retour à la page principale

Copiapo - La Serena

Ce matin, nous remontons la vallée du Rio Copiapo. Cette région est assez peuplée, avec ses mines et ses vignes. Le premier arrêt nous permet de trouver une Cisthante qui pourrait être C. spectabilis. Mais il faut passer le rio (à sec évidement) et monter sur les flancs de la colline pour trouver des Eriosyce confinis avec une spination qui vaut le détour.

D'ailleurs le premier est E. confinis sans doute possible, grâce aux fleurs. Mais le second, pourrait tout autant être un Eriosyce aurata. Pendant que Philippe et moi prenions nos photos, les 2 jeunes nous regardaient. On les voit dans le fond, à coté de la voiture. Vous pouvez constater que la vigne n'est pas très en forme par endroit. Les parcelles à droites sont complètement mortes. Pourquoi ???? Aucune idée.

Marcel était déjà venu ici il y a quelques années et y avait trouvé des Eriosyce aurata ssp. spinibarbis… il suffisait de retrouver l'endroit…. “Ca ressemblait à ça, ce doit être par là” qu'il nous dit. Bon, allons voir… Et effectivement :

D'après les livres, cette sous-espèce est l'intermédiaire entre les Eriosyce aurata types et les Eriosyce rodentiophila.

De magnifiques spécimens dont les jours sont comptés, au moins dans cette vallée. La zone aplanie sur la droite est une future vigne.

Là, il ne reste plus rien. Que de la vigne à perte de vue…

Il est temps de reprendre notre route vers le sud, en faisant quelques arrêts pour admirer le désert fleuri.

Au sud de Vallenar, nous faisons un arrêt sur un site en bord de route où nous étions passés à l'aller, dans l'espoir que 15 jours plus tard les quelques fruits soient mûrs. Espoir déçu, mais de belles plantes d'Eriosyce eriosyzoides quand même.

Sur ce même site nous avons pu observer des fleurs de Miqueliopuntia miquelii variant du blanc au rose soutenu avec tout les intermédiaires.

L'arrêt suivant s'est fait au nord d'Incahuasi. Mais pas question de trouver du Puna subterranea. Des maisons de l'inca, il y en a dans toute l'Amérique du sud. Ce n'est pas le bon.

Ici, il y a “seulement” des Eriosyce aurata à fleur jaune :

Ou à fleur rouge :

Ou des trop jeunes pour connaitre la couleur de la fleur

Mais à la spination toujours très intéressante. Ca fait plaisir de voir des jeunes plantes. Ce n'est pas souvent chez les cactus de ce pays.

Et des Eriosyce eriosyzoides

Arrivés à Trapiche, nous reprenons la route de Choros. Nous nous étions arrêtés ici à l'aller. Les Eriosyce heinrichiana sont toujours aussi spectaculaires !

A quelques kilomètres au nord de la Serena, à coté du Puente Juan Soldado nous faisons le dernier arrêt de la journée. Je ne suis pas très vaillant, j'ai juste le courage de prendre quelques photos… et de trouver Carica chilensis dans les conditions que Philippe vous a déjà narrées …. et sur lesquelles je ne reviendrai pas ! ! !

Fuchsia lycioides, un des 2 Fuchsia chiliens avec le très connu F. magellanica

Copiapoa coquimbana

Echinopsis coquimbana

Et Eriosyce subgibbosa ssp. wagenknechtii ou E. villosa ssp. wagenknechtii selon les auteurs.

Puis nous allons à La Serena aux même cabanas qu'à l'aller. Pendant que je vais directement au lit, mes camarades vont faire quelques courses. Alors que j'ai l'estomac au bord des lèvres, ils ont décidé de faire de la cuisine ce soir ! ! Merci les gars !


Vous pouvez retrouver cette page sur le forum et lire les commentaires suscités.

Vous pouvez retrouver la page sur le forum au sujet de Vasconcellea (Carica) chilensis et lire les commentaires suscités.


retour à la page principale


Auteur : Alain
Publié le : 2012/03/31