Cactaceae A.L. de Jussieu

Classification

Étymologie

Cactaceae: du grec kaktos, désignant une sorte d'artichaut épineux.

Description

Introduction:
Les débutants ont souvent tendance à appeler cactus toutes les plantes grasses un tant soit peu épineuses. Les cactus, ou plantes de la famille des Cactaceae, sont effectivement presque tous des plantes grasses ou plantes succulentes, c'est-à-dire des plantes qui stockent dans leurs tissus des réserves de "suc" pour faire face aux longues périodes de sécheresse.
Mais toutes les plantes succulentes ne sont pas des cactus car d'autres familles de plantes ont adopté cette méthode de lutte contre les périodes de sécheresse: Asclépiadaceae, Crassulaceae,...
Certaines plantes de ces autres familles, par convergence des formes d'espèces soumises aux mêmes contraintes, ressemblent fortement aux vrais cactus. C'est le cas par exemple des Euphorbes cactiformes comme Euphorbia canariensis. Pour distinguer les vrais cactus des plantes qui leur ressemblent, il faut se reporter aux critères d'appartenance à la famille des Cactaceae.
Critères de détermination:
L'appartenance à la famille des Cactaceae se détermine par trois principaux critères:
L'ovaire est infère, c'est-à-dire qu'il est situé sous les pièces florales (sauf chez quelques cactus très primitifs comme Pereskia aculeata).
Le fruit est une baie à une seule loge: il n'existe pas de cloisons internes séparant les graines ou groupes de graines.
Les points végétatifs sont des aréoles, c'est-à-dire des sortes de dépressions dans l'épiderme, garnis de laine ou de duvet leur donnant l'aspect de petits coussins, d'où sont issus les segments ou rejets, les fleurs, et les feuilles transformées que sont les épines, soies,...
L'existence d'aréoles est le critère le plus employé par l'amateur, d'abord parce qu'il n'est pas nécessaire d'attendre la floraison et la fructification pour les observer, ensuite parce que, contrairement aux deux autres critères, les aréoles n'existent dans aucune autre famille de plantes.
Morphologie.
L'aspect actuel des cactus s'explique principalement par l'adaptation aux conditions de sécheresse, à l'origine du développement de la fonction de stockage et de la réduction des surfaces d'évaporation.
La fonction de stockage s'est traduite par un épaississement de la tige, et, pour quelques espèces, par le développement de racines tubéreuses (ex: Pterocactus tuberosus). Elle explique aussi l'apparition des côtes ou une disposition des mamelons en spirale, qui permettent, un peu comme sur un accordéon, la dilatation et la rétraction du corps de la plante au gré des périodes de pluies et de sécheresse, sans déchirure de l'épiderme.
La réduction des surfaces d'évaporation s'est traduite par un épaississement de l'épiderme, parfois même recouvert d'une sorte de cire, une diminution du nombre de stomates (pores permettant la respiration), et surtout, chez beaucoup d'espèces, la disparition des feuilles.
Quant aux épines, leur fonction est multiple: protection contre les animaux, mais aussi captation de la rosée, protection de l'épiderme contre les ardeurs du soleil, le vent desséchant ou le froid d'altitude,...
Les cactus peuvent ainsi être regroupés en 5 grands types morphologiques:
Les cactus primitifs: pas ou peu succulents, ces cactus ont gardé l'aspect d'arbustes classiques et leurs vraies feuilles: Pereskia, Pereskiopsis, Quiabentia.
Les oponces: formés de segments épais en forme de raquettes (vrais Opuntia), parfois au sommet d'un tronc (Brasilopuntia, Consolea,...), de segments en forme de cylindres (Austrocylindropuntia, Cylindropuntia, Grusonia,...) ou de petites boules plus ou moins allongées (Maihueniopsis, Tephrocactus,...), ces cactus ont, pour la plupart, conservés des feuilles réduites et cylindriques, tombant rapidement.
Les cactus colonnaires: formés de tiges épaisses et allongées, dréssées à rampantes ou retombantes, leurs aréoles sont disposées le long de côtes (ex: Escontria).
Les cactus globuleux: formés de tiges sphériques pouvant s'allonger, aux aréoles disposées sur des côtes (ex: Astrophytum) ou sur des mamelons en spirale (ex: Mammillaria). Chez les plus évolués, l'aréole s'est divisée, celle située à l'axile du mamelon produisant fleurs et rejets, celle au sommet du mamelon produisant les épines. Des formes intermédiaires de ce phénomène appelé déhiscence sérielle présentent un sillon reliant les deux parties de l'aréole en cours de division.
Les cactus épiphytes à tiges aplaties: Ces cactus poussant dans des zones plus humides ont réduit leurs capacités de stockage et leurs tiges aplaties ressemblent aux feuilles qu'elles remplacent dans leur fonction chlorophyllienne (ex: Schlumbergera).

Culture

ATTENTION : Les conseils de culture sont généraux. Il est important d'affiner ces conseils par la lecture des fiches de genres et d'espèces ou des articles auxquels il est fait renvoi. Il faut aussi adapter ces conseils à votre situation géographique et votre conduite de culture. La même plante pourra être maintenue parfaitement au sec en hiver en région parisienne alors qu'elle devra être modérément arrosée sur un balcon niçois pendant un hiver doux.
Cycle de végétation:
Pour bien cultiver un cactus, il est primordial de connaître et respecter son cycle de végétation.
Hiver:
L'hiver est, pour presque tous les cactus, la période de repos. Ils sont gardés au frais et au sec sans arrosages. Il vaut mieux les laisser dans un espace lumineux, mais à défaut, mieux vaut les hiverner dans un sous-sol sombre ou noir mais frais et sec que dans un appartement à 18°C, où ils vont se remettre à pousser, s'étioler et ne jamais fleurir. Il est important de connaître la température minimale à respecter qui varie selon les espèces entre -7°C et 13°C, voire moins ou plus pour quelques espèces, et est indiquée dans les fiches d'espèces.
La fin de l'hiver, avant la reprise de végétation, est également la meilleure période pour le rempotage.
Font exception à ce régime de repos les cactus fleurissant à cette époque (Mammillaria plumosa, Neoporteria laniceps, Schlumbergera,...) qui seront maintenus à la lumière et au chaud avec de légers arrosages. Par ailleurs les Melocactus avec céphalium qui ont besoin de plus de chaleur mais dont le corps ne pousse plus, peuvent de ce fait hiverner en appartement bien qu'ils soient au repos en hiver.
Printemps:
Le printemps est la période de reprise de végétation. Les arrosages et les apports d'engrais sont progressivement repris. Il faut veiller à ce que l'exposition au soleil ne soit pas trop brutale, notamment lorsque l'hivernage à eu lieu dans un endroit sombre, afin d'éviter les coups de soleil. Au besoin, ombrez avec un voile. Un premier traitement fongicide et insecticide peut être pratiqué.
Avril-Mai est également la bonne période pour pratiquer les semis, lorsqu'on ne dispose pas de chaleur et de lumière d'appoint. Plus tôt, il fait trop froid avec un manque de lumière. Plus tard, il peut faire trop chaud et les plantules n'auront pas le temps de grossir assez pour bien passer l'hiver.
Eté:
Paradoxalement, l'été est la pleine période de végétation pour la plupart des cactus qui requièrent alors arrosages et apports d'engrais réguliers, mais aussi, du fait des fortes chaleurs, une période d'arrêt de végétation pour certaines espèces, notamment dans les Opuntia. Il convient donc d'observer ses plantes et de réduire arrosages et supprimer les apports d'engrais des plantes qui marquent cet arrêt, en attendant une reprise de végétation vers la fin du mois d'août.
Automne:
L'automne prépare l'hiver. Un dernier traitement fongicide et insecticide systémique est pratiqué tant que la circulation de la sève est encore bien active. Les arrosages sont progressivement réduits et espacés. Il faut faire en sorte que la terre soit assez sèche avant les premiers froids de début novembre. Les espèces qui fleurissent en hiver peuvent être mises au repos plus tôt, dés la fin du mois d'août.
A la fin de l'automne, attention aux brûlures d'un soleil frappant les vitres à l'oblique, en n'étant plus gêné par les feuilles des arbres.
Conditions générales de culture:
Air: Les endroits clos favorisent la stagnation de l'humidité atmosphérique et le développement des maladies. Une serre ou une véranda doit être régulièrement aérée, mais sans courants d'air. En hiver, lorsque la résistance au froid des espèces cultivées, ou/et le chauffage le permet, on ouvrira pendant les périodes froides, l'air y étant généralement plus sec. Lorsque la serre ne peut être ouverte, des ventilateurs doivent brasser l'air régulièrement.
Calcaire: La plupart des cactus sont calcifuges, c'est à dire qu'ils ne supportent pas le calcaire. Les cactus calcicoles, appréciant le calcaire, acceptent en revanche très bien de pousser dans une terre sans calcaire. On évitera donc généralement la terre et les éléments drainant calcaires. L'eau d'arrosage doit être de pluie ou, lorsqu'elle est calcaire, adoucie.
Le calcaire provoque une chlorose par défaut d'assimilation du fer: la plante jaunie. Il est alors préférable de rempoter en changeant le substrat. Des arrosages avec du chélate de fer aident à retarder la chlorose et espacer les rempotages. Le sulfate de fer, agissant comme un saturateur, est par contre à déconseiller.
Eau et Arrosage: le cactus est une plante vivante qui a besoin d'eau, mais si le manque d'eau tue rarement un cactus, l'excès d'eau lui est toujours fatal. En période de repos, l'évaporation est réduite et la plupart des cactus peuvent être laissés au sec. En période de reprise de végétation, les arrosages sont prudents et espacés: la terre doit bien sécher entre chaque arrosage. En période de croissance, les cactus doivent être bien arrosés: rien ne sert alors d'arroser un peu par-dessus, la terre ne se mouillerait pas en profondeur et les racines n'absorberaient rien; il faut détremper la terre en profondeur, éventuellement en faisant tremper le pot dans une bassine, puis laisser égoutter et ne pas arroser à nouveau avant que les premiers centimètres de terre sous la surface ne soient secs.
Engrais: L'apport d'engrais est souvent discuté. On peut s'en passer en rempotant tous les deux ans avec des substrats contenant du terreau. Dans le cas contraire, ils sont indispensables. On utilisera un engrais pauvre en azote car celle-ci favorise la pousse des tiges au détriment de la floraison et de leur résistance aux maladies. A défaut d'engrais cactées, un engrais tomates ou géraniums fait l'affaire. Sur une plante en période de croissance, un apport d'engrais tous les 20 ou 30 jours suffit. On ne donne pas d'engrais à une plante dont la terre est sèche (cela brûlerait ses racines) ou à une plante en repos. L'osmocote est un engrais à libération lente qui est incorporé au substrat avant rempotage.
Lumière: Beaucoup de cactus supportent le plein soleil pourvu qu'ils y aient été progressivement habitués car ils sont soumis dans leur pays à un ensoleillement bien plus intense que celui qu'ils peuvent avoir en Europe. Mais d'autres poussent à l'état naturel à l’ombre d'herbes, d'arbres, voire dans des forêts assez épaisses. Il faudra alors les cultiver à mi-ombre, en évitant le soleil des heures chaudes de la journée (11-15h.), voire franchement à l'ombre. Ces conditions sont détaillées dans les fiches d'espèces.
Les pots: Trois types de pots sont généralement utilisés: les pots en terre, les pots en plastique et les boites de conserve. Chacun à ses avantages et ses inconvénients et l'amateur fera son propre choix, mais il est recommandé de standardiser le type de pot utilisé afin de ne pas compliquer à outrance la corvée de l'arrosage.
Le substrat: Trois types de substrats sont indiqués dans les fiches d'espèces. Le type standard ou 3 tiers, composé d'un tiers de terre de jardin non calcaire, d'un bon tiers d'éléments drainant (pouzzolane, perlite, sable grossier,...) et d'un petit tiers de terreau de feuilles bien décomposé convient à la plupart des espèces. Les espèces sensibles aux maladies cryptogamiques préfèrent un substrat minéral dans lequel le terreau est remplacé par des éléments drainant. Les espèces épiphytes ou poussant dans des creux de rochers où s'accumulent du terreau préfèrent un substrat plus riche en matière organique, où le terreau entre dans la composition pour au moins la moitié.
Température: Les fiches d'espèces précisent la température minimale en dessous de laquelle il faut éviter de descendre, à peine de provoquer la mort de la plante, par gel pour les températures égales ou inférieures à 0, par apparition de maladies cryptogamiques dans les autres cas. Ces températures minimales s'entendent généralement au sec (terre et air) et sur de courtes périodes ne dépassant pas quelques jours. Si ces conditions ne sont pas réunies, il est prudent d'augmenter un peu cette température minimale. Les températures minimales dépendent également des conditions de culture et du climat de la région et doivent donc être affinées à l'aide d'observations personnelles.
Originaire des pays chauds, les cactus supportent ordinairement des températures élevées. Toutefois certains, poussant en altitude, auront du mal à supporter les très fortes températures qui peuvent être atteintes dans les serres du midi de la France, notamment Lobivia, Rebutia,...
Parasites, maladies et traitements:
Les cactus sont l'objet d'attaques de maladies et de ravageurs (insectes, limaces, acariens,...).
Les maladies se repèrent généralement par un changement de couleur et un ramollissement de la partie atteinte qui se liquéfie progressivement. Il faut couper les parties atteintes avec un cutter désinfecté à la flamme ou à l'alcool entre chaque coupe. Si la maladie a atteint les vaisseaux conducteurs de sève disposés en cercle au coeur de la tige, ils ont alors une légère teinte rouge, et il faut retirer de la matière jusqu'à disparition de cette couleur. On applique ensuite un antifongique systémique sur la plaie et l'ensemble de la plante. Si seul subsiste la tête du cactus, elle pourra être ultérieurement bouturée.
Les parasites se repèrent à l'oeil nu (petits tas cotonneux ou petites excroissances sombres et dures pour les cochenilles), par les traces laissées par leurs attaques (décoloration de la tige sans ramollissement par piqûres d'acariens), voire par un dépérissement de la plante (que l'on dépote alors pour vérifier la présence de parasites sur les racines).
Dans la lutte contre les cochenilles et autres parasites suceurs, l'insecticide systémique imidaclopride (produit commercial: Confidor) est particulièrement efficace. Seuls inconvénients, il agit peu en période de repos et empoisonne les insectes butineurs en période de floraison. On l'utilisera donc plutôt en tout début de reprise de végétation, avec deux applications à 15 jours d'intervalle, en maintenant les abeilles à distance des plantes fleuries pendant un mois, à l'aide par exemple d'une moustiquaire (un vieux voilage peut faire l'affaire).
Acquisition :
On peut débuter une collection, ou l'agrandir en achetant des plantes chez un fleuriste, une jardinerie ou une grande surface ou en commandant par correspondance à un pépiniériste spécialisé. Le pépiniériste spécialisé est normalement l'assurance de plantes saines correctement cultivées. Leurs coordonnées sont disponibles sur ce site.
Les commerces locaux sont souvent peu au fait des soins à apporter: il faudra donc veiller à acheter une plante en bonne santé, sans cochenilles ou taches suspectes. On bannira les plantes étiolées, dont la partie supérieure est plus fine, d'un vert plus clair et moins épineuse, qui resteront déformées, et on évitera les cactus sur lesquels sont piquées ou collées des fleurs séchées. Si le cactus est cultivé dans de la tourbe, il faudra rempoter immédiatement dans un substrat standard, attendre au moins 15 jours avant d'arroser comme pour une reprise de végétation.
Quelle que soit l'origine du cactus, commerce local, pépiniériste spécialisé, amateur, celui-ci doit être mis en quarantaine pendant 2 mois ou plus, afin d'éviter que, s'il présente des parasites ou maladies, il ne contamine les autres plantes de la collection.
Multiplication:
Trois principaux modes de multiplication sont employés:
Le semis: Il se pratique dans un substrat aéré sur lequel sont juste pressées les graines, seules les plus grosses (Opuntia,...) étant légèrement enterrées. L'ensemble est maintenu humide à la lumière, mais sans soleil, et à température de 20-25°C le jour, 15-20°C la nuit, pendant toute la germination. On utilise pour cela une plaque de verre ou de plastique posée sur les pots, une mini-serre, ou la méthode du semis en sachet. L'aération est primordiale, sauf si substrat, pots, eau ont été préalablement stérilisés et désinfectés (micro-ondes, cocotte-minute, eau de javel pour les seuls pots et étiquettes,...) et sont maintenues en ambiance stérile.
Le bouturage, consiste à faire raciner une tige coupée, dont la coupe a été préalablement laissée à sécher, en la posant sur un substrat légèrement humide. Lorsque l'on part d'une plante saine, la base de la plante produira des rejets qui pourront être bouturés à leur tour.
Le greffage consiste à joindre par leurs plans de coupe, une tige coupée sur la plante à reproduire (greffon) sur une tige racinée étêtée. Plusieurs conditions doivent être réunies: un porte-greffe en végétation, des coupes fraîches, en biseau sur le pourtour, éventuellement rajeunies dans l'instant précédant la jonction, une jonction des vaisseaux conducteurs de sève, ce qui peut obliger à décentrer le greffon, un maintien en position à mi-ombre et dans un milieu confiné. La soudure se fait généralement en quelques jours et l'ensemble peut alors être progressivement remis en conditions normales de culture.
La culture in vitro est prometteuse mais peu accessible à l'amateur.

Répartition géographique

Tous les cactus sont originaires du Nouveau Monde, où ils poussent du Canada à la Terre de Feu.
Une seule espèce a naturellement migrée vers l'Afrique, Madagascar et les îles avoisinantes et Sri Lanka: Rhipsalis baccifera.
Mais de nombreuses autres espèces ont suivi l'homme qui les utilisait comme haie vive, pour la production fruitière, comme nourriture du bétail ou pour l'élevage de cochenilles et se sont naturalisées dans toutes les régions tropicales à méditerranéennes du globe et même jusque dans la vallée du Rhône et le Valais suisse pour quelques Opuntias.

Auteur

philippe (contacter l'auteur ou écrire aux admins de l'encyclopédie)
Fiche créée le 30/01/2002, mise à jour le 28/08/2011.


Mammillaria blossfeldiana
Mammillaria blossfeldiana


Carnegiea gigantea
Carnegiea gigantea


Cephalocereus senilis
Cephalocereus senilis


Pachycereus pringlei
Pachycereus pringlei


Pachycereus marginatus
Pachycereus marginatus


Cleistocactus strausii
Cleistocactus strausii


Astrophytum myriostigma
Astrophytum myriostigma


Leuchtenbergia principis
Leuchtenbergia principis


Coleocephalocereus goebelianus
Coleocephalocereus goebelianus


Ariocarpus fissuratus intermedius
Ariocarpus fissuratus intermedius


Aztekium ritteri
Aztekium ritteri


Obregonia denegrii
Obregonia denegrii


Disocactus macranthus
Disocactus macranthus


Ferocactus glaucescens
Ferocactus glaucescens


Plus de photos de Cactaceae avec Google images.

Genres de la famille Cactaceae

image disponible Acanthocalycium Backeberg 1935
image disponible Acanthocereus (Engelmann ex A. Berger) Britton & Rose 1909
image disponible Acharagma (N.P.Taylor) A.D.Zimmerman ex Glass 1997
image disponible Aporocactus Lemaire
image disponible Ariocarpus Scheidweiler
image disponible Armatocereus Backeberg
image disponible Arthrocereus A. Berger 1929
image disponible Astrophytum Lemaire
image disponible Austrocactus Britton & Rose 1922
image disponible Austrocylindropuntia Backeberg 1938
image disponible Aztekium Boedecker 1929
image disponible Backebergia H. Bravo
image non disponible Bergerocactus Britton & Rose
image disponible Blossfeldia Werdermann
image disponible Brasilicereus Backeberg 1938
image disponible Brasiliopuntia (K. Schumann) A. Berger
image disponible Browningia Britton & Rose
image disponible Calymmanthium F. Ritter
image non disponible Carnegia
image disponible Carnegiea Britton & Rose
image disponible Castellanosia Cardenas
image disponible Cephalocereus Pfeiffer
image disponible Cereus Miller 1754
image disponible Chamaecereus Britton & Rose 1922
image disponible Chamaelobivia
image disponible Cleistocactus Lemaire
image disponible Cochemiea (K. Brandegee) Walton 1899
image disponible Coleocephalocereus Backeberg
image disponible Consolea Lemaire
image disponible Copiapoa Britton et Rose 1922
image disponible Corryocactus Britton & Rose 1920
image disponible Cumulopuntia Ritter
image disponible Cylindropuntia (Engelmann) F.M.Knuth 1935
image disponible Deamia Britton & Rose
image disponible Dendrocereus Britton & Rose
image disponible Denmoza Britton & Rose 1922
image disponible Dolichothele (K. Schumann) Britton & Rose 1923
image disponible Echinocactus Link & Otto
image disponible Echinocereus Engelmann 1848
image disponible Echinopsis Zuccarini 1837
image disponible Epiphyllanthus A. Berger
image disponible Epiphyllum Haworth 1812
image disponible Epithelantha (G. Engelmann) Britton & Rose 1922
image non disponible Erdisia Britton & Rose 1920
image disponible Eriocactus Backeberg 1941
image disponible Eriosyce Philippi 1872
image disponible Erythrorhipsalis A. Berger
image disponible Escobaria Britton & Rose 1923
image disponible Escontria Rose
image disponible Espostoa Britton & Rose
image disponible Espostoopsis F. Buxbaum
image disponible Eulychnia Philippi
image disponible Facheiroa Britton & Rose 1920
image disponible Ferobergia Glass 1966
image disponible Ferocactus Britton & Rose 1922
image disponible Frailea Britton & Rose 1922
image disponible Geohintonia Glass & Fitz Maurice 1991
image disponible Grusonia (Reichenbach in Schumann) émendation Pinkava 1999
image disponible Gymnocalycium Pfeiffer ex Mittler 1844
image disponible Haageocereus Backeberg 1934
image disponible Harrisia Britton
image disponible Isolatocereus Backeberg
image disponible Lasiocereus F. Ritter
image disponible Lemaireocereus Britton & Rose
image disponible Leocereus Britton & Rose 1920
image disponible Leptocereus (A. Berger) F. Buxbaum
image disponible Leuchtenbergia Hooker
image disponible Leuenbergeria Lodé 2012
image disponible Lobivia Britton & Rose 1922
image disponible Lophophora (Lemaire (ex Salm-Dyck)) Coulter
image disponible Machaerocereus Britton & Rose
image disponible Maihuenia (Philippi) K. Schumann 1898
image disponible Maihueniopsis Spegazzini
image disponible Mamillopsis (E. Morren) F.A.C. Weber ex Britton & Rose 1923
image disponible Mammillaria Haworth
image disponible Mammilloydia Buxbaum 1951
image disponible Matucana Britton et Rose 1922
image disponible Melocactus Link et Otto
image disponible Mila Britton & Rose
image non disponible Myrtgerocactus Moran
image disponible Myrtillocactus Console
image disponible Neobuxbaumia Backeberg
image disponible Neoraimondia Britton & Rose
image disponible Neowerdermannia Fric 1930
image disponible Obregonia Fric 1925
image non disponible Oehmea Buxbaum 1951
image disponible Opuntia (Linné) Miller 1754
image disponible Oreocereus (A. Berger) Riccobono
image disponible Oroya (Schumann) Britton & Rose 1922
image disponible Ortegocactus Alexander
image non disponible Pacherocactus G.D. Rowley
image disponible Pachycereus (A. Berger) Britton & Rose 1909
image disponible Parodia Spegazzini 1923
image disponible Pediocactus Britton et Rose 1913
image disponible Pelecyphora Ehrenberg
image disponible Pereskia Plumier ex Miller
image disponible Pereskiopsis Britton & Rose
image disponible Phellosperma Britton & Rose 1923
image disponible Pilosocereus Byles & G.D. Rowley
image disponible Polaskia Backeberg
image disponible Pterocactus Schumann
image disponible Puna R. Kiesling
image disponible Punotia D.R. Hunt 2011
image disponible Quiabentia Britton & Rose
image disponible Rathbunia Britton & Rose
image disponible Rauhocereus Backeberg
image disponible Rebutia K. Schumann 1895
image disponible Rhipsalis Gaertner
image disponible Schlumbergera Lemaire
image disponible Sclerocactus Britton & Rose 1922
image disponible Selenicereus (A. Berger) Britton & Rose
image disponible Solisia Britton & Rose 1923
image disponible Stenocactus (K. Schumann) Berger ex A.W. Hill 1933
image disponible Stenocereus (A. Berger) Riccobono
image disponible Stetsonia Britton & Rose
image disponible Strombocactus
image disponible Tacinga Britton & Rose
image disponible Tephrocactus Lemaire
image disponible Thelocactus (K. Schumann) Britton & Rose
image disponible Trichocereus (Berger) Riccobono 1909
image disponible Tunilla D.R. Hunt & Iliff
image disponible Turbinicarpus Buxbaum & Backeberg
image disponible Weberbauerocereus Backeberg
image disponible X cleistopsis Strigl 1979
image disponible Yavia R. Kiesling & J. Piltz
image disponible Zehntnerella Britton & Rose 1920
image disponible Zygocactus K. Schumann

Fiches de botanistes :

image non disponible Jussieu, Antoine Laurent de




Encyclopédie des Cactus, Plantes Grasses et Succulentes
https://www.cactuspro.com/encyclo