Pachycereus pringlei (S.Watson) Britton & Rose 1909

Publication : The genus Cereus and its allies in North America, Contributions from the United States National Herbarium, Smithsonian Institution 12(10): 422 (413-437) (21 juillet 1909).
Basionyme : Cereus pringlei S.Watson 1885

Description

Un géant parmi les cactus pouvant atteindre 20m de haut pour 25 tonnes pour les plus vieux exemplaires, âgés de 300 ans, et l'élément prédominant des forêts de cactus de Basse Californie. Souvent proposé en jardinerie et de ce fait répandu en culture, facilement reconnaissable dans sa forme juvénile en massue avec sa forte et longue spination (voir photo).
Cactus colonnaire arborescent et ramifié de jusqu'à 11(-20)m de haut, au tronc distinct de 65-100cm de haut sur 45-80cm de diamètre, à écorce grise, et à jusqu'à 30 tiges vert clair, vert glauque jeunes, légèrement courbées à la base puis érigées, de 20-28cm de diamètre, présentant de légères constrictions révélant les périodes de croissance.
13-17 côtes aigües de 2,5-4,4cm de haut aux petites aréoles rondes à elliptiques de 8-15mm de long sur 6-8mm de large, espacées de 0,8-2,8cm et reliées par un sillon interaréolaire chez les tiges non florifères, espacées de 0-4mm et parfois confluentes chez les tiges florifères. Epines pouvant être absentes sur le tronc des plantes adultes. Sur les tiges en zone non florifère, épines aciculaires à section ronde grises à pointe noire, 1-3 centrales érigées de 1,5-3cm de long, et 12-18 radiales de 0,8-1,4cm de long. Sur les tiges en zone florifère, 0-20 épines aciculaires, flexibles et indifférenciées, grises, décidues, de jusqu'à 1cm de long, naissant d'aréoles pourvues de nombreux trichomes.
Floraison nocturne au printemps ((mars-) avril-juillet dans son pays d'origine avec un pic variable généralement en avril) avec anthèse dès la fin d'après-midi se poursuivant la matinée du lendemain. Espèce autofertile. Fleurs blanchâtres, rouge verdâtre à l'extérieur, coniques en forme d'entonnoir ou de cloche de 7,6-9,6cm de long naissant au sommet et juste sous le sommet des tiges. Péricarpelle orbiculaire de 2-3cm de long sur 2-2,3cm de diamètre, portant de petites écailles lancéolées brun très foncé de 6-8mm de long sur environ 1mm de large à l'aisselle desquelles naissent de nombreux trichomes de 3-5mm de long et quelques épines flexibles jaunes de jusqu'à 8mm de long. Tube floral de 3,3-4,1cm de long, 1,8-2,4cm de diamètre à la base et 3,7-4cm à la gorge, portant de petites écailles lancéolées marron foncé de 7-10mm de long sur environ 2mm de large à l'aisselle desquelles naissent de nombreux trichomes de 7-9mm de long et quelques épines rigides marron. Etamines à filaments blancs, parfois rosés, arrangées sur 2 rangs, celles du rang extérieur de 6-7mm de long, celles du rang intérieur de 9-14mm de long. Pistil à style blanchâtre de 3,5-4,6cm de long et 6-8 stigmates jaune pâle d'environ 1cm de long.
Fruits rougeâtres à maturité (mai-septembre dans son pays d'origine), se desséchant après maturité, ± sphériques de 4,6-6,8cm de long sur 4,6-7,1cm de diamètre, couverts de trichomes jaunes à marron réunis en petits coussins bruns à l'aspect de velours et quelques fines et flexibles épines jaunes de jusqu'à 2,2cm de long, parfois absentes. Ecailles noires et sèches de 3-6mm de long sur 1-2mm de large. Fruit à déhiscence apicale dévoilant une pulpe rouge à magenta, exceptionnellement blanche. Jusqu'à 800 grosses graines par fruit. Graines noires largement ovoïdes de 2,6-3,8mm de long sur 1,8-2,9mm de large.
Chromosomes: n=22.
(Description tirée de Arias et Terrazas 2009.)

Culture

Culture facile sans grandes particularités par rapport aux conditions générales de culture de la famille des Cactaceae, en substrat 3 tiers, avec du soleil direct pendant au moins une partie de la journée, des arrosages réguliers en été, interrompus en hiver. Souvent donné comme un cierge à croissance lente, de l'ordre de 2,5cm par an chez les adultes, ce qui expliquerait le coût élevé des exemplaires de 1m de haut parfois proposé à la vente en France, celle-ci est en fait très variable. C'est ainsi qu'un exemplaire qui poussait de quelques centimètres de haut par an lorsqu'il était jeune, alors même qu'il était en pleine terre, s'est ensuite mis à pousser de 20cm par an. Et une bouture de tête, après avoir mis un certain temps à raciner, a pris le même rythme élevé de croissance (comm. pers. Richaud). Donné comme résistant au froid jusqu'à -4°C au sec pour de courtes périodes, mais par sécurité, et comme pour la plupart des cierges mexicains, il est préférable d'éviter de descendre en dessous de 7°C.
Reproduction par semis, voire par bouturage de tiges. La température optimale de germination est comprise entre 26 et 31°C. Les graines peuvent être légèrement enterrées et la température maintenue constante jour et nuit. En effet la lumière et l'alternance de températures optimales en journée, plus basses la nuit n'ont pas ou très peu d'incidence (positive comme négative) sur le taux de germination de ces deux espèces (X. Yang et al. 2003).

Étymologie

Pachycereus: du grec pakhys, épais: cierge épais, en référence au fort diamètre des tiges.
pringlei: en l'honneur du botaniste américain Cyrus Guernsey Pringle (1838-1911), collecteur du type.

Habitat

Nord-ouest du Mexique: Basse Californie nord et Sud, et désert de Sonora, de 0 à 950m d'altitude.

Anecdotes

Noms vernaculaires: sagueso, sahuaso, cardón, cardón gigante, cardón pelón (espagnol), élephant cactus, mexican giant cactus (anglais).
Ecologie: En Basse Californie et dans le désert de Sonora, Pachycereus pringlei occupe une place écologique et ethnologique similaire à celle de Carnegiea gigantea dont l'aire de répartition est contiguë.
Pachycereus pringlei est cependant beaucoup plus dépendant pour sa pollinisation de la chauve-souris migratrice Leptonycteris yerbabuenae (anciennement Leptonycteris curasoae) car ses fleurs nocturnes, qui peuvent, selon les individus, être mâles, femelles ou hermaphrodites (trioecie), voire neutres (ni mâles ni femelles par avortement des organes sexuels), se ferment en cours de matinée alors que celles du Carnegiea gigantea qui s'ouvrent plus tard dans la nuit restent ouvertes parfois jusqu'en fin d'après-midi le lendemain. De ce fait la pollinisation par les insectes et les oiseaux est négligeable chez Pachycereus pringlei alors qu'elle est souvent dominante chez Carnegiea gigantea.
De même, Leptonycteris yerbabuenae dépend particulièrement de Pachycereus pringlei. En effet cette chauve-souris migratrice passe l'hiver dans le sud du Mexique. Lorsqu'elle remonte vers le nord au printemps, elle se nourrit de l'abondant nectar produit par les fleurs de Pachycereus pringlei et les pollinise. Au retour, elle se nourrit de ses fruits et en disperse les graines. Le passage de ces graines par le système digestif de ces chauves-souris ou des oiseaux semble d'ailleurs faciliter la germination.
Ethnobotanique: Les indiens Seri récoltent ses fruits en les "gaulant" avec un grand bâton, comme on le fait pour les noix en France. Ils les mangent frais ou les conservent pour plus tard en faisant sécher la pulpe sous forme de galettes. Ils distinguent 4 sortes de P. pringlei en fonction de la couleur de la pulpe des fruits: rouge ou rouge-pourpre, jaune-orange pâle, blanc rosé et blanc. Ils en font aussi de la confiture, qui est également utilisée contre la dysenterie. Ils consomment également les graines qu'ils broient pour en faire une sorte de farine et ont d'ailleurs une méthode très spéciale pour les récolter: après avoir mangé les fruits, ils vont satisfaire leurs besoins naturels sur un rocher plat, laissent sécher leurs déjections au soleil puis reviennent récupérer les graines qu'ils nettoient avant de les utiliser (Felger & Moser 1985).
Les tiges réagissent aux trous percés par les pics (les oiseaux!) en durcissant à cet endroit. Ces portions de tiges sont alors utilisées comme contenants par les indiens Seri qui y font notamment fermenter les fruits de Pachycereus pringlei pour en faire du vin.
La pulpe des tiges est cuite et utilisée notamment comme désinfectant. Le bois de ce cactus est également utilisé, notamment pour la construction ou les meubles.
Taxonomie: Reclassement (Britton & Rose 1909):
"Pachycereus pringlei (S. Wats.).
Cereus pringlei S. Wats. Proc. Am. Acad. 20: 368. 1885.
Type locality: "South of the Altar River," Sonora, Mexico.
Distribution: Sonora and northeastern Lower California.
Illustration: Ann. Rep. Mo. Bot. Gard. 16: pl. 1."

Exposition

Vive (luminosité maxi, plein soleil accepté)

Température mini

7°C

Arrosages

Hiver : aucun. Été : moyen.

Substrat

Standard (3 tiers)

Dimensions maximales

Hauteur : 20 m. Largeur : 2.5 m.

Couleur des fleurs

blanc

Publications spécialisées

Taxonomie:
S. Arias & T. Terrazas,Taxonomic Revision of Pachycereus (Cactaceae), Systematic Botany 34(1): 74-77, fig.5 (dessins) et 6 (carte de répartition) (2009).
Article grand public:
R. Moran, Cardon: personal reminiscences of Pachycereus pringlei, Cactus and Succulent Journal (USA) 70(3): 135-147 (1998).
Ecologie:
A. Medel-Narvaez, J.L. Leon de la Luz, F. Freaner-Martinez & F. Molina-Freaner, Patterns of abundance and population structure of Pachycereus pringlei (Cactaceae), a columnar cactus of the Sonoran Desert, Plant Ecology 187(1): 1-14 (2006).
H. Suzán-Azpiri & V.J. Sosa, Comparative performance of the giant cardon cactus (Pachycereus pringlei) seedlings under two leguminous nurse plant species, Journal of Arid Environments 65(3): 351-362 (mai 2006).
F. Molina-Freaner, M. Cervantes-Salas, D. Morales-Romero, S. Buchmann & T.H. Fleming, Does the Pollinator Abundance Hypothesis Explain Geographic Variation in the Breeding System of Pachycereus pringlei?, International Journal of Plant Sciences 164(3): 383-393 (mai 2003).
J.G. Dubrovsky & L. F. Gómez-Lomelí, Water deficit accelerates determinate developmental program of the primary root and does not affect lateral root initiation in a Sonoran Desert cactus (Pachycereus pringlei, Cactaceae), American Journal of Botany 90(6): 823-831 (2003).
C. Tinoco-Ojanguren & F. Molina-Freaner, Flower orientation in Pachycereus pringlei, Revue canadienne de botanique 78(12): 1489-1494 (2000).
Á. Carrillo-Garcia, Y. Bashan, E.D. Rivera, G.J. Bethlenfalvay, Effects of Resource-Island Soils, Competition, and Inoculation with Azospirillum on Survival and Growth of Pachycereus pringlei, the Giant Cactus of the Sonoran Desert, Restoration Ecology 8(1): 65–73 (mars 2000).
T.H. Fleming, S. Maurice & J.L. Hamrick, Geographic variation in the breeding system and the evolutionary stability of trioecy in Pachycereus pringlei (Cactaceae), Evolutionary Ecology 12(3): 279-289 (1998).
H. Nolasco, F. Vega-Villasante, H.L. Romero-Schmidt & A. Diaz-Rondero, The effects of salinity, acidity, light and temperature on the germination of seeds of cardón (Pachycereus pringlei (S.Wats.) Britton & Rose, Cactaceae), Journal of Arid Environments 33(1): 87-94 (mai 1996).
T.H. Fleming, S. Maurice, S.L. Buchmann & M.D. Tuttle, Reproductive Biology and Relative Male and Female Fitness in a Trioecious Cactus, Pachycereus pringlei (Cactaceae), American Journal of Botany 81(7): 858-867 (juillet 1994).
D.A. Murawski, T.H. Fleming, K. Ritland and J.L. Hamrick, Mating system of Pachycereus pringlei: an autotetraploid cactus, Heredity 72: 86–94 (1994).
M.-E. Puente & Y. Bashan, Effect of Inoculation with Azospirillum brasilense Strains on the Germination and Seedlings Growth of the Giant Columnar Cardon Cactus (Pachycereus pringlei), Symbiosis 15: 49-60 (1993).
Anatomie:
K. J. Niklas, F. Molina-Freaner, C. Tinoco-Ojanguren & D.J. Paolillo Jr, The biomechanics of Pachycereus pringlei root systems, American Journal of Botany. 89: 12-21 (2002).
K. J. Niklas, F. Molina-Freaner, C. Tinoco-Ojanguren & D.J. Paolillo Jr, Wood biomechanics and anatomy of Pachycereus pringlei, American Journal of Botany. 87(4): 469-481 (2000).
K.J. Niklas , F. Molina-Freaner & C. Tinoco-Ojanguren, Biomechanics of the columnar cactus Pachycereus pringlei, American Journal of Botany 86: 767-775 (1999).
Ethnobotanique:
D.A. Yetman & A. Burques, A tale of two species: speculation on the introduction of Pachycereus pringlei in the Sierra Libre, Sonora, Mexico by Homo sapiens, Desert Plant 13(1): 23-31 (1996).
R.S. Felger & M.B. Moser, People of the Desert and Sea, Ethnobotany of the Seri Indians 251-253 (1985).
M.E. Valencia, J.L. Atondo & G. Hernández, Nutritive value of Zostera marina and cardon (Pachycereus pringlei) as consumed by the Seri Indians in Sonora Mexico, Ecology of Food and Nutrition 17(2): 165-174 (1985).

Numéros de collecte

Vous pouvez chercher les numéros de collecte pour cette espèce dans :

Forum

Vous pouvez faire une recherche sur le forum.

Auteur

philippe (contacter l'auteur ou écrire aux admins de l'encyclopédie)
Fiche créée le 08/02/2002, mise à jour le 08/06/2012.


Ajouter à vos listes :
J'en propose
   
J'en cherche
   
Une de mes préférées
    aide sur les listes

Espèce proposée par :
quilis, jcharles, covaitor
Pachycereus pringlei
Pachycereus pringlei


Pachycereus pringlei
Pachycereus pringlei


Pachycereus pringlei
Pachycereus pringlei


Pachycereus pringlei
Pachycereus pringlei


Pachycereus pringlei
Pachycereus pringlei


Plus de photos de Pachycereus pringlei avec Google images.

Fiches de botanistes :

image non disponible Britton, Nathaniel Lord
image non disponible Rose, Joseph Nelson
image non disponible Watson, Sereno

Fiche du genre :

image disponible Pachycereus (A. Berger) Britton & Rose 1909

Synonymes :

Espèces du même genre :

image disponible Pachycereus grandis Rose 1909
image non disponible Pachycereus lepidanthus (Eichlam) Britton & Rose
image disponible Pachycereus marginatus (de Candolle) Britton & Rose
image disponible Pachycereus pecten-aboriginum (Engelmann ex S.Watson) Britton & Rose 1909
image disponible Pachycereus pringlei (S.Watson) Britton & Rose 1909
image non disponible Pachycereus tepamo Gama-López & S.Arias 1998
image disponible Pachycereus weberi (J.M.Coulter) Backeberg 1960




Encyclopédie des Cactus, Plantes Grasses et Succulentes
https://www.cactuspro.com/encyclo