Espèce
Ajouter à vos listes :
J'en propose
   
J'en cherche
   
Une de mes préférées
    aide sur les listes

Espèce proposée par :
Aucun membre ¯\_(ツ)_/¯

Fiche no 64964.
Auteurs : Modifier - Effacer - Changer en espèce

encyclo_admin@cactuspro.com

Sponsor du CF
Agenda
13 et 14 avril 2024
Foire aux plantes rares et art des jardins de Genay (Genay, 69, France)
J'y vais
13 et 14 avril 2024
La maison de l'arbre (Réaumont, 38, France)
J'y vais
13 et 14 avril 2024
Plantes rares et jardin naturel, Sérignan du Comtat (Sérignan du Comtat, 84, France)
J'y vais
13 et 14 avril 2024
Fête des plantes au parc Aurélien (Fréjus, 83, France)
J'y vais
13 et 14 avril 2024
Fête des plantes à Saint-Étienne (Saint-Étienne, 42, France)
J'y vais
13 et 14 avril 2024
Salon de la fleur (Compiègne) (Compiègne, 60, France)
J'y vais
Toutes les dates

Echinocactus diguetii F.A.C.Weber 1898

Publication Les Echinocactus de la Basse Californie, Bulletin du Muséum d'Histoire Naturelle 4 : 100 (98-105 : texte p. 98, 100 et 102, fig.1 p.99) (1898).
Type : Diguet L., Mexique, Basse Californie (Sud), ile Santa Catarina, envoyé au Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris (P: holotype, statut de conservation inconnu).

Synonyme de

Ferocactus diguetii (F.A.C.Weber) Britton & Rose 1922

Commentaires

Publication originale (F.A.C. Weber 1898) :
"Les Echinocactus de la Basse Californie, par le Dr Weber.
M. Léon Diguet, l'explorateur infatigable qui depuis deux ans a entrepris un nouveau voyage en Basse Californie, vient d'adresser au Muséum une série de documents et de clichés photographiques très remarquables. Ceux qui sont relatifs aux Cardonales, ou forêts de Cactées, du sud de la Péninsule et de certaines îles du golfe de Californie, ont été soumis à mon examen. Ces documents viennent s'ajouter à ceux dont j'ai déjà eu l'honneur de vous présenter un résumé en 1895 (2) et qui avaient été recueillis un peu plus au nord, vers le 27° degré.
(2) Voir Bull. du Mus., 1895, n° 8.
En attendant que M. Diguet puisse, à son retour, les compléter par de nouveaux renseignements écrits ou verbaux, je veux dès aujourd'hui vous signaler tout spécialement un Echinocactus géant, absolument nouveau, qui dépasse en hauteur tous ses semblables connus jusqu'à ce jour. Sa découverte appartient incontestablement à M. Diguet, et il est juste de lui en assurer la priorité. Les échantillons botaniques secs qui accompagnent les clichés permettent de déterminer très nettement cette espèce nouvelle et de la comparer aux autres espèces de ce genre qui ont été signalées dans la Péninsule californienne.
Je vous propose de donner à ce colosse végétal, inconnu jusqu'aujourd'hui, le nom du voyageur zélé qui l'a découvert.
Echinocactus Digueti n. sp. (Fig. n° 1.)
E. elongatus, dein cylindricus, columnaris, crassissimus, rnaximus; costis numerosis (34) angustis; sinubus profundis acutis; vertîce impresso; areolis junioribus tomentosis; aculeis 6-7 aequalibus, gracilibus, acicularibus, sub-arcuatis, flavescentibus, exterioribus 5-6, centrali 1 ; floribus flavidis, tubo glabro squamato.
D'après les photographies, cet Echinocactus a généralement 1, 2, ou même 3 mètres de hauteur, sur 0 m. 40, 0 m. 50, et jusqu'à 0 m. 80 de diamètre; mais certains vieux exemplaires mesurent jusqu'à 4 mètres de hauteur. Sur celui que vous montre la projection n° 1, un homme levant la main, peut à peine atteindre la moitié de la hauteur du tronc. Les côtes, comptées sur un petit échantillon sec, sont au nombre de 34; ce nombre ne paraît pas augmenter avec l'âge. Elles sont d'abord étroites, comprimées, et les sillons sont aigus et profonds; mais plus tard, ceux-ci s'élargissent, deviennent plus obtus, en même temps que les côtes deviennent plus larges; les faisceaux d'aiguillons, d'abord distants de 1 centimètre et demi, se rapprochent peu à peu par le tassement des côtes. Le sommet est toujours déprimé, concave, formant une espèce de cuvette. Les jeunes aréoles sont longues de 1 centimètre et demi sur 8 millimètres de largeur; elles sont sub-confluentes et garnies de feutre laineux roux-jaunâtre qui disparait plus tard.
Les aiguillons sont au nombre de 6 à 7, dont 1 central, 1 inférieur, 4 latéraux, et quelquefois 1 supérieur; ils sont tous à peu près égaux entre eux, longs de 3 à 4 centimètres, grêles, aciculaires, non annelés, droits ou légèrement arqués en dehors, d'un jaune roux, plus tard gris-jaunâtre. Ils n'occupent que la moitié inférieure de l'aréole; au-dessus d'eux se trouvent quelques aiguillons rudimentaires ou glaudules cornées; la moitié supérieure de l'aréole est occupée par la fleur.
Les fleurs naissent tout autour du sommet de la plante, à environ 8 centimètres du centre ou même plus en dehors. Leurs restes desséchés se trouvent encore à une assez grande distance du sommet. En les ramollissant dans l'eau chaude, nous avons pu constater que l'ovaire, glabre, sans aucune trace de laine, est couvert de nombreuses squames semi-lunaires imbriquées, serrées; les sépales, obovés, obtus, paraissent avoir été rouges ou bruns; les pétales, plus allongés, plus étroits, sont lancéolés, jaunes; les étamines sont moitié plus courtes que les pétales. Le fruit n'est pas connu.
Ce curieux Echinocactus a été découvert par M. Diguet dans l'île Catalana (1), située au milieu du golfe de Californie, vers le 25e degré de latitude, et fréquentée par les pêcheurs de perles. Ce qu'il y a de remarquable, c'est qu'il ne croît pas seulement dans les terrains rocheux de l'intérieur de l'île, où nos deux premières projections vous l'ont montré en compagnie du Cardon pelon, c'est-à-dire cierge chauve (Cereus Pringlei Wats. ou Cereus calvus Eng.); mais il descend avec celui-ci jusqu'au bord même de la mer. Une photographie nous montre ces Cereus entremêlés aux Echinocactus Digueti, au milieu des galets du rivage. La proximité de la mer est telle, qu'on peut même se demander si pendant les gros temps ils ne doivent pas nécessairement recevoir quelquefois les éclaboussures de l'eau de la mer. A côté d'eux, la photographie permet de distinguer quelques petites Cactées buissonnantes, dans lesquelles on peut reconnaître le Cereus Cumengei Web., et un Opuntia cylindrique, probablement Op. Cholla Web.
D'après les caractères énoncés, on peut conclure que, par son aspect général columnaire et par ses fleurs à ovaire squameux glabre, l'Echinocactus Digueti se rapproche jusqu'à un certain point des autres Echinocactus, déjà signalés en Basse Californie; mais il s'en distingue totalement par ses aiguillons beaucoup plus fins, moins nombreux et non uncinés.
An point de vue botanique, tous les Echinocactus californiens ont pour caractère commun l'ovaire squameux, imbriqué, glabre, c'est-à-dire non laineux. Les espèces trouvées jusqu'à présent dans la Péninsule ou dans les régions voisines sont : E. Peninsulæ Web. , E. californicus Monv., E. Emoryi Eng., E. Wislizeni Eng. , E. Lecontei Eng. , E. acanthodes Lem. (E. cylindraceus Eng.), E. viridescens Eng.
(1) Sur la plupart des cartes, cette île est appelée Catalina; mais, d'après M. Diguet, son vrai nom est Catalana."

Étymologie

Echinocactus : du grec ekhinos, hérisson, oursin : cactus-oursin, en référence à sa forme et à ses épines.
diguetii : en l'honneur de son découvreur, le biologiste et explorateur français Léon Diguet (1859-1926).

Numéros de collecte

Vous pouvez chercher les numéros de collecte pour cette espèce dans :

Forum

Vous pouvez faire une recherche sur le forum.

Auteur

philippe (contacter l'auteur ou écrire aux admins de l'encyclopédie)
Fiche créée le 25/04/2014.


Fiches de botanistes :

image non disponible Weber, Frederic Albert Constantin

Fiche du genre :

image disponible Echinocactus (Link & Otto)

Synonymes :

Aucune fiche.

Espèces du même genre :

image disponible Echinocactus grusonii
image disponible Echinocactus horizonthalonius Lemaire 1839
image non disponible Echinocactus horizonthalonius 'Suihei'
image disponible Echinocactus polycephalus Engelmann & Bigelow
image disponible Echinocactus texensis Hopffer