Pérou, Amazonas, Corral Quemado

La vallée du Río Marañón, un affluent de l'Amazone qui traverse du sud vers le nord les Andes du nord du Pérou, constitue un milieu aride riche en espèces de cactus. Vers Corral Quemado ce fleuve quitte l'écrin protecteur des Andes pour sinuer vers l'est dans une plaine fertile majoritairement consacrée à la culture du riz avant de rejoindre le Río Chachapoyas à Rentema, puis la selva amazonienne par un étroit goulot d'étranglement montagneux. Corral Quemado ne constitue pas un site exceptionnel pour les cactus mais il est le passage obligé entre les deux grandes villes de Jaén et Bagua Grande, et est également le seul site connu du rare Matucana pujupatii.
Corral Quemado est un petit hameau situé sur la rive droite du Río Marañón, à coté d'un péage routier mais surtout du pont routier dit du 24 juillet (Puente 24 de Julio, photo). On devrait d'ailleurs dire des ponts, car deux ponts presque identiques sont construits l'un à coté de l'autre: plutôt que de restaurer l'ancien pont qui devenait vétuste, un nouveau a été construit juste à coté!
Bordé par le fleuve à l'ouest, Corral Quemado l'est également par deux collines à l'est (photo) sur lesquelles poussent en assez grand nombre des Melocactus bellavistensis, et en nombre nettement plus réduit Armatocereus rauhii aux tiges segmentées, Browningia altissima et Espostoa lanata (photo). Pour ces trois cierges le site est décevant: ils poussent en bien plus grand nombre sur les collines non cultivées de la plaine de Bagua, plus au nord-est, où Browningia altissima, l'espèce la plus commune, y forme parfois de véritables forêts. Une forme du très variable Opuntia quitensis, à petits articles prostrés et fleurs orange tendre, qui semble propre à cette région, se rencontre également sur ces deux collines.
En fait, il vaut mieux passer entre les deux collines par la petite ravine qui les sépare (photo), sans manquer d'y remarquer les jeunes Espostoa blossfeldiorum qui y poussent et se distinguent des jeunes Espostoa lanata par la forte densité d'épines fines à la base, pour se rendre derrière la colline sud. Là se trouve un des plus beaux sites à Melocactus du Pérou: une pente rocheuse très étendue, à végétation rase, mais couverte de Melocactus bellavistensis (photo).
Il reste à y voir le rare Matucana pujupatii (photo) qui pousse… quelque part. Pour cette plante assez rare qui risque d'être menacée par des collectes imbéciles, il n'est pas possible d'être ici plus précis que dans les ouvrages déjà publiés, sous peine en cas de pillage de s'en voir attribuer une part de responsabilité. Mais leur emplacement n'est pas si difficile à trouver: réfléchissez un peu et vous les verrez. Et à ce moment, rappelez-vous que des graines issues de plantes cultivées sont disponibles à la vente, que cette espèce pousse facilement de semis et qu'il est tout à fait inutile et au contraire dangereux pour la survie de la plante, d'en prélever un.

Liste des espèces :
Armatocereus rauhii
Browningia altissima
Espostoa lanata
Matucana pujupatii
Melocactus bellavistensis

Infos pratiques

La route qui passe à Corral Quemado est goudronnée et en parfait état jusqu'à Bagua Grande à l'est, et bientôt Chachapoyas plus au sud, comme jusqu'à Chiclayo à l'ouest puis… Lima au sud! En transport en commun de nombreux combis, minibus ou taxis collectifs, relient Jaén à Bagua (Chica) ou Bagua Grande et peuvent vous y déposer. Pour revenir, il est un peu plus délicat de trouver un combi dans la mesure où ils ne partent de Jaén, de Bagua Grande ou de Bagua (Chica) que lorsqu'ils ont fait le plein de passagers, mais il y a tellement de trafic que l'on trouve toujours un combi qui vient de déposer un passager et peut vous emmener, au pire, pour les taxis collectifs, dans le coffre. Evitez en revanche d'arrêter les grands bus modernes à moins que vous n'ayez décidé de rejoindre directement Chiclayo sur la côte.
Corral Quemado est très sûr: on est à la campagne et il y a un poste de police. A priori pas d'hébergement, mais quelques petits restos locaux et surtout des petits commerces proposant, aux véhicules de passage, boissons fraîches ou fruits, tels que noix de coco ou tranches de pastèques. Aucun problème donc pour se rafraîchir ou se restaurer.
Pour l'hébergement il est de toute façon préférable de se rendre dans les villes de Jaén, Bagua Grande ou Bagua (Chica) plutôt que de s'arrêter dans des villes plus petites comme Chamaya: les hôtels y sont plus modernes et il y a nettement moins de moustiques en ville. Rappelons que la grande plaine de Bagua est touchée par le paludisme et qu'il vaut mieux limiter les risques de contamination. L'emport d'une moustiquaire imprégnée, dont aucun hôtel ne semble disposer, et/ou un traitement préventif doit être envisagé.
Enfin si vous montez sur la colline au nord-est de Corral Quemado, l'abondance de tessons de poterie vous révèlera que ce site stratégique était occupé avant l'arrivée des espagnols. Mais il ne subsiste rien d'autre et n'allez surtout pas en ramasser un en souvenir: le Pérou prohibe toute exportation d'antiquité et les sanctions peuvent être importantes.

Coordonnées

Auteur

philippe (contacter l'auteur ou écrire aux admins de l'encyclopédie)
Fiche créée le 03/03/2007.


Corral Quemado
Corral Quemado


Corral Quemado
Corral Quemado


Espostoa lanata ssp. lanata
Espostoa lanata ssp. lanata


Corral Quemado
Corral Quemado


Corral Quemado
Corral Quemado


Matucana pujupatii
Matucana pujupatii


Jatropha sp.
Jatropha sp.


Plus de photos de Corral Quemado avec Google images.




Encyclopédie des Cactus, Plantes Grasses et Succulentes
https://www.cactuspro.com/encyclo