8 mai, une journée avec l'amicorum

 

Lithops amicorum est la dernière espèce de lithops a avoir été découverte en 2003. Elle le fut par une bande d'amis, Hilde et Frikkie Mouton, Denise et Tok Schoeman. Il y a deux ans j'ai eu le grand privilège de visiter une des trois populations connues de Lithops amicorum. Cela avait été un beau moment même si les plantes étaient en état de stress à cause de la sécheresse. Aussi, quand cette année Roy m'a demandé quel lithops j'aimerais voir, je n'ai pas hésité, je voulais revoir l'amicorum.

Le matin, départ tardif car Lithops amicorum n'est pas très loin de Altekalkofen, enfin, pas très loin pour un namibien. Tout d'abord nous nous arrêtons près de la ferme des propriétaires pour leur signaler notre présence sur les lieux même si Roy a les clés pour ouvrir les portails. Avant de rejoindre le site de l'amicorum, nous allons revoir quelques Lithops schwantesii subsp. schwantesii var.marthae sur une petite colline à côté de la maison. Les plantes sont belles bien que déshydratées. Nous n’en trouverons pas beaucoup alors qu’il y a deux ans elles étaient nombreuses. Pour survivre, elles se sont enterrées. Aux alentours, il y a de très nombreux Hoodia qui ont encore les fleurs sèches accrochées ainsi que les restes des fruits. Puis nous rejoignons le patch de quartz où pousse Lithops amicorum aux environs de midi. Il faisait 32,5 degrés au sol et le taux d'humidité était de 10%.

 

La colline où poussent les Lithops schwantesii subsp. schwantesii var.marthae. En premier plan Hoodia sp.

 

Les Lithops schwantesii subsp. schwantesii var.marthae sont très difficiles à trouver

 

Ils sont bien beaux quand même

 

Ils se cachent sous terre, signe de stress hydrique

 

Lithops schwantesii subsp. schwantesii var.marthae

 

Une très grosse sauterelle "crapaud" au mimétisme parfait

 

Je décide, fort de mes 10 jours d’expérience de recherche de lithops, de me mettre d’emblée à quatre pattes, à la fois pour soulager mon dos et pour être au plus près de ces miniatures de 1 cm que sont les amicorum. Malgré la sécheresse nous trouvons assez vite beaucoup de lithops. Aussi décidons nous de faire une petite étude sur une bande de terrain. Nous nous arrêterons à 150 plantes faute de marques suffisantes !

 

Habitat de Lithops amicorum

 

Lithops amicorum, 2 plantes à 2 têtes

 

La bande de comptage des Lithops amicorum est entre les 4 marques blanches

 

Vue partielle de la répartition des Lithops amicorum

 

La plupart des Lithops ont deux têtes, une seule a 4 têtes. Nous trouvons une quinzaine de plantes en bouton, quelques une avaient déjà fleuri. Nous avons découvert aussi deux juvéniles et quelques semis de l'année. Deux plantes présentaient des fleurs fanées depuis peu de couleur rose. Même si les Lithops étaient enterrés certains étaient vraiment en très bonne condition compte tenu de la sécheresse. Je trouve qu’il y a quand même dans cette colonie une certaine variabilité des dessins.

 

7 têtes de Lithops amicorum se cachent sur cette photo

 

Une série de Lithops amicorum avec des dessins classiques

 

Lithops amicorum avec des dessins marmoréens

 

Lithops amicorum qui se prend pour un petit Lithops julii subsp. fulleri!

 

Semis récent de Lithops amicorum

 

Juvénile de Lithops amicorum avec son dessin très différent des  plantes adultes

 

Un Lithops amicorum à fleur rose?

 

Fin de floraison plus classique pour ce Lithops amicorum

 

Sur le site poussaient aussi quelques succulentes en petit nombre.

 

Larryleachia marlothii juvénile

 

Larryleachia marlothii adulte

 

Avonia papyraceae

 

Monsonia salmoniflora

 

Enthousiastes d’avoir trouvé des Lithops amicorum en boutons, nous décidons d'attendre la floraison qui normalement se fait en milieu d'après-midi. Roy, jamais à cours d’idée quant au suivi des populations de Lithops, propose de faire un carré de 1,5 m de côté et de compter toutes les plantes afin de pouvoir régulièrement suivre cette population. Nous avons compté 28 Lithops amicorum, dont 11 plantes adultes à deux têtes, 6 solitaires, un petit semis de trois juvéniles et un Avonia. Nous avons noté tout bien soigneusement et pris des photos avec le drone.

 

Le carré de monitoring avec les marques aposées près de chaque plante

 

vue depuis le drone pour appréhender la répartition spatiale

 

15h les fleurs sont toujours fermées, je décide de grimper sur la montagne la plus  proche pour voir si quelques Lithops ne pousseraient pas sur le filon de quartz au sommet. Malheureusement il n'y avait rien d'intéressant à part la vue sur les nombreux patchs de quartz alentour qui normalement ont tous été déjà prospectés par les Mouton.

 

Les patchs de quartz sont nombreux, peut être d'autres "merveilles" à trouver...

 

16 heures toujours rien, nous devons attendre 17 heures pour voir les fleurs presque entièrement ouvertes, ce qui est somme toute assez paradoxal dès lors que le soleil se couche à 18 heures!

 

 

Quelques photos et nous partons vers Bethanie voir la petite colonie de Lithops schwantesii subsp. schwantesii var. urikosensis et arroser les plantes nouvellement réintroduites par Roy il y a deux mois environ. Nous allons aussi voir à proximité de cette colonie un site découvert récemment par Hilde où elle a trouvé un urikosensis tout seul. Roy en a planté cinq à côté !

 

Lithops schwantesii subsp. schwantesii var. urikosensis

 

Lithops schwantesii subsp. schwantesii var. urikosensis réintroduits il y a deux ans

 

Ceux replantés cette année

 

Ils avaient bien besoin d'être arrosés!

 

Le soleil se couche, il est temps de rentrer au lodge où nous attend un Braï.

Finalement Roy qui ce matin n’était pas très enthousiaste à l’idée de partir voir ce Lithops a finalement passé une bonne journée. Notre comptage et la mise en place d'un carré de "monotoring" l'ont motivé à suivre à l'avenir cette population de plus près. Nous avons été ravis de voir Lithops amicorum en fleurs.

 

Namibie 2019 - Jour 12