Astrophytum capricorne (Dietrich) B&R

A. capricorne est une espèce d'Astrophytum appartenant au même groupe (Septemtriastrophytum) qu'A. asterias et A. coahuilense, dont les caractères communs sont :

  • originaire du nord du Mexique,
  • floraison jaune à gorge rouge (sauf quelques variétés),
  • ouverture du fruit à la base,
  • semis ayant un hypocotyle rond et verdâtre.


Les particularités de cette espèce sont :

  • des épines courbes (qui rappellent les cornes d'un bouquetin (Capra ibex) sont à l'origine de son nom)
  • l'habitat le plus nordique et situé en zone désertique.


Cette espèce présente une grande variabilité de formes (épines, flocons, croissance) qu'il a développé pour parfaire son mimétisme dans des habitats variés. Ce sont autant de variétés et formes qui ont été décrites au cours du temps.

En dehors du tout récent caput-medusae, c'est l'espèce d'Astrophytum qui fut découverte en dernière.
H. Poselger, en voyage dans le nord du Mexique, le découvre en 1851 à La Rinconada entre Monterrey et Saltillo dans l'état du Nuevo Leon (Mexique). Des exemplaires sont rapidement envoyés en Allemagne et la description est faite en 1851 par A. Dietrich sous le nom d'Echinocactus capricornis.
La même année, on signale déjà les 1ères floraisons de cette nouvelle espèce dans les collections allemandes.
Ce n'est qu'en 1922 que Britton et Rose la renomment sous son nom actuel.
En 1925, une erreur scientifique fait du capricorne l'espèce type d'un nouveau genre (Maierocactus).
Dans les années 1910-1920, de nombreuses variétés et formes d'A. capricorne sont découvertes et décrites.

Jeune capricorne florifère. A. capricorne (chez A. Mouchel).
capricorne01a.jpg capricorne02a.jpg capricorne05a.jpg

capricorne-globale.jpgA. capricorne couvre une grande aire de répartition dans le nord-est du Mexique (pour l'essentiel dans l'état de Coahuila) que l'on peut schématiser par un triangle formé par les villes de Monterrey, Monclova et Torreon.

Il se développe dans des zones désertiques où la pluviométrie est beaucoup plus faible que dans l'habitat des autres espèces d'Astrophytum. Des précipitations voisines de 250-350 mm/an (on considère qu'il s'agit d'un désert lorsque le cumul des pluies est inférieur à 200 mm/an) et même seulement 180 mm/an dans la région de Cuatro Cinegas.

Il pousse principalement sur des stations calcaires, parmi les pierres et les buissons épineux. Il apprécie notamment la protection des Agaves lechuguilla pour se développer les 1ères années.Photo dans l'habitat

Floraison jaune avec une gorge orange à rouge foncé.

capricorne-fleur01a.jpg capricorne-fleur02a.jpg capricorne-fleur03a.jpg

Cette espèce d'abord globulaire prend une forme cylindrique et colonnaire en vieillissant. Sa taille maxi est de 50 cm de haut (voire plus exceptionnellement) pour 15-20 cm de diamètre.
L'épiderme est de couleur vert-foncé presque entièrement recouvert de flocons blancs. Les nouveaux flocons qui apparaissent à l'apex ont tendance à être de couleur brune avant de prendre une couleur blanche.
Les aréoles, d'où partent 6-8 épines, sont laineuses.
Les épines ont la particularité d'être longues, courbes et emmêlées tout autour de la plante. Les nouvelles apparaissent tout d'abord de couleur brun-noir puis deviennent grises en vieillissant (quelque soit les variétés de capricorne, les épines prennent cette couleur grise en vieillissant). Sur certaines formes, les épines apparaissent plus tardivement.
Le nombre de côtes est de 8, c'est un caractère très stable chez cette espèce. Il est rare que les plantes adultes rajoutent des côtes supplémentaires (le maximum étant de 11).
La fleur est jaune avec une magnifique gorge plutôt rouge foncé. Elles apparaissent à l'apex de la plante, à la base de chaque nouvelle aréole. Elles s'ouvrent durant les heures les plus chaudes de l'après-midi. Par forte chaleur elles ne durent qu'une journée, au mieux elles s'ouvriront à nouveau le lendemain.
A. capricorne est florifère assez tôt, dès 3-4 ans lorsque les conditions de culture sont favorables.
Le fruit devient rouge à maturité et s'ouvre à la base. Les graines sont assez grosses, bosselées de couleur brun-rouge, semblables à celles d'asterias et coahuilense.
Les semis lèvent avec un hypocotyle rond et ventru de couleur verdâtre. Les premiers aiguillons apparaissent plus tard.

Fruit et graines. Semis de capricorne (chez H. Kuentz).
capricorne-graines01a.jpg capricorne-semis01a.jpg
Quelques clichés de Christophe Assalit d'Astrophytum capricorne dans leur habitat



Pour en savoir (beaucoup!) plus sur cette espèce, allez faire un tour sur l'Astrobase (en anglais ou allemand).
Pleins de photos prises dans les nombreux habitats de l'ornatum sur astrophytum.de (en anglais ou allemand).

L'espèce type de capricorne est parfois divisée en 2 variétés : major et minus.
- v. minus est plus compact avec des épines plus fines et plus souples.
- v. major correspond en tout point à la description du capricorne type, il ne convient donc pas d'en faire une variété.

En 1891, 40 ans après la découverte du 1er A. capricorne, Runge trouve une forme plus petite près de Saltillo. Elle est décrite sous le nom d'Echinocactus capricornis v. minor et sera renommé sous son nom actuel en 1933 par Okumura. Cette variété a également été décrite comme v. orientale, taxon non reconnu.
Sa forme naine est parfaitement adaptée pour se confondre dans un habitat ouvert. De plus, ses épines souples et fines ressemblent à des brins d'herbe parmi lesquels il est difficilement repérable. Le floconnage est moins dense que pour l'espèce type et les nouveaux flocons n'apparaissent jamais ocre-brun. Il possède également la capacité de fleurir très tôt (dès 3 ans) ce qui avec sa forme naine le rend très attractif en collection.
Le fruit contient la plus grosse quantité de graines de tous les Astrophytum.
Sa taille peut atteindre au maximum 15 cm de haut pour 6-8 cm de diamètre.
Dans son habitat, il pousse sur des collines plutôt calcaires entre 1000 et 1500 m d'altitude. La pluviométrie y est faible, voisine de 250 mm/an et concentrée entre mai et septembre.
Le nord de son habitat (Sierra de la Gavia), est une zone de transition avec l'A. capricorne type.

^ Magnifique capricorne v. major bicéphale (plante achetée chez H. Kuentz). ^^ A. capricorne v. minus (chez A. Laroze) ^

capricorne03a.jpg capricorne05a.jpg minor01a.jpg

capricorne-senile.jpgTout comme v. minus, A. c. v. senile montre un parfait mimétisme avec son environnement pour se protéger de ses prédateurs. Ses épines fines, courbes et grises se confondent parfaitement avec les touffes d'herbes sèches parmi lesquelles il pousse.

Découvert en 1903, il faudra pourtant attendre 22 ans avant sa première description par Fric.
Il prend son nom actuel en 1933 par Okumura.
Certains botanistes en font une espèce à part entière, mais dans ce cas il faudrait faire de même avec A. c. v. minor, A. c. v. niveum et A. c. v. aureum. Nous retiendrons ici qu'il s'agit au mieux, d'une variété de l'espèce capricorne.

Son habitat se trouve dans la zone sud de l'aire des capricornes, dans la Sierra de Parras (juste à l'ouest de Saltillo, Coahuila). Dans le secteur de Viesca, au coeur de la population du senile, la pluviométrie est la plus faible du Coahuila, à peine 200 mm/an. Les contrastes de températures sont importants à cette altitude voisine de 1500 m. Le sol est très pierreux, de nature calcaire et faiblement humifère. La végétation d'accompagnement est surtout composée d'herbe rase.
Au nord de Viesca, A. c. v. senile se trouve à proximité d'Astrophytum coahuilense. Il n'existe pourtant pas d'hybrides entre ces 2 espèces dans cet habitat. Il y a une stérilité partielle avec senile utilisé comme mère, les jeunes semis ne sont pas viables car dépourvus de chlorophylle. Lorsque A. coahuilense est utilisé comme mère dans l'hybridation, les résultats sont un peu plus encourageants mais très aléatoires.

Jeune senile florifère épiderme nu aiguillons courbes et gris.

v. senile (collection HENRI BERTRAND)

v. senile aureum (collection HENRI BERTRAND)

senile01a.jpg senile_150.jpg senile_aureum_150.jpg

Description

L'épiderme est vert-foncé, dépourvu ou presque de flocons.
Les épines fines, enroulées de couleur gris-noire puis devenant grises en vieillissant.
Chaque aréole a 15-20 épines avec un maximum de 30.
Taille maximum de 40 cm de haut.
Floraison identique à la variété minor.

Anecdote

le premier Astrophytum photographié dans son habitat (1904) était en fait une plante inconnue, qui sera reconnue plus tard comme la variété senile.

capricorne-aureum.jpgSon habitat se trouve dans la Sierra Paila entre Viesca et Parras de la Fuente dans le sud de l'état de Coahuila. C'est une zone connue pour son exploitation minière ( il y a même des filons d'or !). Il vit donc à proximité de la variété senilis, dans un secteur désertique où les précipitations sont très faibles (environ 200 mm/an) et irrégulières (à peine 10 mm en janvier). Les écarts de températures journaliers sont importants, il n'est pas rare en hiver qu'il y ait une petite gelée nocturne suivie d'une forte chaleur le même jour.

La végétation d'accompagnement est éparse et constituée principalement de Yuccas, d'Agave lechuguilla, de Jatropha et de touffes d'herbes. D'ailleurs ses aiguillons dorés lui permettent de se dissimuler parfaitement dans ces touffes d'herbes sèches (comme le fait également senilis et minor) le rendant très difficilement repèrable.

Cette variété n'est découverte pour la 1ère fois que tardivement en 1922, soit 70 ans après la 1ère découverte du capricorne.
Elle est décrite par Möller en 1925 comme Echinocactus capricorne v. aureum. En 1933, Okumura renomme cette variété en Astrophytum capricorne v. aureum. Ce cactus est parfois désigné comme une forme de la variété senile.

Description

Cactus globulaire devenant cylindrique avec l'âge.
Il n'atteint pas de grandes dimensions, un maxi de 35-40 cm de haut pour environ 15 cm de diamètre.
L'épiderme est vert avec des reflets bleutés, dépourvu ou presque de flocons blancs.
Les épines sont fines et enroulées. Elles entourent toute la plante. La particularité de cette variété est la couleur dorée des jeunes aiguillons, mais en vieillissant ils prennent la couleur grise classique à l'espèce capricorne. Les jeunes capricornes ressemblent ainsi à des boules dorées, ce qui en fait l'un des plus beaux Astrophytum.
Chaque aréole peut compter jusqu'à une vingtaine d'épines.
Floraison identique à l'espèce type.

Jeunes aureum aux magnifiques aiguillons dorés devenant gris en vieillissant.

senile-aureum06a.jpg senile-aureum01a.jpg senile-aureum02a.jpg

Floraison classique à l'espèce type :

senile-aureum03a.jpg

Vieux aureum au port colonnaire (chez A. Mouchel) :

senile-aureum04a.jpg senile-aureum05a.jpg

capricorne-niveum.jpgLa variété niveum est la plus nordique des A. capricorne. Ce qui en fait l'Astrophytum le plus septentrional à une latitude de 27° Nord (soit la même latitude qui passe en plein centre de l'Algérie !).
Son habitat se trouve dans la région de Cuatro Cienegas dans le centre de l'état de Coahuila (Mexique).
D'un point de vue géographique, c'est encore le grand désert de Chihuahua, entouré ici de hautes sierras à près de 3000 m formant ainsi des “poches” protégées et isolées appelées “Bolson”. La Bolson de Cuatro Cienegas étant la plus célèbre.
Les niveum se développent dans cet habitat fermé à une altitude voisine de 600 m.
Une zone très sèche où le cumul des pluies n'atteint que 180 mm/an (concentrées de mai à septembre).
Les températures sont très variables, avec de forts contrastes selon les saisons ainsi que de gros écarts journaliers. En hiver, les gelées nocturnes ne sont pas rares et quelques heures plus tard le thermomètre peut monter à 30°c ! Mais la température moyenne annuelle est élevée : 22°c.
L'ensoleillement et la luminosité y sont aussi très élevés.
La végétation se compose essentiellement de buissons secs et épineux (“Mesquite”) formant un bush difficilement pénétrable.
On y trouve aussi quelques merveilles du monde cactophile : le célèbre Lophophora williamsii, l'Ariocarpus fissuratus, l'Echinocactus horizonthalonius…
La roche mère est de nature calcaire, les sols sont peu profonds avec une forte charge en cailloux et graviers. Dans ces conditions difficiles, le niveum survit tout juste. Certains meurent victime de la sécheresse ou sont attaqués par différents parasites. Même dans son habitat, le niveum est rare, c'est une espèce en danger, en voie de disparition.

Sa découverte s'est faite bien plus tard que les autres variétés de capricorne. C'est en 1930 que Viereck ramène d'un voyage au Nord de la ville de Cuatro Cienegas un A. capricorne jusque là inconnu.
Kayser en fait la 1ère description en 1933 comme Echinocactus capricornis v. niveus. La même année, il est renommé sous son nom actuel par Okumura.

Description

Sa taille est plus grande que les variétés senilis et aureum, voisine de l'espèce type. Maximum 50 cm de haut pour un diamètre de 20 cm, correspondant à des plantes âgées de plus de 50 ans dans l'habitat.

C'est une plante assez massive, d'abord globulaire puis cylindrique.

L'épiderme est densément couvert de flocons blancs épais donnant presque un aspect de fourrure à la plante. Ce qui en fait certainement l'un des plus beaux Astrophytum.

Les flocons apparaissent blancs même sur la nouvelle pousse à la différence de l'espèce type où ces flocons sont d'abord bruns puis deviennent blancs.

Les épines sont de tailles variables (maxi 7-9 cm de longs), effilées, épaisses et plutôt dressées vers le haut. Elles sont peu onduleuses, de couleur brun-noir puis grises en vieillissant. 6 à 8 épines sont réunies par aréoles. La fleur d'un diamètre moyen de 7 cm (maxi 9 cm) est de couleur jaune avec une gorge rouge foncé à orange. Les fruits et graines sont identiques à l'espèce type. La dispersion des graines est assurée par les fourmis dans son habitat.

^  Jeune niveum couvert de flocons blancs \\
avec des aiguillons gris-noir dressés.  ^^  Jeune niveum forme "weissen stachel" \\
(aiguillons blancs).  ^  Floraison avec une gorge rouge foncé.  ^^
niveum01a.jpg niveum02a.jpg niveum-weissen-stachel01a.jpg niveum03a.jpg niveum04a.jpg
Fruit en formation. Ouverture du fruit par la base. v. niveum (collection HENRI BERTRAND)
niveum05a.jpg niveum06a.jpg niveum_150.jpg

capricorne-niveum-nudum.jpgÀ quelques dizaines de kilomètres à l'ouest de la ville de Cuatro Cienegas a été découvert récemment (1985-1986) de curieux niveum dépourvus de flocons blancs. Cette forme nudum se trouve en mélange avec des niveum type à floconnage abondant.

À la suite de cette découverte, de nombreuses confusions parmi les botanistes et les collecteurs de plantes ont renommé à tort cette forme sans flocon en variété crassispinum.

Description

Épiderme nu ou presque, de couleur vert foncé.
Epines assez fortes de 8-9 cm de longs, alignées parfois en parallèle, de couleur brun-noir puis grises. 8 côtes ondulées à bords arrondis.
Fleur jaune à gorge rouge identique à niveum type.

v. niveum nudum (collection HENRI BERTRAND)
niveum_nudum_150.jpg

capricorne-crassispinum.jpgVariété très rare, originaire de la Sierra de Parras, à quelques km à l'ouest de la ville de Parras de la Fuente dans l'état de Coahuila. Signalée également dans la Sierra de la Paila, au Nord-est de Parras de la Fuente.

La 1ère description de cette variété date de 1925 par le botaniste allemand Möller sous le nom d'Echinocactus capricornus v. crassispinus. Elle est renommée sous son nom actuel en 1933 par Okumura.

Description

A. crassispinum est de taille plus petite que l'espèce type, de forme globulaire puis devenant cylindrique. L'épiderme est vert foncé dépourvu ou presque de flocons blancs.
Seulement 6 à 8 épines maxi par aréoles, c'est un caractère important pour le distinguer des autres variétés. Les épines de 3-5 cm de longs sont d'abord brun-noir puis deviennent grises en vieillissant. Elles sont peu souples, fines (comme son nom l'indique) et cassent très facilement. Certaines sont dirigées vers le haut de la plantes.
8 côtes bien marquées.
La fleur est normalement entièrement jaune dépourvue de la traditionnelle gorge rouge.
Mais je ne comprends pas pourquoi certains capricornes décrits comme crassispinum possèdent cette gorge rouge, donnant à la plante une allure semblable à la forme nudum du niveum ? Si un internaute de passage sur Astro-Web a l'explication qu'il me contacte d'urgence, muchas gracias !

Remarque : Au Japon, des capricornes circulant sous l'appellation crassispinum ont parfois des aiguillons jaunes-dorés.

Étrange crassispinum à gorge rouge, la fleur devrait être entièrement jaune
crassispinum01a.jpg crassispinum02a.jpg crassispinum03a.jpg crassispinum04a.jpg
Jeune crassispinoïdes. Aiguillons dorés, fleur toute jaune. Fruit en formation. Fruit de couleur vert-jaune à maturité.
crassispinoides01a.jpg crassispinoides02a.jpg crassispinoides03a.jpg crassispinoides04a.jpg crassispinoides05a.jpg

Dans les années 70, Flescher (un cactophile tchèque) voit apparaître dans un lot de semis de capricorne, des plantes très différentes ayant la particularité de fleurir entièrement jaune. Les caractères de ce nouveau capricorne sont conservés dans les descendances mais il n'existe pourtant pas de plantes identiques dans la nature.
Il convient donc de nommer ces plantes comme un nouveau cultivar et non comme une nouvelle variété.
Le nom crassispinoïdes signifie“ressemble à crassispinum” à cause de sa fleur jaune sans gorge rouge. Pourtant, les autres caractères sont bien différents de crassispinum et se rapprocheraient plus de minor et niveum.
Malheureusement, il y a eu par la suite de nombreuses confusions parmi les botanistes et collecteurs de plantes qui ont assimilé les capricornes à fleur jaune à la variété crassispinum. Or, il existe dans l'habitat des cas exceptionnels de capricorne minor et niveum (ainsi que coahuilense et asterias) fleurissant entièrement jaunes et sans aucun lien avec crassispinum.

Description

Comme la variété crassispinum, sa fleur est d'un beau jaune pur sans gorge rouge. Le fruit n'a pas n'ont plus la couleur rouge traditionnelle des capricornes, mais d'un jaune-vert, rougissant à peine à la base à maturité.
L'ouverture du fruit se fait par la base comme tous les capricornes.
L'épiderme vert est recouvert par plaques irrégulières de flocons blancs. Les épines sont d'un beau jaune doré comme la variété aureum mais sont par contre assez rigides, plutôt dressées vers le haut et peu flexibles comme crassispinum et niveum.

-

Ajout AL : Etant donné leur proximité géographique les variété minus, major, aureum, senile et crassispinum ne sont probablement que des formes très localisées ou mêmes seulement des variants plus ou moins stabilisés d'A. capricorne type.
Seule la variété niveum peut éventuellement être distinguée.

Nom anglais : goat's horns cactus
Noms japonais : haku-ziuko-gyoku, ho-o-gyoku (v. minus), ho-o-maru (v. minus), ziu-ho-gyoku, yokaku-gyoku, yokaku-gyoku, oho-gyoku (v. aureum), taiho-gyoku (v. crassispinum), yusei-taiho-gyoku (v. crassispinum)
Nom mexicain : biznaga de estropajo
Noms allemands : bischofsmütze, bockshornkaktus