retour à la page principale

Vallenar - Conay

La vallée du Rio Huasco est bien connu par les cactophiles, mais surtout dans sa partie à l'ouest de Vallenar. On trouve là Copiapoa alticostata (un supposé hybride de C. coquimbana avec C. echinoides), le nouvellement décrit C. griseoviolacea, Eriosyce napina et sa sous-espèce lembkei, E. subgibbosa ssp. vallenarensis, E. crispa.. et d'autres choses.

A l'est de Vallenar, c'est moins couru.
Plus sec, la végétation se cantonne au fond des vallées…. Et comme il y a de l'eau qui coule des Andes, on peut irriguer.
C'est donc le royaume des avocats (palta !) et de la vigne. Vigne qui sert principalement à faire le pisco. D'ailleurs les connaisseurs auront vu sur la carte la ville d'Alto del Carmen…..

Cette ville est aussi intéressante par les cactus qui poussent dans les environs. On y trouve le classique Eulychnia acida, l'ubiquitaire Cumulopuntia, de nombreux Eriosyce eriosyzoides et quelques Copiapoa coquimbana. Ces derniers sont remarquables par leur situation géographique. Ils sont à la limite nord et la limite est de cette espèce. Ils se caractérisent par leurs épines marron clair tirant sur l'orange. Ailleurs, elles sont plutôt grises ou noires. En 2009, I. Schaub et R. Keim ont décrit Copiapoa coquimbana ssp. andina dont la localité type se trouve quelques kilomètres plus au nord et 400 mètres plus haut. Il y a un air de famille….

Les Eriosyce sont en fleur, en fruit mais pas de graines mûres. Ils sont plus petits que ceux que nous verrons plus haut dans la vallée. Nous les appellerons de la même façon Eriosyce eriosyzoides, bien que….






Notre but était de remonter la vallée au moins jusqu'à Conay pour trouver ce Maihueniopsis archiconoidea.
En cours de route nous avons fait quelques arrêts, dont un, remarqué, dans la Quebrada Pinte.

Dans cette vallée, nous n'avons pas trouvé le Maihueniopsis. Peut être n'est on pas assez en altitude.
Mais nous avons trouvé Eriosyce eriosyzoides, dans une forme assez différente de celles déjà rencontrées.
Lorsque nous l'avons vu, ceux qui étaient allés en Argentine, ont cru voir une vieille connaissance : Eriosyce umadeave.

Mais non. Nous étions toujours au Chili et malgré la ressemblance ce n'était pas un Pyrrhocactus argentin.

C'est un peu difficile de savoir quel nom lui donner, tant la nomenclature est changeante….
Ritter, l'appelait en 1963 Pyrrhocactus transitensis.
Kattermann, en 1993, Eriosyce kunzei v. transitensis.
Et le NCL, en 2006, Eriosyce eriosyzoides.
Pour être clair, nous l'appellerons Eriosyce eriosyzoides (transitensis)………. RCPB 135.01

Un Eriosyce qui ressemble a un Eriosyce si on en croit le nom….

Cette vallée n'est pas encore irriguée. Les cactus sont pour l'instant saufs. Mais pour combien de temps ?

En voici un en fleur :

Un d'un age vénérable qui doit faire dans les 50 à 60 cm de long.

La floraison battait son plein. Les fruits n'étaient majoritairement pas mûrs……. Mais il y a eu quelques graines.



Et puis un compère.
Ne vous laissez pas avoir, ce n'est pas le même. Ça, c'est un Eriosyce aurata.
Les 2 ne poussaient pas exactement dans le même sol.

Vous pouvez voir aux photos que le soleil tapait dur …….. Mais pas encore aussi dur qu'il tapait à l'est de Conay. Nous nous sommes arrêtés pour casser la croûte sous un des rares arbres. Son ombre était la bienvenue.

Puis nous sommes partis à la recherche du Maihueniospis archiconoidea.
Il pousse sur les pentes instables, dans le sable et le gravier.

4439.jpg

Au retour, nous avons fait un arrêt à El Transito, quelque part entre Alto del Carmen et Pinte.

Et sur les pentes, nous avons trouvé des Eriosyce eriosyzoides (transitensis) quelque part entre ceux des 2 localités citées.

Mais aussi quelques beaux Eriosyce aurata.


Vous pouvez retrouver cette page sur le forum et lire les commentaires suscités.


retour à la page principale


Auteur : Alain
Publié le : 2012/03/31