les-lachenalia

Les Lachenalia

Étude des principaux genres de bulbes sud-africains

Le genre

Plantes de la famille des Hyacinthaceae, vivaces, avec des bulbes vrais.
Environ 110 espèces se partagent les zones ouest et sud-ouest de RSA.
Ce sont des plantes de croissance hivernale ; les feuilles commencent à pointer en septembre-octobre et c’est à ce moment qu’on peut commencer l’arrosage si les nuits sont assez fraîches.
La floraison des Lachenalia débute dès le début de l’hiver et se poursuit selon les espèces jusqu'au début du mois de mai avec Lachenalia purpureo-caerulea. Beaucoup d’espèces ont des fleurs parfumées.
Les bulbes sont dormants en été et perdent totalement leurs racines.
On rattache maintenant les Polyxena aux Lachenalia, bien que les plantes soient assez différentes.

Les espèces

Parmi les espèces que je cultive je ne présenterai que celles que j’ai pu photographier, les autres ne sont pas encore adultes :

  • Lachenalia alba : présent au sud- ouest du Cap-du-Nord (Northern Cape), de Nieuwoudtville à Calvinia (Bokkeveld escarpment).
  • Lachenalia algoensis : Cap-Occidental (Western Cape) et Cap-Oriental (Eastern Cape).
  • Lachenalia aloides : ouest du Cap-Occidental (Western Cape), sur sols granitiques et gréseux. Sa variété vanzyliae est considérée comme une espèce à part entière et est beaucoup plus tardive que Lachenalia aloides en culture.
  • Lachenalia angelica : ouest du Cap-du-Nord (Northern Cape), de Kleinsee à Hondeklipbaai, en sols peu profonds.


Lachenalia alba Lachenalia algoensis Lachenalia aloides Lachenalia angelica
Lachenalia alba Lachenalia algoensis Lachenalia aloides Lachenalia angelica


  • Lachenalia anguinea : Cap-Occidental (Western Cape) et Cap-du-Nord (Northern Cape), sols côtiers profonds, envahissant.
  • Lachenalia arbuthnotiae : sud-ouest du Cap-Occidental (Western Cape), Cape Flats, dans le fynbos côtier et les lieux humides. Cette plante superbe et à la fleur très parfumée est en voie d’extinction dans la nature (moins de 130 individus).
  • Lachenalia bulbifera : Cap-Occidental (Western Cape), zone des pluies hivernales sur sols plats sableux, principalement côtiers.
  • Lachenalia carnosa : Cap-du-Nord (Northern Cape), Namaqualand, belle espèce compacte et parfumée.


Lachenalia anguinea Lachenalia arbuthnotia Lachenalia bulbifera Lachenalia carnosa
Lachenalia anguinea Lachenalia arbuthnotia Lachenalia bulbifera Lachenalia carnosa


  • Lachenalia comptonii : ouest du Cap-Occidental (Western Cape) et du Cap-du-Nord (Northern Cape), sur sols sableux plats. Belle espèce aux feuilles pileuses et aux fleurs parfumées.
  • Lachenalia congesta : Cap-du-Nord (Northern Cape), Sutherland et Calvinia, en voie d’extinction (moins de 35 plantes).
  • Lachenalia contaminata : zone côtière ouest du Cap-Occidental (Western Cape), de Lambert's Bay à De Hoop, sur sols les plus humides.
  • Lachenalia convallarioides : Cap-Oriental (Eastern Cape), Grahamstown, en voie d’extinction (moins de 50 plantes). Bien que de la zone est, je cultive cette petite plante comme hivernale.


Lachenalia comptonii Lachenalia congesta Lachenalia contaminata Lachenalia convallarioides
Lachenalia comptonii Lachenalia congesta Lachenalia contaminata Lachenalia convallarioides


  • Lachenalia gillettii : Cap-Occidental (Western Cape), nord du Swartland, de Eendekuil à Koringberg sur sols argileux et schisteux. Espèce en danger.
  • Lachenalia juncifolia : Cap-Occidental (Western Cape), belle espèce aux feuilles filiformes mais envahissante par ses nombreuses bulbilles.
  • Lachenalia kliprandensis : Cap-du-Nord (Northern Cape), sud-ouest du Bushland, vers Kliprand, sur sables rouges profonds. La plante à une floraison précoce et très parfumée. Rare mais non menacée.
  • Lachenalia mathewsii : ouest du Cap-Occidental (Western Cape) (Vredenburg), aime bien les sols détrempés sablonneux. Cette espèce est en décroissance.


Lachenalia gillettii Lachenalia juncifolia Lachenalia kliprandensis Lachenalia mathewsii
Lachenalia gillettii Lachenalia juncifolia Lachenalia kliprandensis Lachenalia mathewsii


  • Lachenalia mutabilis : ouest du Cap-Occidental (Western Cape) et du Cap-du-Nord (Northern Cape), belle espèce non parfumée, n’émettant pas de bulbilles.
  • Lachenalia namaquensis : zone ouest du Cap-du-Nord (Northern Cape), plante rare.
  • Lachenalia nervosa : zones de prairies côtières au sud du Cap-Occidental (Western Cape), de Swellendam à George.
  • Lachenalia orthopetala : sud-ouest du Cap-Occidental (Western Cape), de Durbanville à Piketberg, sur sols argileux.
  • Lachenalia patula : Cap-Occidental (Western Cape), zone nord-ouest du Namaqualand, une superbe plante aux feuilles très succulentes. Les très petits bulbes sont délicats à maintenir en culture ; risque de pourrissement en fin de saison.
  • Lachenalia purpureo-caerulea : sud-ouest du Cap-Occidental (Western Cape) (Darling et Mamre) sur sols plats gravillonneux. Le plus tardif des Lachenalia (avril), les fleurs sont très parfumées. En voie d’extinction : moins de 250 plantes sauvages.


Lachenalia mutabilis Lachenalia namaquensis Lachenalia patula Lachenalia purpureo-caerulea
Lachenalia mutabilis Lachenalia namaquensis Lachenalia patula Lachenalia purpureo-caerulea


  • Lachenalia pusilla : Cap-Occidental (Western Cape) et Cap-du-Nord (Northern Cape). Petite plante acaule, aux fleurs blanches et parfumées. Le Lachenalia le plus précoce à fleurir, les fleurs se forment chez moi à la fin de l’automne.
  • Lachenalia pustulata : zone ouest du Cap-Occidental (Western Cape), de St. Helena Bay à la péninsule du Cap. La plante pousse bien en sols lourds et riches ; remarquable par ses feuilles pustuleuses.
  • Lachenalia reflexa : sud-ouest du Cap-Occidental (Western Cape), de la péninsule du Cap à Malmesbury. Cette espèce aux fleurs jaunes est peu banale, elle pousse au ras du sol sur des pelouses sableuses bien humides. Il faut la cultiver dans des pots larges et peu profonds.
  • Lachenalia salteri : sud-ouest du Cap-Occidental (Western Cape), de la péninsule du Cap à Bredasdorp, en milieu humide autour des étangs saisonniers côtiers. Cette grande espèce tardive possède des fleurs bleues et rose pastel.


Lachenalia pusilla Lachenalia pustulata Lachenalia salteri
Lachenalia pusilla Lachenalia pustulata Lachenalia salteri


  • Lachenalia splendida : nord-ouest du Cap-Occidental (Western Cape) et ouest du Cap-du-Nord (Northern Cape), grande espèce violette spectaculaire.
  • Lachenalia thomasiae : Cap-Occidental (Western Cape), à Clanwilliam, une localité connue !
  • Lachenalia trichophylla : nord-ouest du Cap-Occidental (Western Cape) et ouest du Cap-du-Nord (Northern Cape), belle petite espèce aux feuilles épaisses et cordiformes recouvertes de poils étoilés.
  • Lachenalia unicolor : Cap-Occidental (Western Cape).
  • Lachenalia ventricosa : Cap-Occidental (Western Cape).
  • Lachenalia violacea : ouest du Cap-Occidental (Western Cape) et du Cap-du-Nord (Northern Cape).


Lachenalia unicolor Lachenalia vanzylia Lachenalia violacea
Lachenalia unicolor Lachenalia vanzylia Lachenalia violacea


  • Lachenalia viridiflora : Cap-Occidental (Western Cape), à St. Helena Bay, versants granitiques, dans des dépressions humides. Est devenu rare dans la nature où ne sont plus connues que deux petites populations.
  • Lachenalia xerophila : Cap-du-Nord (Northern Cape).


Lachenalia viridiflora Lachenalia xerophila
Lachenalia viridiflora Lachenalia xerophila


Remarques générales sur la culture

On reproche aux Lachenalia cultivés en pots et sous serre un port peu flatteur. Les feuilles sont grandes, molles et retombantes après un début de croissance compact et séduisant. Les inflorescences sont longues et lâches, avec peu de fleurs.

Tout ceci est souvent vrai en raison de mauvaises conditions de culture.

Je les cultive pour ma part en sol 100% minéral, assez fin, sableux et avec un peu de terre franche ou d’argile (5 %). Le drainage est peu important pour ce genre.
Les pots peuvent être assez grands si on a plusieurs bulbes ; j’utilise des pots de 16x16x16 cm pour 5 à 7 bulbes adultes. Des pots carrés serrés les uns contre les autres assurent une inertie thermique adéquate ; le pot demeure frais même au printemps quand la serre est chaude. De même en hiver, lorsque la température de la serre descend vers 0°, les bulbes, à quelques centimètres dans le sol, restent à des températures positives.
La plupart des Lachenalia supportent une température légèrement négative (-1°) brièvement pendant la nuit, pour autant qu’elle remonte bien dans la journée.

Le rythme des arrosages est important.
A l’arrivée de l’automne avec des nuits plus fraîches, un certain nombre de Lachenalia émettent une courte pousse foliaire ; si on les a plantés juste sous la surface du sol, il est facile de le repérer.
A ce moment, on peut arroser complètement le pot, soit par-dessus ce qui peut être long si on en a beaucoup ; ou mieux par le dessous s'ils sont dans de grands bacs étanches contenant du sable, ce qui permet d’arroser toute la collection d’un coup.
La meilleure eau est l'eau de pluie. Pour avoir des plantes compactes, une bonne aération diurne et un éclairement maximal est souhaitable, mais la lumière du jour suffit. Si la serre ou le châssis est situé sur un espace dégagé c’est le mieux ; idéalement en hiver la lumière rasante devra toucher les surfaces de culture, de l’est à l’ouest sans discontinuer. Par la suite les arrosages seront espacés de manière à ce que la motte ne dessèche pas, jusqu’après la date de floraison.

En milieu minéral pauvre, les plantes prennent un port compact, mais un peu de fertilisant doit être apporté pour soutenir la floraison.
Le fertilisant soluble doit comporter un minimum d’azote (N) et un maximum de potassium (K).
Après la floraison, si la motte est encore humide, ne plus arroser.
Les Lachenalia s’hybrident facilement, même si abeilles et bourdons ne rentrent pas dans la serre. Attention donc : les graines seront peu fiables.
C’est pour cette raison que certains producteurs ont des plantes atypiques, qui ressemblent parfois peu aux espèces sauvages.

En conclusion, ce sont des plantes faciles (sauf L. patula), belles et florifères pour autant qu’elles aient de l’air et de la lumière, et pas de terreau !


Par Jean-François Siraudeau

Publié le : 2015/01/18

COMMENTAIRES Vous pouvez commenter cet article ou lire les commentaires

  • les-lachenalia.txt
  • Dernière modification: 2015/10/22 14:24
  • (modification externe)