Compte-rendu ELK 1998

Vous trouverez ci-dessous un petit compte-rendu écrit suite à ma première visite à l'ELK, en 1998. Depuis les choses ont bien changé :-)

Les 11, 12 et 13 septembre 1998 se tenait la 33ème édition de l'ELK, à Blankenberge en Belgique. J'y suis allé le samedi : départ à 6h du matin de Paris, puis 3h30 de route. Au programme : vente de plantes, conférences, animations.

C'était la première fois que j'y allais, essentiellement pour les ventes de plantes. J'ai été surpris par la quantité de producteurs présents, ainsi que par le choix proposé et le prix demandé. Il y avait plusieurs dizaines de producteurs, allant du professionnel comme Uhlig au 'petit' passionné du coin. De nombreux pays étaient 'représentés' : Belgique, France, Hollande, Allemagne, Angleterre (pour ceux que j'ai pu remarquer). Je vous laisse imaginer les situations parfois cocasses. Suivant les stands, il était possible de faire des achats en quatre monnaies différentes : francs français, francs belges, deutsche mark et florin. La livre anglaise était aussi probablement acceptée. Toutefois, seuls le FB et le FL étaient acceptés partout. Si l'euro arrive un jour, cela simpliefiera beaucoup l'ELK.

La salle accueillant les producteurs était très grande, à peu près la superficie d'un terrain de tennis. Et cela n'était pas suffisant ! Les tables étaient très rapprochées, et les couloirs envahis. On m'a dit que trois ans auparavant seule la moitié de la salle était utilisée, l'ELK est une manifestation qui se développe ! Il y a fort à parier que les organisateurs prévoieront une salle encore plus grande pour l'année prochaine.

Les plantes proposées étaient d'une très bonne qualité, et d'une variété étourdissante. Certaines plantes telles que Aztekium hintonii, Geohintonia mexicana, Turbinicarpus alonsoii, etc. étaient présentes en quantité, toutes issues de semis et parfois non greffées ! Des plantes plus courantes mais peu souvent proposées à la vente, comme des Ariocarpus, ou Ortegocactus macdougalii, Mammillaria theresae, etc. étaient bien sûr proposées, mais à des prix très raisonnables. Exemple : Ariocarpus retusus ou A. fissuratus non greffés, de 3cm de diamètre pour 100FB, c'est-à-dire 17 FF ! Où, autrement qu'à l'ELK, peut-on trouver cela ? Je ne sais pas, mais surement pas en France…

Et la CITES, me direz-vous ? Les avis sont partagés. Une chose est sûre : toutes les plantes proposées étaient issues de semis ou de bouturage, mais elles n'étaient pas prélevées dans l'habitat. A partir de là, à vous de voir…

Je n'ai pas assisté aux conférences, car je n'ai appris qu'une semaine avant que je pourrais me rendre à l'ELK. Ce sera pour une prochaine fois !

L'ELK se passe dans un centre de vacances de Blankenberge (prononcez “blan-kenne-bergue”), sur la côte belge. Le repas du midi a donc été moules-frites, tradition oblige, dans un petit resto sur la promenade. Succulentes, bien sûr !

Pour conclure, cette première visite à l'ELK aura été une expérience réussie, qui sera reconduite le plus souvent possible !

Yann Cochard, septembre 1998