Bienvenue (chargement en cours - javascript nécessaire)



leftBlock
Agenda
28 et 29 janvier 2017
Mimosalia (Bormes les Mimosas)
J'y vais


7 février 2017
Conférences de la SNHF (Paris)
J'y vais


4 et 5 mars 2017
Art des Jardins (Ille sur Tet)
J'y vais


7 mars 2017
Conférences de la SNHF (Paris)
J'y vais


18 et 19 mars 2017
Journées des plantes au domaine d'Orvès (La Valette du Var)
J'y vais


19 mars 2017
Marché régional aux plantes d'Andel (Andel)
J'y vais


19 mars 2017
Printemps des plantes à Castanet-Tolosan (Castanet-Tolosan)
J'y vais

Toutes les dates
leftBlock
LocalisationCarte du monde
Où êtes vous ?

Trucs et astuces

Comme le titre de cette rubrique l'annonce, vous trouverez ici quelques trucs et astuces. Ils proviennent de différentes sources : autres passionnés, sagacité personnelle, ou combinaison des deux. Comme le veut l'esprit général de ce site, si vous avez vous aussi un truc ou une astuce qui a sa place ici, je l'attends.

Enlever facilement des glochides

Il est fréquent de se retrouver avec des glochides ou des petits aiguillons plantés dans la main ou le bras, suite à un mouvement malencontreux. La pince à épiler est une aide précieuse, mais il y a deux autres méthodes que nous allons voir ci-dessous.

Le ruban adhésif

Appliquez-en un morceau sur la zone touchée, puis tirez. Répétez l'opération si nécessaire, c'est très efficace.

Cette méthode a plusieurs avantages :

  • elle n'enfonce pas les glochides
  • elle est plus facile à mettre en oeuvre que la pince à épiler (par exemple si c'est votre main droite qui est touchée et que vous êtes droitier)
  • elle est plus rapide que la pince à épiler si les glochides sont nombreuses.

La cire de bougie

Olivier utilise une méthode similaire inspirée de la cire épilatoire pour les femmes.

Le principe c'est d'allumer une bougie et de verser de la cire sur la peau criblée de glochides. La cire au début n'est pas très chaude et c'est supportable, on attends que ça refroidisse (pour aller plus vite on peut verser de l'eau froide) et on retire doucement la cire. C'est radical et efficace du 1er coup.

Illustration de la méthode à la cire de bougie par Leveque Maxime

Eradiquer des cochenilles farineuses sur quelques plantes

Si vous avez un petit nombre de plantes infestées de cochenilles farineuses, sur les parties aériennes de vos plantes, alors cette méthode d'éradication est faite pour vous. Ce truc est dérivé d'une méthode qu'un ami entomologiste utilise pour tuer les insectes qu'il collectionne : l'éther !
(Par exemple l'acéthate d'éthyle CH3COOC2H5)

Mettez vos plantes dans une boîte fermant bien, par exemple un carton d'emballage ou de déménagement. Ajoutez dans la boîte un bol contenant un chiffon imbibé d'éther, puis fermez. Laissez agir deux heures, et renouvelez au bout de 10 jours pour tuer les cochenilles issues des oeufs.

Avantages et inconvénients :

  • Cette méthode est radicale pour éliminer tous les types d'insectes sur les parties aériennes des plantes.
  • Cette méthode est dangereuse à cause des risques d'explosion. Il faut donc la faire en plein air, à l'abri de toute source d'étincelle ou de feu. Faites très attention lors de sa mise en oeuvre.
  • Il est fastidieux de traiter plus de quelques plantes.

Encore une fois, faites très attention aux risques d'explosion des vapeurs d'éther.

Récolter des graines

Pour récolter des graines facilement, quelles soient petites, perdues dans de la laine, protégée par des aiguillons féroces ou tout ça à la fois, la pompe à graines est l'instrument idéal. Ce petit bricolage est tout simple, composé d'une boîte de pellicule photo et de deux tuyaux.

Principe : les deux tuyaux arrivent dans la boîte. Quand celle-ci est fermée, il suffit d'aspirer par l'un des tuyaux (avec votre bouche) pour que toute graine à proximité de l'extrémité de l'autre tuyau soit aspirée. La graine reste alors dans la boîte, car il y a une dépression.

Origine : le premier modèle que j'ai vu est celui de Joël Lodé, lors d'une après-midi passée en sa compagnie à récolter des graines sur des dizaines d'espèces dans sa serre. Son modèle présentait un inconvénient que j'ai supprimé : les deux tuyaux arrivaient dans la boîte en vis-à-vis, l'un dans le capuchon l'autre dans le fond de la boîte. Si les graines étaient aspirées trop fortement, elles pouvaient alors ressortir par le tuyau se trouvant en face, et arriver dans la bouche. En plaçant les deux tuyaux dans le capuchon, ce problème est supprimé, et un avantage apparaît : quand les graines sont dans la boîte, il suffit de la fermer avec un capuchon puis de prendre une autre boîte pour passer à la plante suivante : plus besoin de transférer les graines d'une boîte à l'autre, avec le risque d'en faire tomber, d'en oublier, etc…

Schéma de la pompe à graines :

Matériel : Vous obtiendrez des boîtes de pellicules photos sans aucun problème en vous adressant à un photographe près de chez vous. En général ils les jettent, vous pourrez donc en obtenir un plein sac. C'est important car il y en a plusieurs modèles. Pour la boîte elle-même, je préfère celles qui sont transparentes, car on voit mieux ce que l'on fait. Pour le capuchon, préférez le modèle en plastique souple (gris), il sera plus facile à percer pour mettre les tuyaux.

Pour les tuyaux, plusieurs sources possibles : d'abord, la récup, le système D. A vous de voir ce qui traîne par chez vous. Vous pouvez aussi acheter ça dans un magasin de bricolage, au rayon pneumatique (tuyaux pour air comprimé), ou chez un modéliste. Vous pouvez mettre à peu près n'importe quel diamètre et longueur de tuyaux, voici ce que j'ai choisi et qui fonctionne très bien pour moi :

  • pour le tuyau d'aspiration : diamètre intérieur 4mm, longueur 11cm.
  • pour le tuyau des graines : diamètre intérieur 2,5mm, longueur 15cm.

Le tuyau pour les graines doit être plutôt fin, pour passer entre les aiguillons, mais pas trop pour ne pas se boucher. Important : il doit être souple, ça facilite l'utilisation car il faut le plier.

Réalisation : Pour mettre en place les tuyaux, percez le capuchon avec ce que vous avez sous la main, par exemple une pointe ou un tournevis de diamètre égal ou légèrement inférieur à celui du tuyau. Comme le plastique du capuchon est souple, il aura tendance à se refermer hermétiquement autour des tuyaux, ce qui est parfait pour nous !

Le mode d'emploi en film : Vous avez le choix entre la petite taille en provenance de Youtube visible en HD (ci-dessous) ou alors en grande taille et bonne qualité. Vidéo en grande taille. 16,8 Mo, DivX format AVI

Ca y est, vous êtes prêts à faire de superbes récoltes de graines. Si vous en ramassez beaucoup, pensez à moi, mon adresse postale figure dans la page de contacts… ;-)))

Il arrive que certaines graines soient aspirées par le deuxième tuyau si on aspire trop fort. Pour contrer ce problème, Willy utilise la technique suivante :

J'ai pris un pot à yaourt en verre assez grand ce qui fait “tomber” la pression intérieure et en outre le tube qui amène les graines passe jusqu'au fond du pot tandis que le tube aspiratoire ne passe que quelques centimètres dans le couvercle. En plus j'ai percé un troisième trou dans le couvercle (qui est d'un plastique assez mou et avec une certaine élasticité). Cela me permet de régler la force de l'aspiration en plaçant un doigt sur le trou et en changeant la pression du doigt pour fermer le trou. Comme j'ai employé des tuyaux en silicone je n'ai encore jamais eu besoin de les renouveler.

Lu sur cacti_etc : il y a un système encore plus simple. Il suffit d'utiliser cet ustensile utilisé pour nettoyer les oreilles des bébés. C'est une petite pompe à main en forme de poire. Prenez un modèle pouvant s'ouvrir, et fabriquez une valve à un sens en collant un petit cône de plastique sur l'embout.

A voir aussi : comment récolter les graines de cactus en vidéo.

Des étiquettes longue durée

Il n'est pas facile, pour un amateur sans gros moyens, d'avoir des étiquettes qui durent très longtemps (au moins dix ans). Les jardins botaniques peuvent utiliser des plaques d'aluminium gravées, qui survivront à leurs créateurs, mais que peuvent faire les passionnés que nous sommes ? Les étiquettes les plus courantes et les plus utilisées par les collectionneurs sont en plastique, de quelques centimètres, d'une de ces deux formes : On peut écrire dessus avec un feutre ou un crayon à papier, mais en général au bout de quelques temps cela s'efface. Que faire ? Voici quelques possibilités, à vous de choisir :

  1. Écrivez avec une pointe en métal : avec un cutter, gravez le nom de vos plantes sur vos étiquettes en plastiques, puis frottez une mine de crayon à papier dessus pour remplir les rainures. Ca durera longtemps, et même si ça s'efface complètement il suffit de frotter avec le crayon à papier pour que l'inscription réapparaisse.
  2. Sur du papier standard, imprimez vos étiquettes avec une imprimante laser, puis découpez en petits bouts de taille inférieure à l'étiquette. Ensuite, collez sur votre étiquette avec du ruban adhésif transparent longue durée, en faisant déborder sur tout le tour du papier, afin que l'eau ne puisse s'infiltrer. J'ai testé, certaines étiquettes sont toujours bien au bout de 5 ans, même en plein soleil. J'avais utilisé le ruban adhésif transparent, celui qui paraît opaque quand il est en rouleau mais qui ne se voit plus du tout une fois collé (contrairement au classique, qui est plutôt “jaune”).

Remarque : si vous avez une imprimante à jet d'encre au lieu d'une laser, photocopiez votre original puis utilisez la copie.

  1. Imprimez directement sur une feuille plastique semi-rigide opaque, puis découpez à la taille et à la forme voulues. La difficulté consiste à trouver une feuille plastique suffisamment souple pour qu'elle passe dans l'imprimante laser, mais aussi suffisamment rigide pour qu'elle ne plie pas trop. Au pire, imprimez sur les “transparents” qui servent à faire les présentations avec rétroprojecteur, puis collez sur votre étiquette standard.

Complément de Pierre-Henri : On peut utiliser une plastifieuse pour cartes et plastifier les étiquettes préalablement imprimées au laser sur une feuille de papier. Attention en coupant de bien laisser une bordure d'au moins 1 millimètre.
La machine coûte environ 200 francs suisses et il peut être intéressant de l'acheter à plusieurs pour diminuer les frais (tous les amateurs de plantes pourraient être intéressés).

Complément de florent : si on a des difficultés à se procurer des étiquettes vierges, voici 2 possibilités :

  • Récupérer des emballages alimentaires plastiques
  • ou plus facilement des couvercles de goulotte plastique type pour l'électricité.

Après on les coupe aux ciseaux et on applique ta méthode. Encore que moi je fais autrement, je les passe au papier de verre et un coup de crayon à papier. Simple, pas cher, facile à se procurer et à la portée de tous.

Complément de amiga56 (2009) : on peut utiliser une étiqueteuse à transfert thermique sur des rubans adhésif (mode d'impression utilisé par certains producteurs avec une imprimante à transfert thermique pro) compter 100euros pour une étiqueteuse avec impression depuis PC + 15 à 20 euros le ruban de 8m de long.

Doser facilement de l'osmocote

Si vous n'avez pas de balance suffisamment précise pour doser votre osmocote, utilisez une boîte de pellicule photo ! Comme une telle boîte contient environ 36 g d'osmocote, elle vous permettra de préparer 12 litres de compost.

Envoyer des graines par la poste

Les graines sont fragiles, il faut prendre quelques précautions quand on les envoie par la poste. Si vous avez beaucoup de sachets de graines à envoyer, pas de problème : utilisez une boîte rigide.

Là où ça se corse, c'est quand vous n'avez que quelques sachets à envoyer, et qu'une enveloppe suffirait. Plusieurs solutions fonctionnent bien :

  • le “plastique bullé” : fabriquez une petite enveloppe avec ce plastique à bulles qui sert à emballer les objets fragiles, et mettez-y vos petits sachets de graines. Insérez le tout dans une enveloppe de taille standard, et postez. J'ai utilisé cette technique plusieurs dizaines de fois, sans aucun problème.
  • le carton épais : prenez un carton épais et dur, épais de 2 mm environ, d'une taille entrant dans une enveloppe. Découpez des trous de la taille d'une pièce de 10 centimes. Avec des étiquettes autocollante ou du ruban adhésif, recouvrez l'une des deux faces de ce carton. Vous avez donc des cavités dans lesquelles mettre les graines, et il faut alors recommencer l'opération étiquettes ou ruban adhésif de l'autre côté. Deux avantages :
    • ouverture peu probable par les postier (ou les douaniers).
    • il est quasi impossible d'écraser les graines.

Le carton à utiliser ne doit être celui qui constitue les cartons d'emballage, il doit plus ressembler au bois dont on fait les cageots (que vous pouvez d'ailleurs utiliser).

Obtenir un spectre lumineux agro

Pour reproduire avantageusement le spectre balancé des tubes Gro-Lux, Sun-Gro (tubes dédiés à l'éclairage des plantes, des vivariums, des aquariums etc…), il suffit de mélanger les deux types de tubes standards blanc froid et blanc chaud. La mention est inscrite sur le tube à côté de la puissance :

  • Les tubes blanc froid c'est les tubes blanc industriel, blanc universel, cool white deluxe.
  • Les tubes blanc chaud c'est les tubes warm white, blanc chaud.

En panachant un tube de chaque, on obtient le même résultat qu'avec les Gro-Lux et pour bien moins cher.

Se procurer des pots en plastique gratuitement

Cela vous semble impossible ? Et pourtant si, il existe un moyen simple et efficace de vous procurer des pots en plastique gratuitement. Il s'agit tout simplement de rendre service à votre fleuriste, en le débarrassant de ces petits objets qu'il jette en grande quantité.

Cherchez un fleuriste qui conçoit des compositions, dans le genre panier en osier contenant quelques petites plantes diverses (un tuya, un conifère, un Kalanchoe, etc.). Comme certains fleuristes font ces compositions eux-mêmes, ils jettent ensuite les pots qu’il leur reste. La première fois que j'ai ainsi sollicité mon fleuriste, je suis sorti du magasin avec un énorme sac plein de pots.

Attention : lavez très soigneusement les pots ainsi récupérés, car ils peuvent contenir toute sorte de parasites (cochenilles, poux des racines, etc.)

Arroser délicatement des semis ou plantules

Vous l'avez sans doute remarqué : il peut être délicat d'arroser des petites plantes (semis, boutures, plantules) sans les déranger. Un trop gros jet d'eau va déplacer les plantes, les déraciner et abîmer leurs racines. Voici plusieurs méthodes :

  • le pulvérisateur : celui-ci projette une pluie plus ou moins fine, qui se dépose délicatement.

Inconvénient : attention aux dépôts en fonction de la qualité de votre eau et de ses composants (engrais, …)

  • le trempage : placez le pot dans un récipient contenant de l'eau. Celle-ci imprègne toute la terre par capillarité en quelques minutes.

Inconvénient : long, parfois difficile à mettre en oeuvre pour beaucoup de pots ou pour les terrines.

  • la seringue : prenez une seringue de grande taille (sans aiguille), et appuyez doucement.

Inconvénient : il faut faire attention à ne pas appuyer trop fort, sinon cet outil très pratique se transforme en Karcher…

  • le tuyau : munissez-vous d'une bouteille et d'un long tuyau, et utilisez le principe des vases communicants. Placez le tuyau dans la bouteille, amorcez la pompe en aspirant un peu, puis maintenez l'extrémité extérieure du tuyau sous le niveau de l'eau de la bouteille : ça coule tout seul, tout doucement !

Inconvénient : aucun, c'est à mon avis la meilleure méthode.

Se débarrasser de mauvaises herbes difficiles (Oxalis...)

Des pieds d'Oxalis s'épanouissent entres les aiguillons acérés d'un gros Ferocactus ? Vous voulez arrêter ça ? Vous êtes au bon endroit !

En effet, certaines mauvaises herbes sont particulièrement difficiles à faire disparaître de nos collections, notamment lorsqu'elles poussent entre les épines d'un gros sujet. Pour vous en débarrasser, il suffit de badigeonner leurs feuilles avec du glyphosate (par exemple du Roundup). Il faut faire attention de n'en mettre que sur les intrus et surtout pas sur les cactus. Il faut éviter aussi d'en mettre sur la terre. Ce désherbant est très vite dégradé par les microorganismes du sol mais très peu suffit à abîmer la plante (chlorose, déformation des tiges ou des fleurs). Il faut appliquer le désherbant sur des plantes en végétation (pas de problème avec l'oxalis, c'est tout le temps), par temps ni trop chaud (<28°C), ni trop froid (>10°C).

Vous pouvez opérer en utilisant un petit pinceau et du Roundup pur. Ce dernier est assez visqueux, s'étale et adhère bien à la feuille sans goutter. C'est un désherbant lent. Il ne faut pas compter voir les premiers effets avant une à 2 semaines.
Note: Roundup est une marque déposée (Monsanto).

Conserver des graines

Conserver le pouvoir germinatif de vos graines est tout simple : prenez un tube d'aspirine vide, mettez-y vos graines (propres et sèches, surtout pas humides). Refermez-le bien et gardez-le au réfrigérateur. C'est tout !

Explications : ce genre de tube prévient à la fois l'humidité (risque de moisissure) et la dessiccation. Le froid endort les graines, et prolonge donc leur pouvoir germinatif. De plus, leur retour à des conditions de germination idéales en terme de température et d'humidité suite à un séjour au froid sec favorise leur germination.
Franck Thirion.

Arroser délicatement des semis

J'utilise une pissote / pipette de chimiste que l'on peut trouver en pharmacie/droguerie. Il y a deux modèles bien distincts :

  • expulsion du liquide en pressant sur la pipette,
  • écoulement du liquide par gravitation quand on incline la pipette. Le tube est double et l'air entre par le deuxième tube et limite le débit. (pipette à alcool ?)

Le deuxième modèle est nettement mieux car indépendant de la pression que l'on met. Il suffit d'arroser à ras des semis et l'eau ne fait pas de cratère.
bidouile.

Enlever les (fausses) fleurs séchées

Certains vendeurs sans scrupules collent ou piquent des fleurs sur les cactus pour tromper l'acheteur et lui faire croire qu'il achète une plante fleurie. Ces fleurs sont piquées dans la plante ou collées sur ses aiguillons. La plante est de toutes façons endommagée, le mieux est de la rapporter chez le vendeur et se plaindre haut et fort pour se la faire rembourser. Si néanmoins vous préférez la garder, voici ce qu'il faut faire :

  • Fleurs piquées : avec une pince à épiler, tirez la fleur le plus droit possible. L'épiderme de votre cactus sera un peu abîmé, mais la plante devrait survivre. Laissez le en “convalescence” quelques jours dans un endroit sec et bien aéré, pour que la plaie puisse sécher sans s'infecter.
  • Fleurs collées : faites tremper votre cactus dans de l'eau. Certaines colles utilisées dans ce cas se ramollissent dans l'eau et vous pourrez facilement enlever cette horreur.

michel37 et yann.

Répartir les graines uniformément lors du semis

Servez vous d'une poivrière ou d'une salière : mélangez les graines avec un peu de sable fin sec et saupoudrez sur votre substrat comme cela les graines seront bien reparties sans être accumulées dans le même endroit du pot.
micheljp.

Arroser délicatement des semis

Prenez une classique bouteille d'eau, percez le bouchon avec une aiguille. Le jet a un débit contrôlé (par la pression que vous imprimez à la bouteille), ça permet de “viser” : favoriser telle ou telle zone, telle ou telle plantule, et vous pouvez toujours utiliser un fongicide en solution avec ce système.
mineraline.

Percer des caches pots

J'ai souvent percé (forets béton 13mm) des cache-pots (terre cuite ou céramique) pour en faire de jolis pots.
Quel que soit le nombre de trous désiré, le truc est de percer de l'extérieur du cache-pot vers l'intérieur. En effet, en ressortant le foret enlève un gros éclat de matériau percé autour du trou calibré ce qui crée un cratère dont le centre est le perçage.
Le fond des cache-pots est rarement plat, souvent bombé vers le haut ce qui peut tendre à garder de l'eau malgré le perçage si celui-ci a été effectué de l'intérieur vers l'extérieur. En ayant percé comme expliqué, le cratère facilite l'écoulement de l'eau (comme un évent en fonderie).
piemic.

Maintenir des boutures sur le substrat

Pour maintenir en place boutures et plantes sans racines :

Matériel : fil de fer plastifié - pinces coupantes

Confectionner un petit crochet en fil de fer plastifié d'un diamètre de 1,5 mm d'une longueur variable selon vos besoins, je fais 10-12-19 cm et sur mesure.
Coupez le fil de fer de la longueur voulue, pliez le en deux en formant un U, puis prenez la partie courbe entre les doigts, tordez vous obtenez un crochet. Il suffit de l'enfoncer de chaque côté de la plante pour la maintenir en place avant l'enracinement, voir les photos.
C'est simple et bien pratique. Conservez-les ils servent très longtemps.

Maintenir des plantes et boutures facilement

Par rebu76.

  • Partager le signet (social bookmarking)
  • Partager "Trucs et astuces" sur del.icio.us
  • Partager "Trucs et astuces" sur Digg
  • Partager "Trucs et astuces" sur Furl
  • Partager "Trucs et astuces" sur Reddit
  • Partager "Trucs et astuces" sur Ask
  • Partager "Trucs et astuces" sur Google
  • Partager "Trucs et astuces" sur Technorati
  • Partager "Trucs et astuces" sur Facebook
  • Partager "Trucs et astuces" sur Twitter