-thumb.jpeg|{{ turbini_marc_faint:​0228taproot-thumb.jpeg|racine}}]]
 Mais l'​adaptation la plus évidente à leur environnement est le développement de larges racines pivotantes. Elles  sont utilisées comme organe de stockage de l'eau, et envoient de longues et minces racines latérales absorber l'​humidité du sol. Ces systèmes racinaires peuvent constituer plus de 80% de la masse totale de la plante, un fait dont il est très important de se souvenir. Pendant les périodes de l'​année où l'eau est disponible, les racines en absorberont autant qu'​elles le peuvent. Parfois, elles absorberont tant d'eau que la tige de la plante éclatera. Pendant les périodes de sécheresse,​ les plantes sont en mesure d'​utiliser cette eau stockée pour survivre. Progressivement,​ au fur et à mesure que cette réserve est utilisée, les racines vont lentement diminuer de taille et se contracter, tirant la majeure partie, voire la totalité, de la tige sous la surface du sol. Mais l'​adaptation la plus évidente à leur environnement est le développement de larges racines pivotantes. Elles  sont utilisées comme organe de stockage de l'eau, et envoient de longues et minces racines latérales absorber l'​humidité du sol. Ces systèmes racinaires peuvent constituer plus de 80% de la masse totale de la plante, un fait dont il est très important de se souvenir. Pendant les périodes de l'​année où l'eau est disponible, les racines en absorberont autant qu'​elles le peuvent. Parfois, elles absorberont tant d'eau que la tige de la plante éclatera. Pendant les périodes de sécheresse,​ les plantes sont en mesure d'​utiliser cette eau stockée pour survivre. Progressivement,​ au fur et à mesure que cette réserve est utilisée, les racines vont lentement diminuer de taille et se contracter, tirant la majeure partie, voire la totalité, de la tige sous la surface du sol.
 \\  \\ 
Ligne 78: Ligne 78:
  
  
-[[http://​www.cactuspro.com/​articles/​_media/​turbini_marc_faint:​spine.jpeg|{{turbini_marc_faint:​spine.jpeg |épine }}]]Chez les //​Turbinicarpus//​ qui ont des épines épaisses, souples, incurvées vers l'​intérieur,​ comme par exemple //T. schmiedickeanus//​ et les taxons alliés //​klinkerianus//,​ //​gracilis//​ ou ceux alliés à //T. macrochele//,​ etc, il a été démontré qu'ils étaient capables d'​absorber l'eau avec leurs épines. Ces dernières sont remplies de cellules tubulaires présentes sur toute la longueur permettant l'​absorption de l'eau par capillarité. Comme on peut le voir sur la photo à gauche, ces types d'​épines ont toujours certaines fissures transversales à intervalles assez réguliers. Ces fissures vont de toute évidence augmenter la quantité d'eau qui peut être absorbée. Cette adaptation est probablement essentiellement une méthode d'​absorption de l'eau à partir des gouttes qui se forment en présence de brouillard ou de rosée. ​+[[https://​www.cactuspro.com/​articles/​_media/​turbini_marc_faint:​spine.jpeg|{{turbini_marc_faint:​spine.jpeg |épine }}]]Chez les //​Turbinicarpus//​ qui ont des épines épaisses, souples, incurvées vers l'​intérieur,​ comme par exemple //T. schmiedickeanus//​ et les taxons alliés //​klinkerianus//,​ //​gracilis//​ ou ceux alliés à //T. macrochele//,​ etc, il a été démontré qu'ils étaient capables d'​absorber l'eau avec leurs épines. Ces dernières sont remplies de cellules tubulaires présentes sur toute la longueur permettant l'​absorption de l'eau par capillarité. Comme on peut le voir sur la photo à gauche, ces types d'​épines ont toujours certaines fissures transversales à intervalles assez réguliers. Ces fissures vont de toute évidence augmenter la quantité d'eau qui peut être absorbée. Cette adaptation est probablement essentiellement une méthode d'​absorption de l'eau à partir des gouttes qui se forment en présence de brouillard ou de rosée. ​
  
  
Ligne 112: Ligne 112:
 \\  \\ 
 \\  \\ 
-[[http://​www.cactuspro.com/​photos.php?​action=afficher&​id=53|{{http://​yann.cochard.free.fr/​images/​0/​53.jpg?​250.jpg |Turbinicarpus lophophoroides}}]] ​+[[https://​www.cactuspro.com/​photos.php?​action=afficher&​id=53|{{http://​yann.cochard.free.fr/​images/​0/​53.jpg?​250.jpg |Turbinicarpus lophophoroides}}]] ​
 \\  \\ 
 J'ai tendance à utiliser les pots carrés de type BEF pour la plupart de mes plantes. Pour les plantules (jusqu'​à 2 cm de Ø) j'​utilise des pots de 5cm de Ø et les rempote dans des pots profonds de 7cm de Ø lorsque les racines atteignent le fond. Les plus grandes difficultés que j'ai avec ces plantes sont avec les espèces telles que //T. valdezianus//,​ //​dickisoniae//​ et //​pseudomacrochele ssp. krainzianus fa. minimus//, étant donné qu'​elles tendent à avoir la longue racine pivotante habituelle, mais d'un diamètre plus faible. Donc, il y aura comparativement plus de terre autour des plantes, pour un pot de taille donnée, que pour les espèces plus globuleuses ou cespiteuses. Cela signifie que ces espèces vont, d'​après mon expérience,​ avoir besoin d'​être arrosées avec plus de précautions que les autres. Une autre technique qui peut être utilisée pour ces espèces est de placer plusieurs plantes dans le même pot.  J'ai tendance à utiliser les pots carrés de type BEF pour la plupart de mes plantes. Pour les plantules (jusqu'​à 2 cm de Ø) j'​utilise des pots de 5cm de Ø et les rempote dans des pots profonds de 7cm de Ø lorsque les racines atteignent le fond. Les plus grandes difficultés que j'ai avec ces plantes sont avec les espèces telles que //T. valdezianus//,​ //​dickisoniae//​ et //​pseudomacrochele ssp. krainzianus fa. minimus//, étant donné qu'​elles tendent à avoir la longue racine pivotante habituelle, mais d'un diamètre plus faible. Donc, il y aura comparativement plus de terre autour des plantes, pour un pot de taille donnée, que pour les espèces plus globuleuses ou cespiteuses. Cela signifie que ces espèces vont, d'​après mon expérience,​ avoir besoin d'​être arrosées avec plus de précautions que les autres. Une autre technique qui peut être utilisée pour ces espèces est de placer plusieurs plantes dans le même pot. 
Ligne 134: Ligne 134:
 \\  \\ 
 \\  \\ 
-[[http://​www.cactuspro.com/​photos.php?​action=afficher&​id=477|{{ http://​yann.cochard.free.fr/​images/​4/​477.jpg?​200.jpg|Turbinicarpus schmiedickeanus v. klinkerrianus}}]]+[[https://​www.cactuspro.com/​photos.php?​action=afficher&​id=477|{{ http://​yann.cochard.free.fr/​images/​4/​477.jpg?​200.jpg|Turbinicarpus schmiedickeanus v. klinkerrianus}}]]
 La chose la plus importante à retenir lors de l'​arrosage des plantes pour la première fois après une période de dormance hivernale au sec, c'est qu'il faut donner seulement de petites quantités d'eau pour commencer. Si on leur donne un bon trempage dès l'​arrivée de températures plus chaudes, les racines absorberont le plus d'eau qu’elles peuvent, ce qui peut entraîner l'​éclatement des plantes. Vous aurez été prévenus !  La chose la plus importante à retenir lors de l'​arrosage des plantes pour la première fois après une période de dormance hivernale au sec, c'est qu'il faut donner seulement de petites quantités d'eau pour commencer. Si on leur donne un bon trempage dès l'​arrivée de températures plus chaudes, les racines absorberont le plus d'eau qu’elles peuvent, ce qui peut entraîner l'​éclatement des plantes. Vous aurez été prévenus ! 
  
Ligne 156: Ligne 156:
 Il y a aussi le cas particulier de ce qu'il faut faire si la plante éclate à cause du sur-arrosage. Je n'ai jamais eu qu’une seule espèce de //​Turbinicarpus//​ qui a éclaté et j’ai réussi à sauver la plante et la garder en vie un certain nombre d'​années. La chose à se rappeler est que si la déchirure est très grande, la mienne était d'​environ 2 cm, alors selon toute probabilité la plante succombera éventuellement. Cela peut provenir du tissu lésé qui devient une zone sensible et permet un autre éclatement dans les années suivantes ou permet une attaque par des champignons. Il y a aussi le cas particulier de ce qu'il faut faire si la plante éclate à cause du sur-arrosage. Je n'ai jamais eu qu’une seule espèce de //​Turbinicarpus//​ qui a éclaté et j’ai réussi à sauver la plante et la garder en vie un certain nombre d'​années. La chose à se rappeler est que si la déchirure est très grande, la mienne était d'​environ 2 cm, alors selon toute probabilité la plante succombera éventuellement. Cela peut provenir du tissu lésé qui devient une zone sensible et permet un autre éclatement dans les années suivantes ou permet une attaque par des champignons.
  
-[[http://​www.cactuspro.com/​photos.php?​action=afficher&​id=1646|{{http://​yann.cochard.free.fr/​images/​16/​1646.jpg?​200.jpg |Turbinicarpus macrochele}}]]J'​ai d'​abord remarqué qu'un //T. macrochele//​ s'​était fendu au début mars, après avoir été trop zélé avec l’arrosage. J'ai immédiatement retiré la plante de son pot, ce qui a empêché qu’encore plus d’eau ne soit absorbée par les racines et par conséquent a réduit le risque de scission supplémentaire. J'ai complètement rempli la fente avec de la poudre de Benlate ((NdT : Ne se trouve plus dans le commerce dans l'​Union Européenne)). Ceci est une préparation fongicide qui contient du Benomyl. Je suppose que tout fongicide fonctionnera,​ le principal objectif de l'​utilisation de la poudre pour combler la fente est d'​essayer d'​enlever une partie du liquide de la plante et donc réduire le risque d'​éclatement supplémentaire. Croyez-moi ça marche ! La plante a été laissée comme ça jusqu'​au début de l'​été,​ aux environs du début du mois de mai, et heureusement aucun autre dégât n’a eu lieu, en fait la fente s’est presque fermée. La plante a ensuite été rempotée dans son ancien pot, qui a été seulement rempli de substrat jusqu’à la limite de la fente. Le reste du pot a été rempli de gravillons. Cette plante a encore duré 3 ans avant qu’elle n'​abandonne et meure, mais pendant ce temps j'ai été capable de la propager à partir de ses graines.+[[https://​www.cactuspro.com/​photos.php?​action=afficher&​id=1646|{{http://​yann.cochard.free.fr/​images/​16/​1646.jpg?​200.jpg |Turbinicarpus macrochele}}]]J'​ai d'​abord remarqué qu'un //T. macrochele//​ s'​était fendu au début mars, après avoir été trop zélé avec l’arrosage. J'ai immédiatement retiré la plante de son pot, ce qui a empêché qu’encore plus d’eau ne soit absorbée par les racines et par conséquent a réduit le risque de scission supplémentaire. J'ai complètement rempli la fente avec de la poudre de Benlate ((NdT : Ne se trouve plus dans le commerce dans l'​Union Européenne)). Ceci est une préparation fongicide qui contient du Benomyl. Je suppose que tout fongicide fonctionnera,​ le principal objectif de l'​utilisation de la poudre pour combler la fente est d'​essayer d'​enlever une partie du liquide de la plante et donc réduire le risque d'​éclatement supplémentaire. Croyez-moi ça marche ! La plante a été laissée comme ça jusqu'​au début de l'​été,​ aux environs du début du mois de mai, et heureusement aucun autre dégât n’a eu lieu, en fait la fente s’est presque fermée. La plante a ensuite été rempotée dans son ancien pot, qui a été seulement rempli de substrat jusqu’à la limite de la fente. Le reste du pot a été rempli de gravillons. Cette plante a encore duré 3 ans avant qu’elle n'​abandonne et meure, mais pendant ce temps j'ai été capable de la propager à partir de ses graines.
  
 Si cela vous arrive, n'​oubliez pas qu’elle va probablement mourir tôt ou tard. Alors assurez-vous de prendre soin d’elle et essayez de la propager, soit à partir de semences ou en évitant tous les dégâts qui pourraient survenir en conséquence des dommages subis((NdT : le traducteur trouve l'​auteur exagérément pessimiste)). Si cela vous arrive, n'​oubliez pas qu’elle va probablement mourir tôt ou tard. Alors assurez-vous de prendre soin d’elle et essayez de la propager, soit à partir de semences ou en évitant tous les dégâts qui pourraient survenir en conséquence des dommages subis((NdT : le traducteur trouve l'​auteur exagérément pessimiste)).
Ligne 196: Ligne 196:
 Relecture et mise en page par [cf_membre alain|Alain Laroze].\\ ​ Relecture et mise en page par [cf_membre alain|Alain Laroze].\\ ​
 Publié le 2008/03/21. Publié le 2008/03/21.
 +\\
 +\\
 +COMMENTAIRES Vous pouvez [[/​forum/​read.php?​15,​318389|commenter cet article ou lire les commentaires postés]].