Bonpland, Aimé

1773 - 1858
Aimé, Jacques, Alexandre Goujoud dit Bonpland, nait le 29 août 1773 à La Rochelle.

A 18 ans, il part étudier la médecine à Paris mais se retrouve rapidement mobilisé comme chirurgien dans la marine pour plusieurs années.

A son retour dans la capitale, Bonpland suit des cours d'anatomie et de botanique, dispensés par des savants réputés d'alors, comme Jean Baptiste de Monnet, chevalier de Lamarck, Antoine Laurent de Jussieu, René Desfontaines et s'intéressant aux techniques d'acclimatation des espèces exotiques, il passe beaucoup de temps au Jardin des Plantes.
Bonpland va faire à cette époque, une rencontre déterminante, celle d'Alexandre von Humboldt, avec qui il se lie d'amitié et qui souhaite financer une expédition scientifique.

Après l'échec de différents projets, les deux hommes se rendent en Espagne et obtiennent du roi Carlos IV, visas et lettres de recommandation, pour l'ensemble des colonies d'Amérique-du-Sud.
Aucune expédition scientifique n'avait encore été entreprise vers ces destinations. Humboldt et Bonpland s'embarquent en 1799, pour un voyage qui durera 5 ans et qui sera considéré comme "l'un des plus remarquables jamais réalisé".
De nombreuses escales vont les conduire vers les Canaries, le Venezuela, Cuba, la Colombie, le Pérou, l'Equateur, le Mexique et les Etats-Unis, pays d'où ils ramèneront après bien des péripéties, des dizaines de milliers d'échantillons dont quantité de nouvelles espèces de plantes.

A leur retour en 1804, pendant qu'Humboldt rédige des comptes rendus de géographie, astronomie, zoologie, botanique, Bonpland classe ses végétaux dont il fait don au MNHN. La plus grande partie de ces spécimens (dont des Pereskia et Borzycactus) sera décrite par Karl Sigismund Kunth, ce qui lui prendra plus de 20 ans !

En 1808, il devient intendant général de l'impératrice Joséphine de Beauharnais, qui possède dans ses jardins et serres, à la Malmaison ainsi qu'à la maison de Navarre, une riche collection d'espèces exotiques. Bonpland entreprend notamment pour elle, la description de ses plantes les plus rares, dans un ouvrage qui sera illustré par Pierre Joseph Redouté.

Après la mort de Joséphine et la chute de l'Empire, Bonpland s'exile en Argentine où il donne quelques temps, des cours à l'institut médical militaire.
Il envisage ensuite la culture du maté à grande échelle à Corrientes, dans une région aux frontières mal définies à la limite du Brésil et du Paraguay. Il y est arrêté pour espionnage, par le dictateur paraguayen José Gaspar Rodriguez de Francia qui le maintiendra en résidence surveillée pendant 10 ans ! toutes ces années, il vivra pauvrement de l'exercice de la médecine, dans le village où il est retenu.

A sa libération, Bonpland qui ne souhaite pas rentrer en France malgré ses mésaventures, s'installe à Paso dos Libres pour y cultiver des orangers, du tabac, du maté et élèver des mérinos.
Il meurt le 11 mai 1858, à l'âge de 86 ans.

Durant les dernières années de sa vie en Argentine, il a continué de collecter des plantes, aujourd'hui conservées dans l'herbier de l'institut de botanique et de pharmacologie de Buenos-Aires.

Des hommages lui ont été rendu dans plusieurs pays, en reconnaissance de ses contributions scientifiques.
- En Autriche, la revue de botanique de l'académie impériale de Vienne est nommée Bonplandia.
- En Argentine, le parc municipal Amado Bonpland est créé en 1989.
- Au Venezuela, une montagne de la cordillère Merida est baptisée de son nom.
- Le genre Bonplandia, décrit par Antonio-José Cavanilles, lui est dédié ainsi que l'espèce Harrisia bonplandii (J. Parm. Ex Pfeiff.) Britton & Rose

Nationalité : française.

Auteur

pincettes (contacter l'auteur ou écrire aux admins de l'encyclopédie)
Fiche créée le 31/08/2017, mise à jour le 08/11/2017.


Aimé Bonpland
Aimé Bonpland


Plus de photos de Aimé Bonpland avec Google images.

Fiches de familles :

Aucune.

Fiches de genres :

Aucune.

Fiches d'espèces :

Aucune.




Encyclopédie des Cactus, Plantes Grasses et Succulentes
https://www.cactuspro.com/encyclo