1er mai : L'expédition ruschiorum lineata

 

 
 
Après le petit déjeuner nous prenons la piste qui mène à Purros. Nous traversons une région très sauvage et isolée. Nous croisons quelques nomades Himba avec leur troupeau et un groupe de 10 girafes avec leurs petits. Il faut bien plus de 2h30 pour un bon chauffeur habitué au 4x4 pour rejoindre la ripisylve du village qui n'est pourtant qu'à une centaine de kilomètres..
 
 
Départ du Fort de Sesfontein au petit matin
 
 
 
Je fais un peu d'ornithologie pendant que le reste du groupe s'occupe de la logistique.... Calao leucomèle Tockus leucomela
 
 
 
 
Choucador à épaulettes rouges Lamprotornis nitens
 
 
 
 Souimanga à poitrine rouge Chalcomitra senegalensis
 
 
 
 
 
 
Petit mais costaud!
 
 
 
 
L'art de la récupération
 
 
 
Tapis de fleurs à la sortie de Sesfontein, il a plu récemment.
 
 
 
 
Nous croisons plusieurs groupes de nomades Himba
 
 
 
 
Camp Himba
 
 
 
Les hommes s'occupent de mettre en place le nouveau village.
 
 
 
 
Euphorbia virosa
 
 
 
 
Hoodia sp. au bord de la piste
 
 
 
Elégante Outarde de Rüppell, Eupodotis rueppellii
 
 
 
Springbok solitaire
 
 
 
Groupe de girafes du désert
 
 
Un petit air bovin pour celle-là!
 
 
 
Un très jeune girafon
 
 
 
Quelques maisons Herreros avant Purros
 
 
 
Le lodge est superbe dans une partie boisée. Nous repèrons autour des maisons des traces d'éléphants, de girafes et autres ongulés, juste assez pour nous donner un léger frisson!
Le temps de poser nos affaires et nous voilà aussitôt repartis en direction de l'entrée interdite du Parc National de la Skeleton Coast. En effet nous n'avons pas le permis nécessaire pour accéder au Parc. La piste que nous empruntons est vraiment très dégradée et sableuse, le 4x4 s'avère indispensable. Les paysages sont splendides et bien des fois on se serait cru sur Mars, un univers minéral déclinant toutes les nuances de rouge.
 
 
Notre Lodge isolé dans la ripisylve de Purros, magnifique mais presque à l'abandon!
 
 
 
 Ma garçonnière
 
 
 
Traces de piste d'éléphants autour du lodge qui n'est pas clôturé....
 
 
 
 Beaucoup d'oiseaux dans le coin dont l'ubiquiste Gonolek rouge et noir, Laniarius atrococcineus
 
 
 
Et nous voilà repartis sur les pistes
 
 
 
Après environ 1h30 nous arrivons au point GPS. Hilde veut absolument que nous mangions avant d'aller explorer la colline la plus proche, nous rongeons notre frein en même temps que la collation du déjeuner, et très rapidement, nous nous dispersons. Le groupe préfère commencer méthodiquement par le bas de la colline. Je choisis, quant à moi, de faire l'ascension d'emblée, et d'explorer le sommet
 
 
La fameuse colline où poussent le Lithops ruschiorum var. lineata 
 
 
 
Je suis encore du bon côté! 
 
 
 
 
Très vite je tombe sur les premiers Lithops ruschiorum subsp. lineata. Ils sont nombreux dans de petites failles de pierre ou en plein soleil. Malheureusement beaucoup n'ont pas survécu à la sécheresse. Ils sont orange mais difficile de distinguer les si remarquables lignes rouges propre à la sous-espèce. Un Aloe pousse aussi ici, il est tout rouge. Je monte jusqu'au sommet de la colline et je trouve des plantes disséminées un peu partout mais exposées le plus souvent Ouest Nord-Ouest. Quelques spécimens sont moins secs que d'autres mais ils sont quand même bien déshydratés, leurs multiples couches de vieilles feuilles sèches sont certainement pour quelque chose dans leur survie. La plus grande plante que j'ai trouvée avait 7 têtes. J'ai compté 2 espèces d'Avonia différentes. Au sommet plein Ouest poussent des caudex (Pelargonium?), et un mesembs très déshydraté dont la plupart des touffes sont sèches. J'ai trouvé plein Sud un petit Pelargonium avec une fleur. Sinon les cailloux autour du sommet sont couverts de différents lichens qui tendraient à faire penser que les brouillards côtiers arriveraient jusqu'ici, après tout l'océan n'est qu'à une quarantaine de kilomètres. Roy voulait que j'aille prospecter la colline d'en face pour chercher d'autres Lithops mais des traces de hyène m'ont fait rapidement rebrousser chemin.
 
 
Oui il y a des Lithops!
 
 
 
L'art de la survie pour ce Lithops ruschiorum var. lineata
 
 
 
 
 
 
 
 
Un individu assurément âgé
 
 
 
 
Il y en avait jusqu'en haut de la colline
 
 
 
Curieusement ceux la étaient trés clairs, proches d'un ruschiorum var. ruschiorum 
 
 
 
 Ce Lithops ruschiorum var. lineata était par contre typique de la variété
 
 
 
 
 
La présence de lichens prouvent que les brouillards côtiers arrivent jusqu'ici 
 
 
 
 
Magnifiques Lithops ruschiorum var. lineata
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La plus grosse touffe de Lithops ruschiorum var. lineata trouvée, 7 têtes.
 
 
 
 
 
Une des deux espèces d'Avonia
 
 
 
 
 
 
La deuxième espèce d'Avonia. Les deux étaient en faible nombre 
 
 
 
 
Cotyledon orbiculata var. orbiculata
 
 
 
 
Cotyledon orbiculata var. orbiculata et Lithops ruschiorum var. lineata
 
 
 
 
Pelargonium sp.
 
 
 
Hereroa puttkameriana ?
 
 
 
Pelargonium otaviense
 
 
 
Le Pelargonium otaviense fleurit malgré la sécheresse!
 
 
 
Vues depuis la colline aux Lithops vers l'Ouest, l'océan est au loin. Ces Lithops sont bien adaptés au désert.
 
 
 
La condition physique du moment de mes compagnons de voyage fait que je suis le seul à pouvoir faire office d'éclaireur sur les hauteurs. Heureux de mes découvertes sur le sommet, je me fais fort de leur trouver un sentier praticable pour qu'ils puissent monter admirer ces merveilles.
 
Les aventuriers satisfaits redescendent de la colline  
 
 
 
 
Sur le chemin du retour, nous ne pouvons pas résister à un autre arrêt au pied d'une colline choisie par la famille Mouton. Nous sommes à environ 2 km de la première localité. Aucun Lithops mais de nombreux Monsonia probablement mossamedensis dont un porte une fleur rose tendre. Il y a aussi des Euphorbe virosa et un pied de Adenia pechuellii qui arbore de nombreux boutons floraux.
 
Monsonia mossamedensis?
 
 
 
Euphorbia virosa
 
 
 
Adenia pechuellii
 
 
 
Scuplture inattendue au bord de la piste. Il y avait le nom de l'artiste et le numéro 8. Nous n'avons pas trouvé les autres oeuvres!
 
 
 
 
Paysage "martien"
 
 
 
Roy s'essaie à quelques pas de danse? 
 
 
 
L'incroyable piste pour rejoindre Purros
 
 
 
Et voici la ripisylve où est niché le village de Purros, gros contraste avec le désert environnant
 
 
 
Malgré la situation reculée de Purros cette localité reste une destination prisée des touristes 
 
 
 
 
Le supermarché local 
 
 
 
 
De retour au gîte à Pourros un des employés du lodge nous accompagne voir les éléphants qui ne sont pas loin. Nous verrons deux mâles et un bébé. La bonne entente entre humains et grands herbivores dont les éléphants est surprenante. Le soir nous avons fait un Braï, c'est un barbecue local délicieux, sous les millions d'étoiles du ciel pur namibien. .
 
 
Les locaux connaissent chaque groupe d'éléphants et suivent leurs déplacements
 
 
 
 
Il s'agit d'un bébé et de son grand frère  qui veille sur lui depuis la mort de leur mère
 
 
 
 
Barbecue sud-africain aprés cette expédition réussie
 
 
 
 
 Encore une fois une magnifique journée Lithops dont l'organisation a été parfaite. Finalement je pensais que trouver le Ruschiorum var. lineata serait beaucoup plus difficile. Il s'agit d'un Lithops poussant dans des lieux reculés mais son grand nombre permet de le trouver aisément. J'espère revenir un jour après de bonnes pluies pour le voir dans toute sa magnificence!