Pachypodium rosulatum Baker 1882

Publication : Contributions to the Flora of Central Madagascar, Journal of Botany (London) 20: 219 (1882).
Type : Baron 256, Madagascar, Ibara, Betsileo, conservé aux jardins botaniques royaux de Kew (GB) (K : holotype) ou Leeuwenberg & Rapanarivo 14766, Madagascar, Mahajanga, km 40 Antsohihy-Befandriana N Road, (WAG : holotype; BR, P, TAN : isotypes), typ. cons. prop. (Taxon 48 : 181. 1999) (v. commentaires infra).

Description

Pachypodium rosulatum ssp. rosulatum forme un arbuste buissonnant de 0,50 m à 2,50 m de haut.
Le tronc court et charnu plus ou moins subsphérique, de 15-30 cm de diamètre, à cylindrique, de 10-20 cm de diamètre, souvent divisé, se ramifie dès la base. Son épiderme verdâtre à gris argenté, lisse ou marqué de cicatrices foliaires, porte des épines groupées par deux chez les jeunes sujets.
Les rameaux, érigés à lâches ou rampants, sont effilés, épineux, pubescents à l'apex et couronnés de feuilles caduques coriaces disposées en rosettes. Les épines sont rapprochées, irrégulièrement disposées, coniques, parfois aciculaires. Les feuilles, vert foncé à nervure médiane claire et revers tomenteux, sont lancéolées, ovales ou elliptiques et mesurent de 3 à 8,5 cm sur 1 à 3,5 cm.
La plante fleurit puis se divise très tôt, parfois dès l'âge d'1 an dans l'habitat. L'inflorescence est composée de 4 à 10 fleurs non parfumées sur un long pédoncule de 30 à 60 cm de long. Les corolles jaunes et velues peuvent mesurer 7 cm de diamètre et présentes des traits rouges foncés à la base du tube floral.
Les méricarpes (carpelles d'un même fruit, se divisant à maturité (en juin dans l’habitat) et donnant l'impression de gousses distinctes) de 6 à 20 cm de long, peu nombreux par pédoncule, renferment des graines allongées de 6 mm de long à aigrettes de 1,5 cm de long.

La présente fiche concerne la seule ssp. rosulatum en excluant Pachypodium drakei. P. drakei est une plante très proche de P. rosulatum ssp. rosulatum, mais avec quelques caractères distinctifs, comme le revers des feuilles glabres, qui sont conservés en culture. Il pousse en sous-bois dans un sol sablonneux, et P. drakei est considéré par J.M. Lüthy comme un écotype génétiquement stable de P. rosulatum.
Par ailleurs, on trouve différentes formes, sous-espèces ou variétés de Pachypodium rosulatum dans diverses régions de Madagascar dont la classification ne fait pas toujours l'unanimité chez les taxonomistes.
J.M. Lüthy (2004) reconnait 5 autres sous-espèces :
- ssp. bemarahense, à petites fleurs de 2 cm de diamètre et fruits nombreux par pédoncule, aux méricarpes d’environ 5 cm de long ;
- ssp. cactipes, buisson pouvant atteindre 90 cm de haut, ramifié à la base, à nombreuses branches plutôt rampantes, à épines aciculaires, espacées, disposées régulièrement et à fleurs de 5cm de diamètre ;
- ssp. gracilius, buisson à fort caudex à branches érigées et à fleurs de 3 cm de diamètre ;
-ssp. bicolor, à fleurs jaunes à gorge blanche de 3 cm de diamètre, branches lâches, longues et souvent rampantes, épines coniques assez larges à la base ;
- ssp. makayense, à fleurs jaunes à gorge blanche de 5 cm de diamètre, branches fortes, courtes et érigées, épines aciculaires.

Culture

L'espèce type est considérée comme la moins difficile des P. rosulatum.
Elle nécessite un substrat acide bien drainant, de la chaleur, de la lumière et des arrosages abondants en été de préférence à l'eau non calcaire. Comme pour la plupart des plantes à caudex, on se base sur l'apparition et la perte des feuilles pour reprendre ou suspendre les arrosages mais il est préférable de ne pas laisser totalement au sec les petits sujets en hiver.
La reproduction se fait par semis. Le développement est lent par rapport à d'autres Pachypodium mais la floraison possible dès la deuxième année en culture et le caudex peut grandir assez vite par la suite.

Étymologie

Pachypodium : du grec pakhus = épais et podos = pied.
rosulatum : en rosette, en référence à la disposition des feuilles.

Habitat

P. rosulatum pousse sur granit, gneiss, basalte dans la partie Nord-Ouest de Madagascar jusqu'au Sud de Soalala. On le trouve principalement dans la vallée de la Sofia.
Le climat y est tropical et divisé en deux saisons :
une saison très sèche de l'automne au printemps avec des T° minimales de 17°C;
une saison aux pluies très abondantes parfois dévastatrices, de type mousson, réparties sur l'été, avec une moyenne des T° maximales de 32°C.

Anecdotes

Noms vernaculaires :Saribotaka (en langue Sakalava).
P. rosulatum est le premier Pachypodium malgache à avoir été officiellement décrit. Selon Rapanarivo et al., l'holotype Baron 256 conservé à Kew est très pauvre et correspond à Pachypodium horombense. Ils ont donc proposé de conserver l'application traditionnelle du nom Pachypodium rosulatum, en désignant un nouveau type, Leeuwenberg & Rapanarivo 14766 [(1404) Proposal to conserve the name Pachypodium rosulatum (Apocynaceae) with a conserved type, Taxon 48(1) : 181 (1999)].
Description originale (Baker 1882) :
Pachypodium rosulatum, n. sp. — Stem short, stout, succulent. Leaves in a dense rosette at the tip of the branch, oblong, sessile, obtuse, 1/3-3/4 in. long, subcoriaceous, thinly tomentose above, densely tomentose beneath, with the crowded parallel veins visible through the white tomentum, densely woolly at the base, and the branch beneath the rosette of leaves armed with crowded spreading brown pungent prickles 1/4-1/3 in. long. Flowers 6-8 in a dense cyme at the summit of a naked shortly tomentose peduncle nearly a foot long; bracts small, lanceolate, pilose; pedicels finally 1/3 in. long. Calyx 1/2-1/3 in. long, densely pilose, with a short campanulate tube, and five lanceolate acuminate segments. Corolla yellowish, 1 1/2 in. long, pilose on the outside, especially towards the base; tube cylindrical at the base, the upper part dilated, above 1/2 in. diam., campanulate, slightly oblique; segments deltoid, half as long as the tube. Anthers lanceolate, connivent, 3/8 in. long, inserted at the throat of the contracted lower half of the corolla-tube. Ovary densely pilose, surrounded by the brown unequal connate glands of the disk; style slender, densely pilose, bringing the stigma on a level with the middle of the anthers. Ibara-country and Betsileo-land, Baron, 256 ! Allied to Adenium namaquanum , Harv. Thes. Cap. t. 117 (Pachypodium namaquanum, Welw.)”

Exposition

Vive (luminosité maxi, plein soleil accepté)

Température mini

15°C

Arrosages

Hiver : faible. Été : généreux.

Substrat

Standard (3 tiers)

Dimensions maximales

Hauteur : 1.5 m.

Couleur des fleurs

Jaune

Numéros de collecte

Vous pouvez chercher les numéros de collecte pour cette espèce dans :

Forum

Vous pouvez faire une recherche sur le forum.

Auteur

pincettes (contacter l'auteur ou écrire aux admins de l'encyclopédie)
Fiche créée le 03/02/2017, mise à jour le 26/04/2017.


Ajouter à vos listes :
J'en propose
   
J'en cherche
   
Une de mes préférées
    aide sur les listes

Espèce proposée par :
christopheetdelphine
Pachypodium rosulatum
Pachypodium rosulatum


Pachypodium rosulatum
Pachypodium rosulatum


Plus de photos de Pachypodium rosulatum avec Google images.

Fiches de botanistes :

image disponible Forsskål, Pehr
image non disponible L'Héritier de Brutelle, Charles Louis
image disponible Linné, Carl von

Fiche du genre :

image disponible Pachypodium J. Lindley

Synonymes :

Espèces du même genre :

image disponible Pachypodium ambongense Poisson 1924
image disponible Pachypodium brevicaule Baker 1886
image disponible Pachypodium decaryi Poisson 1916
image disponible Pachypodium densiflorum Baker 1887
image non disponible Pachypodium geayi Costantin & Bois 1907
image disponible Pachypodium rosulatum Baker 1882
image disponible Pachypodium rosulatum ssp. gracilius (Perrier) Luthy 1934




Encyclopédie des Cactus, Plantes Grasses et Succulentes
https://www.cactuspro.com/encyclo