Fenestraria N. E. Br.

Cet article a été originellement publié dans le MESEMB STUDY GROUP BULLETIN n°2 1986

Merci à Suzanne Mace et au MSG pour leur autorisation de traduction et publication ici.


Ornithogalum juncifolium Du latin fenestra = fenêtre
fenestraria = plusieurs fenêtres


Ce doit être une des plantes les plus communes dans les collections de Mesemb. Malgré le fait que ce genre ne compte que deux représentants. Celui fleurissant blanc : Fenestraria rhopalophylla et celui fleurissant jaune : F. aurantiaca.
Seuls quelques-uns d'entre nous ont une troisième variété qui se trouve sous le nom de ”F.aurantiaca - fleurs oranges”. Il y a eu une rumeur selon laquelle il s'agirait d'un hybride entre Fenestraria aurantiaca et Frithia pulchra, mais cela n'a rien à voir.
La vérité est beaucoup plus simple : il y a des variations naturelles, et comme, jusqu'à récemment, nous ne connaissions pas d'autres couleurs que le blanc et le jaune, les autres coloris étaient pris pour des hybrides.

Dans l'habitat, aux alentour de Luderitz, Sud Ouest Africain1), ces plantes poussent surtout sous le sable (?) avec seulement le dessus des feuilles, les fenêtres, visibles. Les racines sont contractiles, ce qui est observable, dans une certaine mesure, en culture. Toutefois, il faut sûrement des conditions de chaleur et de luminosité extrêmes pour que ce caractère se manifeste pleinement.
La culture de ces plantes peu exigeantes est relativement simple. Elles n'ont pas besoin de pot profond, car dans l'habitat leurs racines restent assez proches de la surface pour profiter des bruines, qui sont fréquentes le long des côtes désertiques du Sud Ouest Africain et du Namib. La pluie ne pénétrant pas très profondément dans le sable et donc, les plantes doivent avoir leurs racines à proximité de la surface.
Dans l'habitat, les fleurs sont produites à partir d'août2). Les fleurs blanches sont réputées plus petites que les jaunes et les oranges qui atteignent 8 centimètres de diamètre, mais je n'ai jamais observé de différence de taille. Comme chez beaucoup de Mesembs (toutes ?) les fleurs sont chaque jour un peu plus grandes que la veille lorsqu'elles s'épanouissent et durent plusieurs jours. Dans le “The Genera of the Mesembryanthemaceae” de H.Herre la fleur jaune illustrée sur la page 159 était ouverte manifestement depuis plusieurs jours, à en juger par l'ovaire, tandis que la fleur blanche était ouverte depuis peu. Les fleurs sont produites sur d'assez longs pédoncules (tiges) et peuvent avoir une succession de bourgeons sur la même bractée florale3).

Après avoir dit que sa culture est simple, il n'est cependant pas fréquent de voir des plantes de grande taille en collection. Elle est en fait composée de plusieurs petites plantules ou rosette de feuilles réunies par des sortes de stolons.

Pendant les mois d'hiver certaines rosettes ont tendance à pourrir. Cependant, si on les enlève rapidement, on ne devrait pas perdre la plante entière.

Comme ces plantes fleurissent à la fin de l'hiver, leur période de croissance doit aller de juillet à décembre4), approximativement. Elles exigent une bonne luminosité et une bonne aération.


Traduit pour le Cactus Francophone par Nicolas POINTEAU
Relu par Alain Laroze
Mise en page par Nicolas POINTEAU
Photo Janine Hairan

Publié le 2011/05/13
COMMENTAIRES Vous pouvez commenter cet article ou lire les commentaires postés.

1)
NdT : actuelle Namibie
2)
NdT : soit la fin d'hiver.
3)
NdT : cette bractée est cachée par les feuilles et passe souvent inaperçue
4)
NdT : dans l'hémisphère sud.