Pachycereus pecten-aboriginum (Engelmann ex S.Watson) Britton & Rose 1909

Publication : The genus Cereus and its allies in North America, Contributions from the United States National Herbarium. Smithsonian Institution 12(10): 422 (413-437) (21 juillet 1909).
Basionyme : Cereus pecten-aboriginum Engelmann ex S.Watson 1886

Description

Un cierge très répandu sur la côte ouest du Mexique, dont les fruits épineux étaient utilisés comme peigne par les amérindiens, usage d'où il tire son nom latin. Très proche de Pachycereus pringlei, dont il s'en distingue, lorsqu'il est jeune, par une forme générale plus régulière, moins en massue, et ses épines plus courtes.
Cactus colonnaire arborescent et ramifié de jusqu'à 11(-15)m de haut, au tronc distinct de 30-150cm de haut sur 20-40(-50)cm de diamètre, à écorce grise, et à jusqu'à 40 tiges vert foncé, vert glauque jeunes, légèrement courbées à la base puis érigées, de 13-20cm de diamètre, présentant de légères constrictions révélant les périodes de croissance.
8-11(-12) côtes aigües de 1,8-3,5(-4,5)cm de haut aux petites aréoles rondes à elliptiques de 7-13mm de long sur 4-10mm de large, espacées de 0,4-2,8cm et reliées ou presque reliées par un sillon interaréolaire. Epines absentes sur le tronc des plantes adultes. Sur les tiges en zone non florifère, épines aciculaires grises à pointe noire, 1-2(-3) centrales érigées de (0,8-)1,2-3(-8)cm de long, à section ronde à légèrement aplatie, et 8-10 radiales de 0,4-1,8cm de long, pas aplaties. Sur les tiges en zone florifère, 20-44(-58) épines aciculaires, flexibles et indifférenciées, jaunâtres à marron foncé de 1-2,5cm de long, naissant d'aréoles pourvues de nombreux trichomes marron clair à foncé.
Floraison nocturne au printemps (janvier-mai dans son pays d'origine). Espèce autostérile. Fleurs blanc verdâtre en entonnoir de 7,2-9,5cm de long naissant au sommet et sur les cotés des tiges. Péricarpelle orbiculaire de 1,5-2,5cm de long sur 1,5-2,3cm de diamètre, portant de petites écailles lancéolées brun très foncé de 6-9mm de long sur environ 1mm de large à l'aisselle desquelles naissent de nombreux trichomes marron de 3-5mm de long et occasionnellement quelques épines flexibles jaunes de jusqu'à 6mm de long. Tube floral de 4-5,2(-5,6)cm de long, 1,6-2,2cm de diamètre à la base et 2,5-3,4cm à la gorge, portant de petites écailles lancéolées brun-pourpre foncé de 1,3-1,6cm de long sur 4-5mm de large à l'aisselle desquelles naissent quelques trichomes jaunâtres à marron de 3-7mm de long et occasionnellement des épines rigides marron de 0,6-1,7cm de long. Etamines à filaments blancs, arrangées sur 2 rangs, celles du rang extérieur de 5-7mm de long, celles du rang intérieur de 8-14mm de long. Pistil à style blanchâtre de 4-6cm de long et 8-11 stigmates jaune pâle d'environ 1cm de long.
Fruits rougeâtres ± foncés à maturité (mai-juillet dans son pays d'origine), ± sphériques de 4,3-5,5cm de long sur 4-6cm de diamètre, couverts de trichomes jaune-marron et de fines épines jaune pâle de 1,5-5,1cm de long. Ecailles noires et sèches de 5-8mm de long sur 1mm de large. Fruit à déhiscence apicale dévoilant une pulpe rouge, pouvant sécher et rester de longs mois sur la tige. Graines marron-noir ovoïdes de 3,3-4,7mm de long sur 2,2-3,4mm de large.
Chromosomes: n=11.
(Description tirée de Arias et Terrazas 2009.)

Illustrations: Dans The Cactus Family d'Anderson (2001), Pachycereus pecten-aboriginum est illustré correctement p. 535, mais également sous la dénomination erronée de Stenocereus queretaroensis p. 647!

Culture

Culture facile sans grandes particularités par rapport aux conditions générales de culture de la famille des Cactaceae, en substrat 3 tiers, avec du soleil direct pendant au moins une partie de la journée, des arrosages réguliers en été, interrompus en hiver.
Donné comme résistant au froid jusqu'à -2°C au sec pour de courtes périodes et si la température remonte en journée, mais on évitera de descendre en dessous de 5°C, voire même 7°C par sécurité.
Reproduction par semis, voire bouturage de tiges. La température optimale de germination est comprise entre 26 et 31°C. Les graines peuvent être légèrement enterrées et la température maintenue constante jour et nuit. En effet la lumière et l'alternance de températures optimales en journée, plus basses la nuit n'ont pas ou très peu d'incidence (positive comme négative) sur le taux de germination de ces deux espèces (X. Yang et al. 2003).

Étymologie

Pachycereus: du grec pakhys, épais: cierge épais, en référence au fort diamètre des tiges.
pecten-aboriginum: du latin pecten, peigne, et aborigenes, natifs, en référence à l'usage des fruits en tant que peigne par les indiens.

Habitat

Ouest du Mexique: Basse Californie Sud, désert de Sonora, Sinaloa et états adjacents, côte Pacifique jusqu'à l'isthme de Tehuantepec dans l'état de Oaxaca et jusqu'au Chiapas, du niveau de la mer jusqu'à 1410m d'altitude, en forêt tropicale décidue, forêt d'épineux et maquis xérophile.

Anecdotes

Noms vernaculaires: bataya mahuali, pitaya echo, cardón hecho, chawé (ou cawé - Chihuahua), hecho (ou etcho - Chihuahua, Sinaloa et Sonora), wichowaka (folie en indien Tarahumara), cardón (Chihuahua et Oaxaca), pitayo cimarrón, órgano (Jalisco), cardón barbón, cardón espino (Basse Californie), aborigine's comb, indian's comb, hairbrush cactus (anglais), Kamm-Baumkaktus (allemand).
Ecologie:
Les fleurs de Pachycereus pecten-aboriginum, toutes hermaphrodites, sont autostériles. Cette auto stérilité est habituelle chez les Pachycereus diploïdes comme le sont Pachycereus pecten-aboriginum et Pachycereus weberi, alors que les populations hermaphrodites de Pachycereus pringlei, qui est auto tétraploïde, sont auto fertiles. De ce fait Pachycereus pecten-aboriginum a impérativement besoin de l'action d'un agent pollinisateur pour se reproduire.
Comme d'autres cierges de la côte Pacifique du Mexique, Pachycereus pecten-aboriginum est adapté à une pollinisation nocturne par les chauves-souris, principalement la chauve-souris migratrice Leptonycteris yerbabuenae (ex Leptonycteris curasoae), mais également Choeroniscus godmani et Glossophaga soricina. Ce rôle leur est bien attribué au sud de l'aire de répartition où ces chauves-souris sont abondantes. En revanche deux études publiées en 2004 ont relevé qu'au nord de l'aire de répartition le rôle des chauves-souris, qui sont bien moins nombreuses qu'au sud, est faible à presque nul, la pollinisation étant assurée principalement par des oiseaux diurnes qui visitent les fleurs au petit matin: colibris, pics,...
Et alors qu'au sud de l'aire de répartition la fleur se ferme tôt le matin et ne permet pas de pollinisation diurne, au nord, la floraison nocturne se prolonge le matin: la fleur commence à se refermer progressivement à partir de 9h du matin mais la fécondité et la production de nectar se poursuit jusque vers 13-14h. La fermeture plus tardive des fleurs nocturnes observée au nord de l'aire de répartition serait donc une adaptation destinée à compenser le manque de pollinisateurs nocturnes (F. Molina-Freaner, A. Valiente-Banuet et al. 2004).
Ethnobotanique:
Selon Edward Palmer (repris par Rose 1899), le collecteur du type, les fruits secs étaient transformés en brosses à cheveux. Cet usage serait encore en vigueur chez les Tarahumara: ils retirent les épines sur un coté du fruit pour pouvoir le tenir en main; les épines restantes sont épointées à la flamme ou aux ciseaux, puis l'ensemble est ramolli à l'eau chaude pour lui donner une forme appropriée.
Les fruits sont parfois consommés frais, même s'ils sont moins charnus et recherchés que d'autres fruits de grands cierges mexicains, ou cuits pour en faire un sirop ou une sorte de vin. Les graines sont bouillies puis mélangées au nixtamal (maïs trempé et cuit dans une solution alcaline, traditionnellement un mélange d'eau et de cendres de bois, puis broyé) pour en faire des tortillas ou des pinoles. Elles peuvent également être broyées pour la préparation de l'atole (une boisson chaude épaissie à la farine, généralement de mais).
La pulpe des jeunes tiges est utilisée en médecine traditionnelle Guarijíoes, Pima, Mayo, Tarahumara, ou Yaqui, notamment contre les ulcères, et en cataplasme sur les plaies. Les jeunes branches sont également cuites dans l'eau, et le liquide ainsi obtenu par infusion utilisé contre la douleur et comme laxatif, mais également, d'après l'université de Michoacán, comme lotion capillaire pour faire pousser les cheveux.
Les indiens Tarahumara écrasent les jeunes branches pour en faire un breuvage hallucinogène appelé cawé, chawé ou wichowaka. Ce cierge ne contiendrait pas de mescaline, mais un alcaloïde assez proche de l'anhalonine, qui provoquerait des spasmes tétaniques. Mais les Tarahumara utilisent plus souvent pour cet usage le jikuri ou Lophophora williamsii (Schultes & Hofmann 1979).
Le bois est utilisé par les indiens Mayo et Tarahumara pour la construction de meubles (bancs, lits,…) ou de maisons (charpentes, linteaux,…). Les Tarahumara l'utilisent aussi pour faire des torches ou alimenter leurs feux. Ce cactus est également utilisé comme haie vive.
Dans certaines régions, une graminée originaire de l'ancien monde et invasive, Cenchrus ciliaris (ou Pennisetum ciliare) est plantée pour lutter contre l'érosion et pour nourrir le bétail. Elle est réputée concurrencer les plantes natives en consommant leur eau. S'agissant de Pachycereus pecten-aboriginum, aucun déclin particulier des spécimens adultes n'a été relevé là où cette herbe prospère. En revanche les jeunes semis qui germent dans les zones où prédomine cette herbe meurent tous dans l'année, contrairement à ce qui se passe au sein d'une végétation traditionnelle de buissons épineux (D. Morales-Romero & F. Molina-Freaner 2008).
Taxonomie: Reclassement (Britton & Rose 1909):
"Pachycereus pecten-aboriginum (Engelm.).
Cereus pecten-aboriginum Engelm.; S. Wats. Proc. Am. Acad. 21: 429. 1886.
Type locality: Hacienda San Miguel, Chihuahua.
Distribution: Chihuahua and Sonora; southern Lower California.
Illustration: Gard. & For. 7 : f. 54. Contr. Nat. Herb. 5: pl. 57, 58, f. 32."

Exposition

Vive (luminosité maxi, plein soleil accepté)

Température mini

7°C

Arrosages

Hiver : aucun. Été : moyen.

Substrat

Standard (3 tiers)

Dimensions maximales

Hauteur : 15 m. Largeur : 5 m.

Couleur des fleurs

blanc

Publications spécialisées

Taxonomie:
S. Arias & T. Terrazas,Taxonomic Revision of Pachycereus (Cactaceae), Systematic Botany 34(1): 70-74, fig.3 (dessins) et 4 (carte de répartition) (2009).
Ecologie:
D. Morales-Romero & F. Molina-Freaner, Influence of buffelgrass pasture conversion on the regeneration and reproduction of the columnar cactus, Pachycereus pecten-aboriginum, in northwestern Mexico, Journal of Arid Environments 72(3): 228-237 (mars 2008).
F. Molina-Freaner, A. Rojas-Martínez, T.H. Fleming & A. Valiente-Banuet, Pollination biology of the columnar cactus Pachycereus pecten-aboriginum in north-western México, Journal of Arid Environments 56(1): 117-127 (janvier 2004).
A. Valiente-Banuet, F. Molina-Freaner, A. Torres, María del Coro Arizmendi & A. Casas, Geographic differentiation in the pollination system of the columnar cactus Pachycereus pecten-aboriginum, American Journal of Botany 91:850-855 (2004).
E. Rincón, P. Huante & Y. Ramírez, Influence of vesicular-arbuscular mycorrhizae on biomass production by the cactus Pachycereus pecten-aboriginum, Mycorrhiza 3(2): 79-81 (1993).
Anatomie:
S.Arias & T. Terrazas, Variación en la anatomía de la madera de Pachycereus pecten-aboriginum (Cactaceae), Anales del Instituto de Biología, Universidad Nacional Autónoma de México, Serie Botánica, 72(2): 157-169 (juillet-décembre 2001).
Ethnobotanique:
R.R. Schultes & A. Hofmann, Plants of the Gods 51 (1979).
J.N. Rose, Notes on useful plants of Mexico, Contributions from the United States National Herbarium 5(4): 209-259 (1899).

Numéros de collecte

Vous pouvez chercher les numéros de collecte pour cette espèce dans :

Forum

Vous pouvez faire une recherche sur le forum.

Auteur

philippe (contacter l'auteur ou écrire aux admins de l'encyclopédie)
Fiche créée le 18/09/2004, mise à jour le 08/06/2012.


Ajouter à vos listes :
J'en propose
   
J'en cherche
   
Une de mes préférées
    aide sur les listes

Espèce proposée par :
gulhuinn
Pachycereus pecten-aboriginum
Pachycereus pecten-aboriginum


Pachycereus pecten-aboriginum
Pachycereus pecten-aboriginum


Pachycereus pecten-aboriginum
Pachycereus pecten-aboriginum


Pachycereus pecten-aboriginum
Pachycereus pecten-aboriginum


Pachycereus pecten-aboriginum
Pachycereus pecten-aboriginum


Plus de photos de Pachycereus pecten-aboriginum avec Google images.

Fiches de botanistes :

image non disponible Britton, Nathaniel Lord
image disponible Engelmann, George
image disponible Rose, Joseph Nelson
image non disponible Watson, Sereno

Fiche du genre :

image disponible Pachycereus (A.Berger) Britton & Rose 1909

Synonymes :

Espèces du même genre :

image disponible Pachycereus grandis Rose 1909
image non disponible Pachycereus lepidanthus (Eichlam) Britton & Rose
image disponible Pachycereus marginatus (de Candolle) Britton & Rose
image disponible Pachycereus pecten-aboriginum (Engelmann ex S.Watson) Britton & Rose 1909
image disponible Pachycereus pringlei (S.Watson) Britton & Rose 1909
image non disponible Pachycereus tepamo Gama-López & S.Arias 1998
image disponible Pachycereus weberi (J.M.Coulter) Backeberg 1960




Encyclopédie des Cactus, Plantes Grasses et Succulentes
https://www.cactuspro.com/encyclo