Espèce
Ajouter à vos listes :
J'en propose
   
J'en cherche
   
Une de mes préférées
    aide sur les listes

Espèce proposée par :
lio578, jacques

Fiche no 29.
Auteurs : Modifier - Effacer - Changer en synonyme - Ajouter synonyme

encyclo_admin@cactuspro.com

Sponsor du CF
Agenda
17 au 26 mai 2024
Floralies de Nantes (Nantes ou autre, FRANCE)
J'y vais
24, 25 et 26 mai 2024
Albertas (Bouc-Bel-Air, 13, France)
J'y vais
25 et 26 mai 2024
Weekend 100% Nature et Services (Marcoussis, 91, France)
J'y vais
1er et 2 juin 2024
Couleurs Cactus (Saint-Beauzire, 63, France)
J'y vais
1er et 2 juin 2024
Tauzia fête les jardins (Gradignan, 33, France)
J'y vais
1er et 2 juin 2024
Fête des jardiniers au chateau du Lude (Le Lude, 72, France)
J'y vais
Toutes les dates

Pereskia aculeata Miller

Description

Arbuste grimpant ou liane à feuilles très faiblement succulentes, possédant deux aiguillons en crochet, caractéristiques de l'espèce, de part et d'autre de l'axile des feuilles, qui le fait ressembler au Bougainvillée, et donnant des fleurs le plus souvent blanchâtres, groupées et odorantes.
Arbuste grimpant ou liane de 3 à 10m de haut (au tronc de 2-3cm de diamètre, voire très légèrement plus) dressé et s'appuyant sur la végétation alentour puis retombant, à l'écorce verte puis devenant marron, se craquelant.
Feuilles de taille moyenne, très faiblement succulentes, lancéolées ou ovales, voire presque rondes (4,5-11cm de long pour 1,5-5cm de large). Envers des feuilles pouvant être pourpres. Pétiole court. Nervure centrale proéminente à l'envers des feuilles.
Aréoles portant 1-3 aiguillons recourbés en crochet plus ou moins fins ou aplatis, le plus souvent par paire de part et d'autre de l'axile des feuilles, ce qui permet de reconnaître aisément cette espèce (4-8mm de long). Sur les aréoles plus anciennes naissent ensuite jusqu'à 25 aiguillons droits de 10-35mm de long.
Floraison diurne en automne (dans les Caraïbes, floraison en juin puis octobre-novembre et fruits matures en mars et octobre). Fleurs odorantes, blanchâtres à rose très pâle, de taille moyenne (2,5-5cm de diamètre), terminales ou latérales, groupées en inflorescences de 70 et plus.
Fruits comestibles de petite taille (1,5-2,5 de diamètre), globuleux et charnus, jaunes à oranges à maturité, dont les petites épines tombent rapidement.
Graines lenticulaires noires et assez grandes (environ 5mm de diamètre).

Culture

Le plus facile et le plus répandu en culture des Pereskia: c'est une plante vigoureuse et tolérante, sans difficultés particulières.
Plantée en pleine terre, elle prend des proportions importantes, nécessitant une taille vigoureuse et un palissage rigoureux. La culture en pot ne réduit que de manière très insuffisante sa vigueur et l'amateur qui manque de place en a rapidement assez d'être régulièrement agrippé par ses tiges volubiles aux aiguillons en crochet. Dans ce dernier cas, il est préférable de cultiver la variété godseffiana, moins vigoureuse et au feuillage plus décoratif quoique moins facile à faire fleurir.
Arrosages réguliers en été ; hivernage au sec, à 5°C ou légèrement plus, avec un ou deux arrosages légers en cours d'hiver. Les feuilles tombent alors, mais se renouvellent, sur les rameaux pas trop âgés, à la reprise de végétation. Toutefois il est possible de maintenir la plante en végétation tout l'hiver s'il peut lui être assuré une température d'au moins 15°C.
Reproduction par semis ou, plus souvent par boutures. Les boutures seront plantées immédiatement, sans attendre la cicatrisation de la plaie de taille, dans un mélange terreux léger et maintenu humide.
Le bouturage dans l'eau donne également de bons résultats (préférer un récipient opaque et ajouter un peu de charbon de bois dans l'eau).

Étymologie

Pereskia : en l'honneur de l'astronome français Nicolas Claude Fabri de Peiresc (1580-1637).
aculeata : du latin aculeus, aiguillon.

Habitat

Répandu dans presque toute l'Amérique latine, de la Floride au Paraguay, mais probablement originaire des Caraïbes et/ou de pays côtiers avoisinants dont il se serait ensuite répandu par culture et naturalisé.
Naturalisé dans d'autres régions tropicales et subtropicales du globe, et notamment en Afrique du Sud, dans la province du Natal (cultivé dés 1881) où il est devenu une «peste végétale».

Anecdotes

Répandu dans presque toute l'Amérique latine, de la Floride au Paraguay, mais probablement originaire des Caraïbes et/ou de pays côtiers avoisinants dont il se serait ensuite répandu par culture et naturalisé.
Noms vernaculaires : Barbados goosberry, blade apple, bledo, bugambilia blanca, camelia blanca, carne de pobre, groseillier des Barbades, groselha-da-América, grosellero, guamacho, jasmin de uvas, jumbeba, leafy cactus, lemon vine, lobodo ou lobrodo ?, mata velha, naca, naju de espinas, ora-pro-nóbis, rosa-madeira, rosa mole, Surinam goosberry, tsumya, White Bougainvillea.
Les Barbades ont édité en 1993 un timbre représentant Pereskia aculeata (dans une série de 4 : 10 c Pereskia aculeata, 35 c Hylocereus trigonus, 1,40 $ Aloe vera, 2,00 $ Nopalea cochenillifera). Un hommage philatélique logique pour une plante appelée groseillier des Barbades !
Usages : comme son nom brésilien de carne de pobre l'indique, Pereskia aculeata est une source de protéines non négligeable. Ses feuilles contiendraient 17,4-25% de protéines, dont 85% assimilables et des vitamines A, B et C, du calcium, fer, lysine, magnésium et phosphore. Elles peuvent être mangées en salade, soupe, légumes cuits, …et peuvent entrer dans la composition de l'angú. Ses fleurs sont considérées en Israël comme ayant un grand intérêt pour l'apiculture. Quant à ses fruits, ils sont également comestibles et préparés en conserve ou en confiture.
D'un point de vue médicinal, P. aculeata aurait des propriétés anti-inflammatoires et pourrait également servir à soigner les brûlures.
Utilisé également comme haie vive.
A l'inverse du Brésil, qui reconnaît sa valeur alimentaire, l'Afrique du Sud, qui le cultivait dés 1881 pour enclore le bétail, l'a classé peste végétale et engagé son éradication totale. Pereskia aculeata est même accusé de provoquer la mort de forêts entières par étouffement. Quant aux versions horticoles moins vigoureuses comme Pereskia aculeata cv. godseffiana, elles sont accusées de produire des rejets non horticoles et sont pourchassées avec la même vigueur.

Exposition

Vive (luminosité maxi, plein soleil accepté)

Température mini

5°C

Arrosages

Hiver : faible. Été : généreux.

Substrat

Standard (3 tiers)

Dimensions maximales

Hauteur : 10 m. Largeur : 4 m.

Couleur des fleurs

blanchâtre

Publications spécialisées

Article en français : B.E. Leuenberger, Les cactées feuillues genre Pereskia en culture, Revue de l'AIAPS «Succulentes» 1996 n°1 et 2.
Ouvrage en anglais : B.E. Leuenberger, Pereskia (Cactaceae), Memoirs of the New-York Botanical Garden. 41: 1-141 (1986).
Première description: Plumier, Nova Plantarum Americanarum Genera (1703).
Description dans la classification binomiale: Carl von Linné, Species Plantarum 1. 469 (1753) (comme Cactus Pereskia).
Description originale: P. Miller, The Gardeners Dictionary: 8e édition (1768).

Numéros de collecte

Vous pouvez chercher les numéros de collecte pour cette espèce dans :

Forum

Vous pouvez faire une recherche sur le forum.

Auteur

philippe (contacter l'auteur ou écrire aux admins de l'encyclopédie)
Fiche créée le 20/01/2001, mise à jour le 13/08/2001.