Adansonia Linné 1759

Publication : Systema naturae… ed. 10, 2: 1144 (1759).

Description

Le genre des célèbres baobabs dont une espèce, la plus connue, Adansonia digitata, pousse en Afrique, 6 autres à Madagascar et une 8e en Australie.
Arbres massifs jusqu'à 35 (-50)m de haut à large tronc jusqu'à 11(-15)m de diamètre et écorce lisse à tuberculée. Branches couronnant le tronc dans la seule partie supérieure. Feuilles caduques (tombant pendant la saison sèche), d'abord simples, puis palmées ou digitées chez les sujets plus âgés, à marges des folioles entières ou dentées, pubescentes sur la face inférieure puis glabres, disposées en spirale sur les tiges.
Floraison nocturne. Fleurs axillaires solitaires ou par paire, blanches, jaunes à rouges, pendantes et pollinisées par les chauves-souris (Adansonia digitata) ou érigées et pollinisées par les lémuriens et des papillons de nuit (autres espèces). Corolle à 5 pétales, étamines nombreuses soudées en tube à la base, style dépassant plus ou moins des étamines.
Fruit sec indéhiscent, sphérique à oblong plus ou moins allongé, voire cylindrique, à péricarpe feutré et pulpe farineuse. Graines réniformes.

Espèce type: Adansonia digitata Linné, Species Plantarum 2: 1190 (1753).

Clé de détermination: Même si les fleurs sont plus pertinentes pour déterminer les espèces de baobabs, celles-ci ne sont pas toujours disponibles. Bien que parfois moins fiable, la forme générale des fruits, qui persistent longtemps sur l'arbre, constitue une aide appréciable qu'il convient cependant de recouper avec d'autres critères.
1 Fruits ovales, oblongs, voire cylindriques.
1-1 Fleurs blanches pendantes: Adansonia digitata, Afrique subsaharienne.
1-2 Fleurs blanches dressées: Adansonia gibbosa, nord-ouest de l'Australie.
1-3 Fleurs jaunes dressées: Adansonia perrieri, Madagascar.
1-4 Fleurs généralement oranges, dressées: Adansonia za, Madagascar.
2 Fruits sphériques, parfois légèrement oblongs:
2-1 Fleurs blanches dressées: Adansonia grandidieri, Madagascar.
2-2 Fleurs roses à rouges dressées: Adansonia madagascariensis, Madagascar.
3 Fruits sphériques, fleurs oranges dressées, écorce rougeâtre: Adansonia rubrostipa, Madagascar.
4 Fruits côtelés: Adansonia suarezensis, Madagascar.

Classification

Famille : Bombacaceae

Culture

Culture facile en reproduisant des conditions de type tropical aride. Utilisez le même substrat standard 3 tiers que pour les cactus. En période de végétation donnez leur une exposition ensoleillée, une température de 20-25°C et des arrosages réguliers mais sans excès. En période de repos, les feuilles tombent et il peut être hiverné à 15°C dans un endroit moins bien exposé avec des arrosages fortement réduits destinés uniquement à la conservation des racines.
Le rempotage a lieu tous les deux ans au printemps juste avant la reprise de végétation. Les racines peuvent être retaillées pour favoriser le chevelu et réduire la vigueur de la plante. On évite alors d'arroser pendant une semaine. Pour les branches, seule une taille de formation ou d'équilibrage est pratiquée. Ces règles ne s'appliquent pas aux baobabs traités en bonsaï qui sont rempotés et taillés plus souvent.
Reproduction par semis ou plus rarement par bouturage. Pour le semis, les graines sont trempées dans l'eau tiède, additionnée éventuellement d'un peu de fongicide, pendant 24 à 72 heures. Elles sont ensuite plantées dans des pots remplis du même substrat que pour les baobabs adultes, pots que l'on choisira suffisamment profonds pour éviter de devoir rempoter et déranger trop tôt la jeune racine pivotante (sauf pour les exemplaires destinés à devenir des bonsaïs pour lesquels il peut être intéressant de contraindre tôt les racines), et mises à germer à 20-23°C. La plantule apparaît généralement en 15 jours si l'eau de trempage a atteint l'amande, mais jusqu'à 2-3 mois dans le cas contraire.
On recommande parfois, avant trempage, de donner quelques coups de lime pour affaiblir le tégument, ou de le passer au papier de verre (scarification), voire même de la tremper dans l'acide. Cela peut ensuite favoriser la pénétration de l'eau de trempage, puis de l'humidité du substrat, mais en aucun cas il ne faut retirer le tégument qui a un rôle de protection de l'amande. Je vous conseille de ne pratiquer ainsi que pour les graines qui n'ont pas germé au bout de deux mois et sont dures lorsque vous les ressortez du substrat, signe que l'eau n'a pas atteint l'amande, car un certain nombre de graines germent très bien sans cela.
En effet une étude menée sur Adansonia gregorii a montré que si la scarification des graines ou le passage dans l'acide sulfurique à 98% pendant 12 heures (puis rinçage avant plantation), augmentait le taux de germination des graines fraîches de manière significative, le meilleur taux de germination était obtenu sans aucun traitement préalable avec des graines vieilles d'un an, sous réserve d'être patient car les graines ont mis près de 50 jours pour lever!
Les cotylédons ont parfois du mal à s'extraire du tégument: on peut éventuellement les aider manuellement, mais délicatement, seulement sur la fin et très progressivement: il ne faut pas déranger l'établissement des racines, et un cotylédon blanc, exposé trop brutalement, ne développera pas sa fonction chlorophylienne et se déssèchera vite. D'autres recommandent plutôt d'augmenter l'hygrométrie en enfermant la plantule dans un sac plastique transparent, pour permettre aux cotylédons de s'en débarrasser tout seul, mais cela peut également faire pourrir le jeune plant. En règle générale, mieux vaut intervenir le moins possible.
Ne rempotez pas avant l'apparition des deux premières paires de vraies feuilles. S'il pique du nez après rempotage, enveloppez-le quelques jours dans un sac plastique transparent pour limiter les pertes d'eau. La croissance est assez rapide et il peut être nécessaire de pincer la plante pour l'obliger à se ramifier lorsque le tronc a atteint la hauteur désirée.
Les baobabs sont parfois vendus racines nues au repos. Si vous en avez la possibilité, tâtez le tronc et choisissez-en un qui soit bien ferme.
Ravageurs et maladies: Les baobabs sont peu sujets aux maladies et risquent surtout de pourrir par les racines en cas d'excès d'arrosage. Les jeunes feuilles et pousses sont souvent la proie des pucerons, et les cochenilles ou les acariens ne les négligent pas. Les escargots et limaces peuvent également faire de gros dégâts en une seule nuit. Moins courant mais à ne pas négliger, les souris apprécient les graines, qu'elles peuvent déterrer avant germination, ainsi que les jeunes pousses, et peuvent donc causer de gros dégâts à vos semis.

Étymologie

Adansonia: en l'honneur du naturaliste français Michel Adanson (1727-1806).

Anecdotes

Ecologie: Si le baobab est aujourd'hui l'arbre symbole des savanes, il n'en a pas toujours été ainsi. Que se soit en Afrique ou à Madagascar, nombre d'endroits où se trouvent des exemplaires âgés étaient à l'époque de leur jeunesse des forêts, arides certes, mais très boisées. Les baobabs poussent d'ailleurs également dans les rares forêts primaires reliques, notamment à Madagascar. Ils ont simplement mieux résisté que d'autres essences à la désertification et à la déforestation, à la fois par leur résistance à la sécheresse et du fait d'un bois de faible qualité, peu exploitable par l'homme.
En Afrique il reste un refuge important pour de nombreuses espèces animales dans des zones où les arbres se font rares, sur leurs branches, mais également dans leurs troncs creux qui accueillent des dizaines d'espèces différentes. Les éléphants en cassent des branches, et parfois les troncs, les transformant en bonsaï géant, pour en manger les feuilles. Ses fleurs pendantes sont pollinisées par des chauves-souris qui en boivent le nectar, mais également par les jeunes babouins. A Madagascar les fleurs érigées sont visitées par les lémuriens et des insectes.
L'age des baobabs est l'objet de toutes les spéculations. Leur bois spongieux ne fait pas de cernes de croissance et seule une datation au carbone 14 est envisageable à condition de disposer de bois mort issu du centre du baobab, or celui-ci se creuse progressivement. La combinaison de cette technique et de l'observation de leur croissance a mis en évidence une croissance rapide dans les 270 premières années avec un diamètre pouvant atteindre 2m, puis une croissance plus lente de l'ordre de 2,5mm par an. Un baobab de 5m de diamètre daté au carbone 14 est apparu âgé de 1000 ans et l'age d'un baobab de 9m de diamètre peut donc être estimé à 4000 ans.
Ethnobotanique:
Les baobabs font l'objet d'utilisations pratiques secondaires mais assez variées de la part des populations locales. Le bois est impropre à la construction et peut juste être employé, du fait de sa faible densité, pour la fabrication d'embarcations. L'écorce est parfois découpée et arrachée pour en faire une porte ou un toit et pouvait également servir pour la fabrication de cordages, de nattes, voire de vêtements, mais cet usage s'est perdu. Dans le sud de Madagascar le tronc peut être creusé pour en faire une réserve d'eau.
Les feuilles constituent un appoint de nourriture pour le bétail: les jeunes branches sont coupées et jetées à terre pour leur permettre de les consommer. Cette pratique d'émondage est désastreuse pour la multiplication des baobabs qui ne peuvent alors fleurir et produire de fruits. Les feuilles sont parfois également consommées par les humains, fraîches et bouillies comme des épinards, ou séchées puis broyées et ajoutées à des sauces qui agrémentent les plats de céréales, car elles sont riches en fer, calcium, protéines, lipides et vitamine A et sont ainsi un complément indispensable au mil qui est au cœur du régime alimentaire de certaines populations africaines.
Les jeunes racines peuvent être consommées comme des asperges: c'est ainsi que les semis d'Adansonia rubrostipa sont arrachés par les populations locales quand les racines font 7cm. En Australie une étude à été conduite en 2002 pour envisager le développement de la culture intensive de jeunes plants d'Adansonia gregorii, arrachés à 8 semaines, pour en commercialiser les racines. A cette occasion les jeunes feuilles ont également démontré un certain intérêt pour l'emploi en salade.
Les fruits évidés peuvent servir de récipient, voire être transformés en savon ou en engrais car ils sont riches en phosphates. La pulpe, riche en vitamine C et B 1, est consommée soit directement soit mélangée avec d'autres ingrédients pour en faire une bouillie épaisse, ou bouillie avec de l'eau pour en faire une sorte de 'jus de coco' au goût acidulé, ou encore avec du lait qu'elle fait cailler. Fumée, elle sert de répulsif contre les mouches. Les graines comestibles peuvent être broyées pour en faire de la farine, utilisée notamment pour épaissir les soupes, grillées, ou encore pressées pour en extraire de l'huile.
Les feuilles, la pulpe et les fibres du fruit ainsi que l'écorce sont utilisées pour soigner, notamment diarrhées et dysenterie.
Enfin on ne saurait passer sous silence le rôle culturel important d'Adansonia digitata (voir cette fiche), mais ce rôle est presque inexistant pour les espèces malgaches à l'exception de quelques exemplaires qui sont fady (tabous).

Publications spécialisées

Articles en français:
Allorge L., Fleurs et fruits de baobabs (Adansonia, Malvaceae) A tous seigneurs, tout honneur, Succulentes 29(4): 3-10 (novembre 2006).
Delange Y., Ces géants parmi les flores succulentes: les Adansonia ou baobabs, 26(2): 3-9 (avril 2003).
Ouvrages et articles en anglais:
Wickens G.E., The Baobabs: Pachycauls of Africa, Madagascar and Australia, ed. Springer (NL) (2007).
Baum David A., Small R.L. et Wendel J.F., Biogeography and floral evolution of Baobabs (Adansonia, Bombacaceae) as inferred from multiple data sets, Systematic Biology, 47(2): 181-207 (1998).
Baum, David A., A systematic revision of Adansonia (Bombacaceae), Annals of the Missouri Botanical Garden 82: 440–470 (1995).

Numéros de collecte

Vous pouvez chercher les numéros de collecte pour ce genre dans :

Forum

Vous pouvez faire une recherche sur le forum.

Auteur

philippe (contacter l'auteur ou écrire aux admins de l'encyclopédie)
Fiche créée le 07/08/2008, mise à jour le 27/06/2012.


Adansonia grandidieri
Adansonia grandidieri


Adansonia digitata
Adansonia digitata


Adansonia madagascariensis
Adansonia madagascariensis


Adansonia grandidieri
Adansonia grandidieri


Adansonia za
Adansonia za


Plus de photos de Adansonia avec Google images.

Fiches de botanistes :

image disponible Linné, Carl von

Fiches d'espèces :

image disponible Adansonia digitata Linné 1759
image disponible Adansonia gibbosa (A.Cunningham) Guymer ex D.A.Baum 1995
image disponible Adansonia grandidieri Baillon 1893
image disponible Adansonia madagascariensis Baillon 1876
image disponible Adansonia perrieri Capuron 1960
image disponible Adansonia rubrostipa Jumelle & H.Perrier 1909
image non disponible Adansonia suarezensis H.Perrier 1952
image disponible Adansonia za Baillon 1890

Fiches de synonymes :

Fiche de synonyme Adansonia alba Jumelle & H.Perrier 1909
Fiche de synonyme Adansonia bahobab Linné 1763
image disponible Adansonia baobab Gaertner 1791
Fiche de synonyme Adansonia bernieri Baillon ex Poisson 1912
Fiche de synonyme Adansonia bozy Jumelle & H.Perrier 1910
Fiche de synonyme Adansonia digitata v. congolensis A.Chevalier 1906
Fiche de synonyme Adansonia fony Baillon ex H.Perrier 1952
Fiche de synonyme Adansonia fony v. rubrostipa (Jumelle & H.Perrier) H.Perrier 1952
image disponible Adansonia gregorii F.Mueller 1857
Fiche de synonyme Adansonia integrifolia Rafinesque 1838
Fiche de synonyme Adansonia rupestris Kent 1897
Fiche de synonyme Adansonia scutula Steudel 1840
Fiche de synonyme Adansonia situla (Loureiro) Sprengel 1826
Fiche de synonyme Adansonia somalensis Chiovenda 1932
Fiche de synonyme Adansonia sphaerocarpa A.Chevalier 1901
Fiche de synonyme Adansonia stanburyana Hochreutiner 1908
Fiche de synonyme Adansonia sulcata A.Chevalier 1906
Fiche de synonyme Adansonia za v. boinensis H.Perrier 1952
Fiche de synonyme Adansonia za v. bozy (Jumelle & H.Perrier) H.Perrier 1952
Fiche de synonyme Baobabus digitata (Linné) Kuntze 1891
Fiche de synonyme Baobabus gregorii (F.Mueller) Kuntze 1891
Fiche de synonyme Baobabus madagascariensis (Bai) Kuntze 1891
Fiche de synonyme Capparis gibbosa A.Cunningham 1842
Fiche de synonyme Ophelus sitularius Loureiro 1790




Encyclopédie des Cactus, Plantes Grasses et Succulentes
https://www.cactuspro.com/encyclo