retour à la page principale

Ovalle - la Serena

Ce matin là, le départ d'Ovalle se fait dans la brume.

Mes camarades ont rigolé lorsque je leur ai parlé de forêt d'Eulychnia à Embalse Recoleta, un lac artificiel. Ils ont moins rigolé lorsqu'ils l'ont vu.

En fait, c'est une forêt d'Eulychnia acida et de Trichocereus chiloensis. Les 2 ont en commun une spination étonnante, avec des épines de plus de 20 cm. Un Eulychnia en fleur

Un jeune Trichocereus

Et dans l'herbe, on trouve aussi quelques Eriosyce. Probablement E. limariensis, une forme de transition entre E. curvispina et E. heinrichiana.

En arrivant à Huampulla, nous retrouvons les mêmes cierges.

Au pied desquels nous trouvons les mêmes Eriosyce.

Avec juste cette vision d'horreur, un champs de Cumulopuntia !

A Samo Alto, Nicolas fait une cueillette de graines de Cistanthe.

Sur le rocher qui surplombe la route, nous trouvons encore des Eriosyce.

Nous avons fait un petit arrêt sur un site à l'ouest de Pichasca (un petit village au nord est d'Ovalle). C'était un peu avant midi, le soleil tapait dur, il commençait à faire chaud.

La première plante vue n'était pas un cactus, mais ça :

968.jpg

Une aristoloche : Aristolochia chilensis. Une rampante, aux feuilles coriaces, couverte de fleurs. Celle-ci les a marron foncé, mais d'autres juste à coté avaient des fleurs jaune-vert. On a revu cette plante régulièrement pendant le voyage. On a même trouvé quelques graines. Pour la culture, elle a quand même un inconvénient de taille : L'odeur !

Le cactus le plus visible est Trichocereus chiloensis : jolie épines, jolies fleurs.

988.jpg

Moins visible mais tout aussi présent, le très sociable Cumulopuntia sphaerica leucophaea.

991.jpg

Mais le clou du site était un peu plus loin, un peu en hauteur :

En v'la un petit :

982.jpg

Un en fleur

1000.jpg

En Argentine, certains avaient fait le vœux d'embrasser le premier Trichocereus pasacana trouvé.
Ici, Nicolas avait fait la promesse de faire la bise au premier Eriosyce aurata rencontré.
Ce ne fut pas le premier parce qu'il a beaucoup hésité, mais chose promise….

976.jpg

A Hurtado, nous faisons une halte sur la piste qui mène au cimetière (Le bouquet d'arbre là bas dans le fond).

Sur les flancs des collines, nous retrouvons Eriosyce aurata qui n'a jamais aussi bien porté son nom. Cette forme à épines bien jaunes doit être la variété mollensis de Backeberg, reprise par Hoffmann.

Encore que la couleur jaune n'est valable que pour les plantes âgées. Plus jeunes les épines sont grises.

Comme nous l'apprendrons au cours de ce voyage, les Eriosyce aurata ont toujours des graines à offrir. Alors que la floraison démarre à peine, les fruits des saisons précédentes ont laissé quelques graines à l'apex des plantes.

La pause déjeuner se fera en altitude, à 2000m, au col entre la vallée des Rio Limari et Hurtado et celle du Rio Elqui.

Les seuls cactus du lieu sont les Eriosyce aurata. Ils sont en nombre et de belle taille.

Avec des plantes de tous les âges

Encore que ce jeune là, ne doit pas être si jeune…

Puis c'est la descente vers Vicuna toujours avec des Eriosyce aurata et des Eulychnia et des Trichocereus qui ré-apparaissent à plus basse altitude.


Vous pouvez retrouver cette page sur le forum et lire les commentaires suscités.


retour à la page principale


Auteur : Alain
Publié le : 2012/03/31