L'Héritier de Brutelle, Charles Louis

1746 - 1800
Magistrat et botaniste autodidacte français né le 15 juin 1746 à Paris. Issu d'une famille aisée de commerçants, il entame sa carrière de magistrat en 1772 à la maîtrise des Eaux et Forêts de Paris, puis devient conseiller à la Cour des Aides en 1775. A la révolution, réformateur, il devient juge de tribunal révolutionnaire, mais perd son poste pendant la Terreur. Il retrouve un emploi de moindre importance en 1794 au ministère de la justice.
Parallèlement à cette carrière de serviteur de l'Etat, il se passionne pour la botanique, suit des cours au Jardin des Plantes, fréquente les salons et constitue une formidable bibliothèque à l'image de celle de Joseph Banks (1743-1820) en Angleterre. Il prend sous son aile le jeune Pierre-Joseph Redouté (1759-1840) et, en les finançant sur sa fortune personnelle, entame la publication de plusieurs ouvrages illustrés par le jeune artiste, en tout premier lieu son Stirpes novae aut minus descriptionibus et iconibus illustravit (1784-1791) sur les nouvelles plantes exotiques rapportées par divers explorateurs.
L'affaire Dombey le voit en 1786, dérober les collections ramenées d'Amérique du Sud par le botaniste Joseph Dombey (1742-1794), qui lui ont été confiées pour exploitation, pour les emmener en Angleterre, accompagné par Redouté. En effet le jardin du Roi lui avait demandé de lui restituer afin de geler toute publication en application d'un accord préalable à l'expédition conjointe franco-espagnole à laquelle avait pris part Dombey. Cette équipée, qui lui vaudra une inimitié avec l'espagnol Antonio José Cavanilles (1745-1804) et que la plupart des botanistes anglais condamnent, n'aura d'autre suite que la publication d'un Sertum anglicum (1789) sur la flore anglaise que L'Héritier étudie pendant son séjour en Angleterre!
Avec Geraniologia … (1787-1788, 1792), L'Héritier éclate le genre Géranium en 3 genres: Erodium (5 étamines), Pelargonium (7 étamines) et Geranium (10 étamines), suivant ainsi une classification linnéenne à l'opposée de la classification naturelle de Michel Adanson (1727-1806) et Antoine-Laurent de Jussieu (1748-1836). Ce choix lui vaudra de nombreuses critiques de la part des grands botanistes de l'époque qui lui reprochent d'être autodidacte. Ce n'est qu'après sa mort que les travaux de L'Héritier seront réhabilités par Carl Ludwig Willdenow (1765-1812) et Augustin Pyrame de Candolle (1778-1841).
Ayant perdu la majeure partie de sa fortune, il ne peut poursuivre ses publications antérieures (Stirpes novae…, Sertum anglicum, Geraniologia…) qui resteront inachevées. Il publie encore Mémoire sur un nouveau genre de plants appelé Cadia (1795), écrit une flore de la place Vendôme qu'il ne publiera jamais et initie en 1799 l'Historia Plantarum Succulentarum (Histoire des plantes grasses) du jeune A.P. de Candolle, illustrée par Redouté, qui restera inachevée.
Il décède dans la nuit du 16 août 1800 (28 thermidor an VIII), assassiné à l'arme blanche devant chez lui, dans des circonstances jamais élucidées. Après sa mort, sa bibliothèque est dispersée, mais son herbier est racheté par A.P. de Candolle et celui-ci est maintenant conservé à Genève.

Nationalité : française.

Auteur

philippe (contacter l'auteur ou écrire aux admins de l'encyclopédie)
Fiche créée le 23/03/2008.


Plus de photos de Charles Louis L'Héritier de Brutelle avec Google images.

Fiches de familles :

Aucune.

Fiches de genres :

image disponible Didelta 1786
image disponible Plectranthus 1788

Fiches d'espèces :

Fiche de synonyme Didelta tetragoniifolia 1786




Encyclopédie des Cactus, Plantes Grasses et Succulentes
https://www.cactuspro.com/encyclo