30 Avril : Enfin on l'a vu !

 

 Une avarie mécanique sur un des véhicules nous fait quitter Uis avec du retard. Nous prenons la direction de Korhyxas (2H) une grosse bourgade du nord de la Namibie (8000 habitants). Le long de la piste nous voyons quelques déjections d'éléphants du désert. En effet ces derniers se dépacent surtout la nuit mais cela éveille notre intérêt et chacun ouvre l'oeil dans l'espoir d'en apercevoir.

 Nous allons essayer de trouver Lithops gracilidelineata subsp. gracilidelineata var. gracilidelineata C373 dans la forêt de Pachypodium leallii. En 2014 nous avions échoué mais cette année normalement nous avons le point GPS exact ,et Ronnie les a déjà vus à cet endroit. Enfin c'est ce que je croyais, en fait il est déjà venu, il sait à peu près où sont les Lithops mais pas de point GPS. Pour l'occasion Roy a fourni à chacun un talkie walkie pour communiquer si un de nous trouvait le précieux Lithops. Et nous nous dispersons dans la forêt de Pachypodium leallii.

 

Forêt de Pachypodium leallii

 

 Fort heureusement, la mémoire du lieu de Ronnie a fait office de point GPS. Nous avons réussi à localiser six lithops . Ceci étant,malgré toute l’attention portée à l’observation, la réverbération de la lumière crue sur ce sol blanc et ocre nous laisse penser alors qu’il y en a certainement davantage. Nous savons par expérience qu’il est quasiment impossible de visualiser tous les sujets d’un milieu donné tant le mimétisme de ces plantes avec le milieu est grand. Les six Lithops sont en excellent état, un d’eux porte encore les vestiges d’une fleur. Nous allons de surprise en surprise lors des relevés de température et du taux d’humidité. En effet , si la température de l’air affiche un insolent 41,1 °C avec une hygrométrie de 12 pour cent, la température au sol est bien plus basse avec un petit 33,9°C quand l’humidité est de 25 pour cent! Roy Earlé émet l’hypothèse que la couverture végétale des pachypodiums explique en partie ce phénomène. Peut être que l’évaporation de l’eau est aussi un facteur favorisant, car, a n’en pas douter il a plu abondamment récemment comme en témoignent les nombreux buissons en feuilles et en fleurs. J’ai le souvenir qu’en 2014 , sur le même site et à la même période, les pachypodiums n’avaient pas de feuilles.

 

On cherche, on cherche, ils doivent bien être quelque part!

 

Allo, allo, venez tous on les a trouvés

 

Lithops gracilidelineata subsp. gracilidelineata var. gracilidelineata C373

 

 

Tout en finesse

 

 

 

 

Ils paraissent faciles à voir comme ça mais en réalité ils sont trés mimétiques. 5 Lithops

 

Avonia albissima?

 

Cette petite succulente était présente en grand nombre concomitamment avec les lithops, Portulaca collina

 

Jeune Pachypodium leallii

 

Avant de quitter cet endroit voici quelques fleurs rencontrées dans la forêt de Pachypodium :

 

Mundulea sericea

 

 

Catophractes alexandri

 

 

Croton sp. ?

 

 

Ledebouria revoluta

 

Eriospermum cooperi ou namaquanum?

 

Acacia mellifera subsp. detinens?

 

Hibiscus micranthus

 

Malheureusement, nous ne pouvons pas rester aussi longtemps que nous le voudrions dans ce magnifique milieu, puisque nous devons rejoindre Sesfontein qui se situe à quatre heures de route de là. En chemin, avant Palmwag, (prononcé Palmevarr), nous avons la très grande chance d’observer un troupeau d’éléphants du désert ainsi que des girafes dans un lit de rivière asséché où la végétation est plus dense.

Au fur et à mesure que nous avançons vers notre but la végétation est de plus en plus dense. Juste avant Sesfontein ("Lieu de six fontaines" 8500 habitants) se trouve toute une zone de plaine ou une forêt clairsemée de grands arbres et d'arbustes pousse sur une belle prairie verte où paissent vaches et springboks. Après quelques péripéties nous arrivons à trouver un lodge où se reposer pour la nuit.

 

Un vieil Adenia pechuelli au bord de la route ….

 

 Sesamothammus guerichii, nombreux et fascinants.

 

A cet endroit ils étaient trés secs.

 

 

Les fleurs fanées

 

Quelques feuilles naissantes

 

Le fruit

 

 Eléphants du désert

 

Girafes dans le désert

 

 

 

 

 

Pluvier à triple collier dans le lit d'une rivière encore rempli d'eau!

 

 

Forêt à l'entrée de Sesfontein, contaste avec le désert environnant

 

 

Springbok

 

 

 

A l'occasion du dîner au Fort de Sesfontein le staff de l'hôtel nous a donné à entendre une sélection de chants traditionnels namibiens...

 

Entrée de l'ancien Fort de Sesfontein qui date de la fin du 19ème siècle abrite maintenant un hôtel.

 

 

Un beau spécimen de Cyphostemma uter dans le jardin du Fort

 

 Drôle de nid de Tisserin sp.

 

Petite souris du soir

 

Ainsi s'achève cette journée de transition sur la route du Nord. Mission réussie pour le Lithops gracilidelineata subsp. gracilidelineata var. gracilidelineata C373.

 

Namibie 2019 - Jour 4